8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 07:30

 

 

Département  40 - LANDES

 

 

 

Une église fortifiée par les Anglais

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Lesgor est située à 30km à l'Ouest de Mont de Marsan, à 10km à l'Est de Castets et à 25km au Nord-Est de Dax.

 

     Coordonnées du bourg :

43° 51′ 12″ N 00° 54′ 00″ W
 43.853333°  -0.9°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La découverte

* Le bâtiment religieux, entouré de son cimetière, est un peu à l'écart du centre ville et de la route principale.

* En descendant de mon destrier, j'ai un choc.

Quelle incroyable église !

* Je pressens que je vais passer de longues heures à regarder chaque pierre tant elle semble hors du temps.

* Mais une question me trotte déjà dans la tête :

Comment vais je faire pour vous la montrer correctement ?

 

 

L'enquête commence

* L'ensemble église-cimetière est entouré d'un mur de faible hauteur.

* Je suis surpris de voir de nombreux contreforts appuyés sur ce muret.

* Je suppose que ce devait être le rempart aujourd'hui arasé.

Étonné je suis devant ces profonds contreforts

 

 

 L'abside

* En suivant ce mur-rempart, je découvre la nef.

* Je n'ai jamais vu une nef avec d'aussi puissants contreforts.

* Grâce aux années qui ont comblé la base du rempart, je peux facilement enjamber le muret pour admirer cette abside renforcée.

Pourquoi avoir construit des contreforts

triangulaires aussi profonds ?

* Je n'ai jamais vu cette architecture pour une bâtisse médiévale.

* Mais en observant les matériaux (du grès mélangé avec des galets), je pressens que les contreforts ont été ajoutés bien après la construction de l'église.

Mais, pour quelle raison ?

* Sous le toit, la différence de matériaux montre une élévation de l'abside (et de la nef bien sur).

* C'est un chemin de ronde, système défensif classique pour une église.

Ces contreforts ont ils été ajoutés par

les architectes par crainte de poids excessif

sur le mur circulaire de l'abside ? 

 

 

    Le clocher-tour

* Toujours en suivant le rempart, je découvre le clocher-tour coté Nord.

* Et là j'ai encore un choc et même plusieurs !

  Contreforts plats et à larmiers soutiennent le clocher-tour* Très souvent, un clocher s'élève à plusieurs mètres (et parfois dizaines de mètres) au dessus de la nef.

* C'est le symbole religieux qui se voit de loin.

* A Lesgor, il ne dépasse le toit de la nef que de 2 petits mètres. Pourtant... Il se montre.

Incroyable n'est ce pas ! 

* Sous le toit, les ouvertures me font penser à un chemin de ronde.

Les trous de boulin supportaient ils des

hourds (voir vocabulaire) ou une passerelle ?

* A la base, l'ancienne porte ogivale a été obstruée.

* Les contreforts sont asymétriques. L'un situé en angle comporte plusieurs larmiers, alors que l'autre posé un peu à l'écart de l'angle est uniforme.

* A la base, la maçonnerie est constituée de blocs de grès jaunâtre de taille moyenne correctement alignés.

* Mais, comme pour l'abside, la surélévation est chaotique.

* Elle est réalisée avec des pierres de petites tailles et de couleur brun-rougâtre.

* Cela dénote une construction hâtive et de plusieurs années postérieures.

 

 

La suite !

L'église fortifiée de Lesgor est si passionnante que je vous propose de

continuer la visite dans un autre article - clic.

 

 

 

Unique et originale église fortifiée Landaise

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers menu des châteaux des Landes Vers Menu châteaux des Landes

Partager cet article

Repost0

commentaires

Anne la Dauphinoise 06/11/2013 21:46

L a frontière entre forteresse et moutier
E st peu visible ici; même le clocher
S e fond dans cette masse impressionnante,
G uère plus haut que nef, contre toute attente.
O n l'aurait pensé élancé... Du moins
R ehaussé un tant, se voyant de loin...

L e chevet arrondi seul laisse songer
A église, encore que très renforcé.
N ul doute que contreforts - le pensez-vous -
D édiés sont au support de cet ajout
E n la forme de chemin de ronde, repli.
S urent-ils, en leur temps, fort gêner aussi,

A ccolés à muraille. Ces "murs de pierre",
Q uelle bienvenue parade, belle barrière...
U ne nef montrant quantité d'ouvertures
I ndique que cette région était peu sûre :
T rouver grand'place pour se mettre à l'abri
A dû être attention des gens d'ici :
I mmense refuge du chevet au clocher !
N 'est-ce point là signe d'une insécurité
E vidente, à laquelle devaient pallier

N ombreux lieux saints en cette contrée déserte
O ù tant peu de castels laissaient ouverte
T rès grand la porte aux exactions du temps...
A ssuma son rôle ce moutier, antan.

B izarre, ce deuxième toit au clocher vu...
E st-il nid pour les cloches ? semble incongru...
N e savait debout un homme y rester (?)
E st-il nouveau peut-être : "pièce rapportée"?

Le Chevalier Dauphinois 07/11/2013 12:02



  Le surtoit très curieux est (si mes souvenir sont exacts) pour l'abat-son. Les cloches ont certainement été ajoutées quelques temps après... mais quand ?


  Cette église Romane presque intemporelle, est le symbole d'une région sans château mais subissant les attaques de routiers (certainement) durant la période Anglaise. Elle est le
symbole de survi dans les temps difficiles de nos "basses-provinces"