20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 07:30
michel-j-01  

 

Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 91 - ESSONNE

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Le Val Saint Germain est située à 39km au Sud-Ouest de Paris, à 25km au Sud-Est de Rambouillet et à 14km à l'Ouest d'Arpajon.

 

   Coordo  nnées du château :

48° 34' 33" N 02° 06' 07" E
 48.575727°  2.102079°

 

 

 

Miroir, joli miroir.. Suis je le plus beau ?

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

* Le but de ce blog est de décrire les constructions médiévales fortifiées, c'est à dire, tous bâtiments dont une des pierres a été posée avant 1492, date convenue de la fin du Moyen Âge.

* Tous les châteaux ne sont pas devenus des ruines romantiques avec l'arrivée de la Renaissance. Nombre d'entre eux ont continué à vivre et à évoluer.

* Voici un exemple "extrême" d'une construction médiévale devenue un magnifique château "récent".

* J'espère que vous comprendrez la raison de cet article "hors norme" sur mon blog de ruines.

* Je laisse maintenant la place à messire M.J.

 

 

Façade Ouest, vue du Grand Canal

La découverte

* Une très grande solennité se révèle dans cette construction établie sur un plan rectangulaire et dont la façade Ouest se reflète dans un immense miroir d'eau.

* Deux ailes de cinq travées se raccordent sur un corps central de trois travées, surmonté d'un dôme, et précédé d'un péristyle à fronton triangulaire.

* Le piano nobile est visiblement ici le rez-de-chaussée.

* Les fenêtres de l'étage sont de dimension plus modeste, et même en attique dans le péristyle. 

 

 

Le raffinement

* Établi sur une plate-forme entourée d'eau, la cour d'honneur correspond à celle du château antérieur dont elle semble avoir conservé les deux petits pavillons à base carrée à ses deux angles Nord-Ouest et Sud-Ouest.

* L'architecture, due à Jean-Benoît Barré, laisse apparaître un extrême raffinement :

- Une longue corniche, à modillons, court tout le long de la façade et est reprise dans la décoration du grand fronton central.

- Répondent à celui-ci quatre petits frontons aux extrémités des ailes du piano nobile.

* Entre les trumeaux qui séparent les baies, de courts éléments de frises sculptées et un grand bandeau séparent les deux niveaux.

 

 Une tour médiévale  

Les dépendances

* Un petit pont de pierre donne accès aux dépendances, établies sur une autre plate-forme, tout autant cernée par l'eau de la Remarde.

* Ces dépendances sont celles du troisième château du 17ème siècle dont l'architecture se différencie nettement de celle du château principal.

* De forts chaînages d'angles, en légère saillie et encadrant l'accès, limitent de sobres façades en pierre.

* Des toitures à la française d'où saillissent des lucarnes.

* Le gros colombier à l'angle Nord-Ouest, serait une réminiscence d'une des tours du château féodal d'origine.

* Ces dépendances abritent un musée consacré à Talleyrand, ce personnage incontournable durant la charnière des 18ème et 19ème siècle.

 

 

 

La façade Nord Façade nord des dépendances

* Ces dépendances qui sont disposées sur trois des quatre cotés de la seconde plate-forme ont des dimensions impressionnantes, situant l'importance du domaine du Marais.

* Ce château qui n'est ouvert à la visite que les dimanches mérite cependant une visite, ne serait-ce que pour y venir jouir de son vaste parc arboré et visiter ses parties accessibles intérieures.

 

 

L'intérieur :

* Le salon où Talleyrand nourrissait ses intrigues avec la propriétaire des lieux, mais également la salle consacrée à cet autre politicien, Gaston Palewski, dont la carrière lui a fait côtoyer le général Lyautey au Maroc, puis Paul Reynaud et enfin le général de Gaulle dont il fut directeur de cabinet, durant les années de guerre.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un manoir féodal.

* Au 15ème siècle, un certain Antoine de Vigeais fait relever de ses ruines une première construction en faisant construire un deuxième château,

* En 1516, Jean Hurault, conseiller au parlement de Paris, achète le château

* Vers 1620, cette même famille fait construire un troisième château dont il ne reste actuellement que les communs.

* Au début du 18ème siècle, le domaine est acquis par Pierre Henri Lemaître.

* En 1767, le château est vendu à Jean Le Maître de La Martinière.

* En 1772, ce nouveau propriétaire fait table rase du château pour en faire bâtir un quatrième, sur les plans de Jean-Benoît Barré, dans la facture rigoureuse et solennelle des constructions de la fin de règne de Louis XVI (voir liste des Rois).

* En 1783, à la mort de Jean Le Maître,c'est sa nièce, Adélaïde Prévost, qui hérite du château. Elle est mieux connue sous son nom de femme mariée, Mme Lalive de La Briche.

* Au 19ème siècle,  elle tient salon au château du Marais et y reçoit des hommes de lettre, Florian, Sainte-Beuve, Mérimée, Chateaubriand… et surtout le charismatique Talleyrand qui fit ici la connaissance de Mme de Staël.

* A la fin du 19ème siècle, le château est acquis par le Comte Boniface de Castellane.

* Entre 1903 et 1906, le Comte (voir titre de noblesse) fait reconstituer les jardins à la française qui avaient été transformés en parc paysager au début du 19ème siècle.

* En 1906, son divorce d'avec son épouse Anna Gould qui avait financé ces somptueux travaux, amène finalement la transmission du domaine à la famille de Talleyrand-Périgord.

* En 1965, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la visite du château est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

 

Façade Ouest vue du Grand Canal

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux d'Ile de France

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 21/11/2018 14:04

C omme je « démarre au quart de tour », n’aurez
A ucun préambule de ma part, pensez !
S us je dirai toujours à ces bâtis
T rop récents, remaniés pour être ici !
E t nulle explication oncques n’ôtera
L ‘impression qu’on est trompé ! Ne puis-je pas

D u tout comprendre ! Je suis vraiment têtue !
U n défaut ? Je le nommerai : vertu !

M ais oui ! C’en est une vous prévenir -
A vec tact ? sans doute pas, car mon ire
R ougir* me fait à presque en exploser ! -
A vouez que trop loin bouchon poussez !
I mpossible pour moi de reconnaître
S ensationnel blog qu’avant semblait être !

L ‘ange qu’étiez est devenu démon
E t (pour enfoncer le clou) un félon !

V ous suivant depuis moult d’années je suis
A terrée de la voie que prennent écrits !**
L e fait que je ne fasse, à chaque fois,

S candale quand sites ne sont pour moi
A ssez vieils ou ruinés, ne signifie,
I l faut que vous l’entendiez, que je suis
N aturellement d’accord avec vous !
T rop souvent serait montré mon courroux !

G randement bien « habillé pour l’hiver »
E tes vous par mes soins !… Je suis sévère,
R appelant que même si de ces lieux***
M aître êtes-vous, vous rendez malheureux
A ssidûs neurones médiévaux ! sont
I mmensément tristes qu’en pâmoison
N e tombé-je plus mirant ces fleurons

E mblèmes du Moyen-Âge !**** Vais-je avoir
S u, ne serait-ce qu’un tant, émouvoir
S i apprécié Dauphinois Chevalier ?
O ui, pour sûr, va t-il de ce pas changer
N ouvelle « optique » de son blog. Perdue
N e serai-je plus ainsi… Mais têtu
E tes-vous autant que moi ! C’est fichu !

N ‘en veux-je, du tout, à Messire M.J.
O n ressent son amour pour ces bâtis
T rès bien montrés, expliqués, quant à leur
A rchitecture, les mettant en valeur.

P uisse t-il ne mie être offensé. M’en vais
S ur Talleyrand proser puisque lien est.*****

* rougir et/ou rugir !
** je veux dire : votre blog, via vos articles, depuis un petit moment.
*** votre blog.
**** fleurons, emblèmes du Moyen-Âge = tous ces castels ou ruines que l’on mirait, AVANT, dans votre blog !
***** lien « charismatique Talleyrand » dans l'historique.

Le Chevalier Dauphinois 21/11/2018 14:40

* Hihihihi..... En décalant mardi cet article, à l'origine prévu (presque) à la fin du siècle, je savais que couroux j'aurais..... hihihi !
* Haaaa... Comme il est plaisant de se connaître... hihihi !
.
* Il est vrai que ce château, dont les origines médiévales ne sont point à mettre en cause, est un (gros) peu moderne.
* Mais n'est ce point la variété qui crée la richesse ?.... (heu, je pressens que l'argument ne sera pas accepté par Ma Pierrote).
.
** Actuellement je rédige des articles fascinants sur des sites médiévaux.... uniques.
** L'Ardèche, la Lozère, un peu la Drôme offrent des ruines ruinées presque vivantes.
** Dordogne puis Lot et Garonne possèdent des églises fortifiées et des bourgs défensifs fascinants.
** Donc, je me consacre à 2019 en terminant l'année par des constructions historiques de moindre importance architecturale.
** Et puis, avec les difficultés que me posent overblog depuis leur frénésie de modernité d'affichage inutile et plein de bugs.... J'avoue me dépêcher de faire des articles "faciles" (donc rapides) pour avoir un peu d'avance au cas où je ne pourrai pas rédiger durant quelques semaines.
.
* Courage, belle Dauphinoise, affrontez ce vent de folie Chevaleresque..... Le souffle des ruines est au bout de l'attente.... hihihihi ! ! ! !