27 décembre 2019 5 27 /12 /décembre /2019 07:30
     
     
m-j-01    Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

m-j-02 

 

 

Département 77 - SEINE et MARNE

 

 

 

Le bourg :

Au Sud de la forêt de Fontainebleau, une château attend ma visite    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Bourron-Marlotte est située à 70km au Sud-Est de Paris, à 35km au Nord de Montargis et à 7km au Sud de Fontainebleau.

 

   Coordonnées du château :

48° 20' 23" N 02° 41' 53" E
 48.339813°  2.698216°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule du Chevalier

* Le but de ce blog est de vous montrer des constructions médiévales fortifiées.

* Les nombreuses ruines que je vous offre depuis de plusieurs années en sont la preuve.

* Évidemment, je visite aussi des châteaux Renaissance et d'époques plus récentes, mais je me suis imposé à ne point les faire figurer dans ce blog.

* Pourtant, aujourd'hui, ce château va vous étonner par sa "jeunesse" architecturale.

* Je n'ai pas changé de thème, mais je considère que mes articles sont ouverts à toutes les constructions dont une pierre a été posée avant 1492, date théorique de la fin du Moyen Âge en France. C'est le cas pour ce château.

J'espère que ce choc ne vous sera pas fatal.

* Je laisse maintenant la place à messire M.J.

  Des douves médiévales pour un château du 17ème siècle

 

La découverte

* Construit sur les restes d'une ancienne forteresse médiévale, le château de Bourron et sa cour d'honneur s'inscrivent dans le périmètre des douves en eau de l'ouvrage primitif.

* Le plan général du château procède du schéma classique des constructions de la fin du 16ème siècle ou du tout début du 17ème :

- Un corps de logis de cinq travées sur sa façade principale orientée au sud, dont une dans l'avant-corps central en très légère avancée.

- Deux courtes ailes, en retour d'équerre, aux extrémités de deux travées chacune.

 

 

L'escalier

* On accède au rez-de-chaussée surélevé, le piano nobile ici à Bourron, par un escalier de grès en fer à cheval.

* Les trois niveaux de fenêtres sont surmontés de toits à la française percés de lucarnes.

 

 

Les 2 pavillons étaient ils des tours de défense il y a 800 ans ?

Les pavillons

* A l'extrémité Sud de la cour d'honneur, deux pavillons à base carrée abritaient les anciens corps de garde et encadraient un portail détruit à la Révolution.

* Nous n'en sommes qu'au début du classicisme qui reste à Bourron d'une grande sobriété et se manifeste essentiellement par un souci de symétrie de l'ensemble.

 

 

Matériaux

* Le grès d'Apremont est omniprésent :

- Apparent dans les soubassements et les chaînages verticaux harpés et protégé par un crépis pour les façades en élévation dont les linteaux et tableaux de baies ont été cependant rehaussés de brique.

 

 

La façade Nord

* La façade postérieure nord, restaurée en 2002, affecte le même souci de sobriété.Une façade aux multiples fenêtres

* Assez curieusement, il convient de porter le regard vers le haut de la construction pour voir apparaître une réelle préoccupation de décoration dans les encadrements de lucarnes surmontés de petits frontons, triangulaires ou en arcs et dans la corniche à modillons.

* L'escalier en fer à cheval est prolongé par un curieux petit pont-tournant au-dessus des douves.

 

 

Linéarité

* La ligne droite et l'angle droit sont les deux caractéristiques de cette architecture qui se prolongent aussi dans le parc.

 

 

L'intérieur :

* Ce château est une propriété privée non visitable au touriste.

* Il est quand même possible de le découvrir en louant une chambre d'hôte ou en le réservant pour une réception, mariage etc...

 

 

bourron-91

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, première implantation des seigneurs de Bourrron. Un château fort est construit.

* Vers 1380, la seigneurie de Bourron passe à la famille Villiers de l'Isle-Adam.

* Vers 1440, le château devient la propriété des Vicomtes (voir titre de noblesse) de Melun.

* En 1487, le dernier Vicomte décède. Il est tant criblé de dettes que le domaine dut être mis à la criée.

* En 1502, Olivier de Sallard, grand fauconnier des rois Charles VIII et Louis XII (voir liste des rois), devient propriétaire de la seigneurie.

* Durant le milieu du 16ème siècle, la famille de Sallard a des difficultés financières. Elle pense à vendre la seigneurie.

* En 1562, le dernier représentant de la famille, François de Sallard, épouse la fille du secrétaire d'Etat aux finances de Henri II (voir liste des rois). La confortable dot apportée par la jeune épouse permet d'agrandir le domaine.

* En cette fin du 16ème siècle, la vieille forteresse primitive est remplacée par l'actuel château.

* En 1708, mort du dernier des Sallard à la bataille d'Audenarde. Le domaine est transmis à son beau-père, Frédéric de Beringhen, officier de souche Hollandaise. Ce fut, du reste, du fait de cette parenté que Bourron connut son heure de gloire.

* En 1725, le roi détrôné de Pologne, Stanislas Leszczynski, ne pouvant, pour des raisons de protocole, séjourner à Fontainebleau, au moment du mariage de sa fille avec le jeune Louis XV, réside à Bourron où la nouvelle reine lui rend visite. Le roi de France vient au château de Bourron faire la connaissance de son beau-père.

* Vers 1792, Bourron n'est naturellement pas épargné par les révolutionnaires. Néanmoins seuls le pigeonnier et le portail sont arasés.

* Au 19ème siècle, le château passe de mains en mains.

* En 1878, le château est acheté par la famille Montesquiou-Fezensac qui l'occupe toujours actuellement.

* Au 21ème siècle, la découverte gratuite de l'extérieur est difficile car le château est au centre d'un bois. Le château est ouvert aux réceptions et propose des chambres d'hôtes. Veuillez consulter le site web.

 

 

Est ce Versaille ou un château médiéval ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 77 Vers Menu châteaux de Seine et Marne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 31/12/2019 10:45

B onne année à vous, Ô, Mon Chevalier !
O ncques n’ayez désagréments mais des
N uées de bonheurs, qu’ils soient grands, petits…
N ’éraflez mie armure dans taillis,
E lle le sera bien par mes griffures

A chaque fois qu’oserez montrer mur
N on pas du passé mais récent, ou quand
N ous dévoilerez moutiers !… Pour cet an,
E t les suivants, moult joie prenez (donnez !)
E n mirant édifices du passé !
!

Le Chevalier Dauphinois 31/12/2019 15:13

* Merci hooo MA Pierrote, celle qui est une muse pour que mon esprit ne se disperse point dans les brunes non médiévales.
* 2020 sera une année fascinante pour l'Incroyable, Magnifique, Merveilleux, Extraordinaire, Unique, Chevalier que vous "adulez".
-A- Croisade en terres Bourguignonnes j'ai prévue (point pour le vin des châteaux, mais les châteaux mais point en vain).
-B- Puis croisade en terres lointaines dont je garde encore le secret.
* 2020 sera, comme 2019, publications d'églises (hélas pour vous et pour moi avec les griffures.... mais ce sujet est si peu montré sur le web que je me dois d'en montrer la richesse)...
....... et aussi émerveillements Dauphinois.... car (enfin) je classe les images de ruines ruinées de MA province si belle et si parfaite (en toute objectivité).
* En 2020, y aura-t-il quelques ponts et moulins fortifiés ?...... Je ne le crois pas. Il faut bien que chaque année soit différente, sinon routine il y aurait.
* En 2020, en publication, il n'y aura ni Normandie, ni Bretagne, ni Nord, ni Île de France, ni Bourbonnais. Je vais certainement respecter un axe au Sud de La Rochelle-Valence.
* 2020 sera aussi une année d'une petite modification dans certains de mes articles.... un petit plus visuel..... (je travaille sur cette nouveauté depuis 1 mois, le résultat est encourageant, mais rien n'est encore définitif)..... Evidemment, je ne vous en dirai pas plus pour le moment, car j'expérimente en secret.
.
*** J'espère que 2020 sera pour vous une grande année de lecture avec des ouvrages merveilleux, des découvertes de personnages uniques, d'aventures à chaque page.
*** Bonne année Ma Dauphinoise, Ma compagne de blog "médiéval".

Pierrote 27/12/2019 18:37

B ien avez fait de garder votre armure,
O ui, aujourd’hui, parce qu’aurez griffures !*
U n choc quasi fatal ici j’ai eu !**
R éellement, en quoi ce qui est vu
R appelle Moyen-Âge, et du passé
O uvrage aux anciennes sécurités ?
N ous sommes dans Renaissance plongés !

C ertes, allez me répondre : prime pierre
H eur eut être posée loin en arrière.
A mon avis, n’est-ce mie suffisant -
M ais non ! - pour être publié céans !***
P ardon, mille fois, à Messire M.J.
A ux hôtes actuels bien sûr aussi…****
G are, en revanche, à vous, Mon Chevalier !
N e faut-il trop Pierrote exaspérer
E n déviant de votre but tout premier !

N e sont que douves de « mon temps béni »…
O n ne voit archères, mâchicoulis.
T outes les défenses tant attendues
A ccréditant vieillesse ont disparu !

P our cela, je vous en veux un gros tant !
S ont envolés mes beaux rêves d’antan !

* cf. dernière phrase de votre réponse au castel de La Verdière.
** cf. votre préambule.
*** je me répète : votre préambule et son « l’histoire » d’au moins une pierre posée avant la fin du Moyen-Âge ne me convainc pas du tout, du tout !
**** parce que l’article de Messire M.J. est très bien conçu et recèle moult détails architecturaux, même si ce ne sont point ceux que j’attendais ici, et parce que je ne peux qu’aimer les hôtes actuels dont les racines sont dans le Sud-Ouest qui me plait tant !
Et puis, je n’ai jamais dit que je honnissais ce genre de castel ! Je les honnis lorsque je les retrouve en votre blog de « châteaux féodaux et ruines médiévales » … où, d’après moi, ils n’ont mie leur place ! (mais cela, vous le savez déjà !)

Le Chevalier Dauphinois 27/12/2019 19:19

* Hooo griffures célestes.... Hooo cicatrices sur mon armure !
* Quel plaisir de lire, d'entendre, de ressentir..... Ma Pierrote puriste et passionnée.
* Il est vrai que ce château n'ose plus montrer son origine médiévale....
..... mais c'est par timidité.... Hihihihi.
.
* Comme en ce moment je rédige encore un article sur Dauphinoise ruine unique, fantastique, merveilleuse, fascinante......
....... je sais que caresseS et élogeS j'aurais..... vers le 1er mai.
* Evidemment, comme je suis un vil personnage, je ne dirai rien sur ce quatrième article de MON Dauphiné que je rédige depuis 3 semaines.