5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 06:30

 

 

 

    Les églises "classiques" ont la forme d'une croix avec une abside semi-circulaire. L'ensemble est souvent en rondeur. Mais au moyen âge, le parallélépipède régnait en maître.

   Certaines églises, avec cette simplicité de construction du 12ème siècle, ont réussi à traverser les âges. Venez découvrir l'incroyable église fortifiée d'Agonac.

 

 

 

Département 24 - DORDOGNE

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (Le voir sur une carte)

    La petite commune d'Agonac est située à 12km au Sud-Est de Brantôme et à 12km au Nord de Périgueux (voir cette cité fortifiée).

 

     Coordonnées du bourg :

45° 17′ 15″ N 00° 44′ 46″ E
 45.287472°  0.746194°

 

 

 

L'église fortifiée :

L'extérieur :

L'arrivée

* Après avoir visité  le fantôme du château fort d'Agonac, je me dirige au Sud-Ouest du bourg.

* En arrivant sur le site, la masse parallélépipédique de l'église ne montre pas d'indice de fortification.

Le doute s'empare de moi.

* Mais.... (quel suspense !)... en m'approchant, je ressens (car j'ai des yeux qui sentent tout ) les détails défensifs sur cette église.

 

 
La nef

* Bien que consolidée "récemment", la nef romane porte encore les traces de fortification.

* Comme souvent cela se traduit par une salle de repli sous le toit agrémentée de fentes de tir.

Mais avez vous remarqué une curiosité ?

 

 

Énigme

* Dans le mur, en dessous de la salle de repli, cette fente est mystérieuse.

Sont ce des latrines intérieures ?

Ou une imitation de mâchicoulis (voir vocabulaire) ?

 

 

Le clocher

* Massif est le mot qui qualifie le mieux ce clocher.

* L'aspect massif est renforcé par les 2 imposants contreforts encadrant un autre plus "timide".

* S'il n'y avait pas les grandes ouvertures sans abat-son, j'aurais presque affirmé que c'était un donjon.

* Les ouvertures verticales au dessus des contreforts ressemblent beaucoup à des fentes de tir.

 

 

Le chevet

 

* Évidemment, perspicace comme vous l'êtes (hooo, mes merveilleux visiteurs ) vous avez remarqué le système défensif du chevet avec une salle de repli haut perchée.

* En contournant ce bâtiment, je découvre encore des merveilles défensives.

* Je ne parle pas des trous sous la frise (dépourvues de modillon hélas) dont la fonction m'échappe , mais de cette ouverture d'angle entre le clocher et le chevet.

 

 

Entre le clocher et la nef

* Dans mon "inspection du contournement" de l'église, je reviens sur la face opposée entre le chevet et le clocher et une autre curiosité m'attend (depuis 800 ans ).

* Toujours dans l'angle, bien que bouchée, une fente de tir me confirme que cette église était intégrée dans le système défensif du village.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, je n'ai pas la clé magique permettant de visiter l'intérieur.

* Alors, je vous quitte non sans vous montrer un des deux enfeus (Niche souvent placée dans les murs des bas-côtés d'une église ou dans les chapelles latérales, et destinée à recevoir des tombes), puis une des pierres de remploi.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église.

* Vers le 13ème siècle (?), les habitants fortifient l'église et l'intègrent dans la défense du bourg.

* En 1900, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. L'intérieur de l'église est parfois visible en dehors des offices, mais la visite du donjon est interdite.

 

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de la Dordogne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jack 31/03/2020 19:07

Le bon vin du Sud Ouest n'est en rien responsable. Vos articles sont rédigés de telle sorte qu'on est tenu en haleine jusqu'à la fin... et point de déception, sinon celle de ne pouvoir contempler l'intérieur, trop fréquemment clos à notre époque. Disons que mon côté rationnel et la connaissance du site m'ont fait remarquer qu'il n'était pas logique d'arriver par l'ouest après la visite du château. Mais votre style de rédaction laisse le suspense jusqu'au bout !

Pour ce qui est de mon album sur FB, il n'est actuellement pas visitable car en plein travaux de mise à jour mais surtout en pause ! Vous le savez autant que moi, entre le tri des photo, leur classement (par ancienneté de construction, pour ma part), la rédaction des textes descriptifs etc.. la masse de travail est immense ! Et malgré cette période de confinement qui me laisse beaucoup de temps, je suis actuellement atteint de flemmingite aiguë ! Et je ne peux même pas sortir pour découvrir de nouveaux endroits...

Le Chevalier Dauphinois 31/03/2020 20:22

* Bonjour et merci pour votre commentaire.
* Il est vrai que je cherche à lier 2 articles d'une même commune ou de 2 communes proches pour faire un récit. Conséquence : il peut y avoir quelques "erreurs" géographiques d'arrivée (comme vous l'avez constatée).
* Dans certains articles, je faire croire que je ne vois pas les systèmes défensifs (par exemple) donc il me faut prendre du recul ou contourner le bâtiment.......
..... mais la réalité est majoritairement différente.
* J'essaie souvent de faire monter le plaisir de la découverte (peut être tel que je l'aurai souhaité pour moi).
* En réalité, je rédige à la suite plusieurs articles d'une même province ou d'un même département car l'histoire est similaire (mêmes attaques, mêmes assaillants, même chef des Camisards, etc.....). Mais, pour ne pas lasser le lecteur qui est abonné, je saupoudre sur plusieurs trimestres ou années. Ainsi, chaque semaine, c'est un nouveau département qui apparaît.
* Mes errances et le coté d'arrivée sont "un peu" faux....... mais ceci n'est qu'un récit. Le reste, j'essaie d'être sérieux.
*** Je sais ce que c'est de trier, puis classer, puis sélectionner, puis retoucher des photos, Un travail parfois plus important que de rédiger un article.
***** J'ai aussi une petite flemme avec ce confinement. Mais j'ai décidé de me donner des objectifs quotidiens et hebdomadaires, Ainsi, je ne perds pas la notion du jour (pour éviter de croire que c'est dimanche tout le temps),cela me motive. J'ai mis dans mon smartphone des tâches obligatoires (certaines avec contraintes d'horaires) avec relances sonores.
***** Certes je ne peux plus visiter des ruines, des châteaux et des églises fortifiées, mais je peux m'avancer dans la rédaction et le classement (j'ai environ 70 articles d'avance, publiés dans le futur donc 35 semaines de tranquillité pour pouvoir (après le confinement) visiter dans le calme.
***** Dans mes tâches, j'ai aussi les livres que j'ai achetés dans les brocantes, marchés aux puces et et vide-greniers. Donc, mon smartphone m'alerte car je me dois d'y consacrer 2 heures par jour OBLIGATOIRE.
* Heureusement, le smartphone ne me punit pas si je ne respecte pas mes engagements. ;)

Jack 24/01/2020 15:44

De part la situation géographique de l'église vis à vis du château, je suis étonné que vous arriviez par l'ouest... Si l'on prend le chemin le plus direct, la première chose que l'on voit, c'est le haut chevet plat et le clocher carré percé d'archères.

Néanmoins, cela n'enlève rien à la qualité du travail (photo, explications etc...).

J'ai moi-même démarré un album de sites historiques sur mon compte Facebook et l'église d'Agonac en fait d'ailleurs partie. J'ai même déjà fait mention de votre blog sur l'église de Siorac-de-Ribérac.
Je serais ravi d'avoir votre avis, bien que mes compétences de photographe laissent à désirer, ainsi que ma prose...

Au plaisir de lire de nouveaux articles

Cdt.

Le Chevalier Dauphinois 25/01/2020 15:45

* Bonjour et merci pour votre commentaire.
* Peut être ai je un peu trop abusé du bon vin de la région donc.... hic..... ma boussole a tressailli (hihihi).
* Je vais de suite regarder vos découverte, car chacun a son style rédactionnel, sa manière de voir les sites médiévaux. J'apprends aussi de la lecture des autres blogs, site et FB.

Anne la Dauphinoise 06/08/2014 09:26

Grand merci, Chevalier, pour le nom de l'émission.
En ce moment de vacances (pas pour tous...), je "chope" les 5 mn de Michel Zinc sur le Moyen-Âge : un petit bonheur pour moi, surtout que de temps-en-temps il "déclame" des parties de texte en
vieux-françois.
Et en ce moment toujours, je lis plus les "conséquences" des méthodes de guerre que ces méthodes elles-mêmes : je suis en train de finir "La chanson de la croisade des Albigeois" (traduite ! j'ai
l'original en occitan, mais avant de lire l'occitan me faut-il comprendre parfaitement le vieux-françois !) : l'Anonyme, qui a continué la chanson, semble se complaire à décrire les résultats des
massacres !... Brrr ! pas très "appétissant" toutes ces cervelles, bouts de jambes ou bras, yeux etc... "parsemés" sur les champs de bataille ! on s'en serait passé !

NB : la "fente mystérieuse" m'interpelle : il me semble ne jamais en avoir vu de telle, "incrustée" dans le mur. Votre avis, entre latrines ou mâchicoulis ?

Le Chevalier Dauphinois 06/08/2014 20:05



 Pour les Podcasts, il y a herodote.net. Et le contreversé et pourtant si cultivé Frank Ferrant avec : Au coeur de l'histoire sur Europe 1.



Anne la Dauphinoise 05/08/2014 21:33

A i-je changé mon regard sur églises fortifiées.
G uère de doute que nombreux articles que nous offrez
O nt contribué à ouvrir mes yeux novices
N on seulement sur défensifs artifices,
A ussi sur style, et pourquoi furent également
C es moutiers transformés en forteresses, antan.

D irai-je que pour le style une opinion j'avais :
O ncques art roman, nenni, je ne dénigrerai.
R ien de superflu, mais une grande simplicité
D émontrant qu'aux "choses terrestres" s'attacher
O n ne devait - du moins, est-ce ce que j'ai compris,
G arantie, c'est bien sûr, d'une place au paradis...
N 'ai-je que "passion" pour sécurités qui sont vues,
E videntes ou non, bouchées ou entr'aperçues :

P ar elles, ai-je assimilé que jadis l'Eglise
E ut à coeur (plus ou moins) d'être généreuse... surprise !
R emettant à plus tard des âmes le sauvetage -
I mmédiats maux des hommes étant alors carnage
G énéré par les guerres - et accepta ainsi
O pérer modifications dans ses bâtis.
R aisons (bien longues) qui, du jour, me font apprécier
D écouverte, tant plus qu'est sise dans contrée aimée...

P araît imposant ce moutier plutôt petit,
O ù chaque espace fut pour contrer les ennemis.
S ais-je maintenant que d'autres bien plus vastes, ailleurs,
T ant de mal ne se donnèrent mie afin qu'aient l'heur

S auver leur vie, hommes du passé, en leur giron...
C locher, l'écrivez-vous, fait penser à donjon;
R aideur dans son allure, semblant toiser le monde,
I gnorant, c'est vrai, comme le reste, les formes rondes.
P araîssent, dès lors, plus arrogants les bâtiments,
T el le chevet, qui eût pu être trèfle charmant.
U ne rehausse, qui le fit s'intégrer au rempart (?)
M odifie son aspect... est quelque peu "barbare"...

N ef, tout autant, fut relevée, et un repli
O ffrit protection et défense du bourg, aussi,
T enant sa position dans ceinture fortifiée...
A ujourd'hui, à voir tous ces éléments restés,

B elliqueuse se dévoile cette église, c'est certain.
E nsemble, oui, massif, et tout "de bisangoin" !
N ous apparaît comme un bel enchevêtrement
E ntremêlant systèmes défensifs, art roman.
...

P our cela, m'a beaucoup plu la mirer, et puis,
S ans votre chapeau de paille, nous menez presque au paradis !

Le Chevalier Dauphinois 05/08/2014 23:42



  Depuis quelques temps, je podcaste des émissions sur l'histoire. J'ai découvert récemment : Temporium. L'animateur de cette émission, dans une présentation de juin 2012, résumait la guerre
de Cent Ans avec les différents acteurs (Bourguignon, Armagnac, Rois d'Angleterre et de France, Prince Noir etc....). Il a insisté sur le style d'attaque et de terreur que pratiquaient
des armées Angloises (Bretagne, Nord et Guyenne).


   La description et les méthodes de combats m'ont fait comprendre les églises fortifiées de cette région, dont Agonac est un des exemples.


  Mes articles prochains (mais quand ?) sur les églises (fortifiées évidemment) du Rouergue puis du Périgord vont montrer la puissance défensive des architectures
Romanes.
J'adore aussi opposé cet exemple d'Agonac à quelques églises de la Thiérache (postérieures de 3 à 4 siècles). Même besoin de protection, mais ennemi différent et armements "nouveaux".


--> Heureux je suis que mes proses aient pu vous faire changer d'avis sur ces constructions pauvres en histoires écrites mais riches en "mémoires historiques".



chadoin 30/04/2012 09:51

Mon prince, pas de souci!! dès que je peux me glisser dans les entrailles de l'église d'Agonac (elle est souvent fermée mais je vais voir ça !), je prends des photos et je partage !! Et pour le
lien entre nos blogs, est-ce faisable ou pas, dès que l'article sur Agonac sera fait?

Le Chevalier Dauphinois 30/04/2012 14:23



 Votre blog est déjà dans ma liste du patrimoine : http://chateau.over-blog.net/article-3235452.html