5 septembre 2006 2 05 /09 /septembre /2006 23:50

 

Ce Tableau est un lexique des termes d'architecture médiévale les plus utilisés dans ce blog. Cliquez sur :

    * les mots soulignés et verts

    * le chiffre vert souligné: (1) s'il y a plusieurs photos

 

  Château idéal

Exemple d'un château médiéval.

 

Arc brisé - (1)
Forme de porte ou fenêtre de style Gothique obtenue en croisant deux arcs de cercle
Arc de décharge Arc de pierre dans un mur ou au dessus d'une porte diminuant la masse sur la zone fragile et la répartissant sur l'extérieur
Archère

Ouverture en fente verticale, étroite à l'extérieur et évasée à l'intérieur permettant le tir d'arme à flèche: arc ou à l'arbalète ( (voir aussi Meurtrière). Les archères ont évolué suivant les progrès des armes :

 Archère à étrier,   Archère pour couleuvrine Archère cruciforme

 

Assommoir - (1) Ouverture au niveau du plafond, défendant généralement une porte. Elle permet de jeter verticalement des projectiles ...... pour assommer
Banquette Contrairement à ce que le nom peut faire penser, ce n'est pas un élément de confort. C'est une taille du rocher (en forme de L) servant le support des premières pierres d'un mur (fondation)
Barbacane - (1) Ouvrage de fortification basse, avancé, destiné à protéger la porte d'une ville, la tête d'un pont, une entrée de château, etc
Basse-Cour Cour entre 2 enceintes comprenant des dépendances, les écuries, étables.... Elle peut servir d'habitat provisoire pour les paysans en cas d'attaque
Bossage - (1) Bosse plus ou moins saillante sur une pierre dans un mur extérieur.
Bouche à feu - (1) - (2) Ouverture percée dans les murs des tours permettant le tir des "premiers" canons, couleuvrines etc
Boulin - (1) - (2) Poutre de bois horizontale, pénétrant ou traversant une maçonnerie et destinée à supporter le platelage de l'échafaudage au moment de la construction d'un édifice.La consolidation ou la réparation après un conflit peut aussi faire l'objet d'un échafaudage avec les boulins
Bretèche - (1) Construction en saillie sur un mur et percée de mâchicoulis, utilisée comme ouvrage de défense
Canonnière - (1) Ouverture dans les murs et les tours pour le tir au canon, elle est généralement ovale ou ronde. (voir aussi Bouche à Feu)
Châtelet. Petit château à la tête d'un pont, d'un guet, d'une route .....servant au contrôle et à la défense de cette voie de communication
Chemin de ronde Passage sur un mur d'enceinte protégé par un "parapet". Il sert à la circulation des soldats sur le rempart pour la surveillance ou le combat
Chemise Muraille enveloppant une tour de manière à la protéger. Elle peut parfois comporter des archères ou des bouches à feu
Citerne  - (1)  - (2) Réservoir dans lequel on recueille et conserve les eaux de pluie
Communs Bâtiments qui servent de logement aux valets
Conciergerie Logement des soldats de la garde, appelée aussi 'salle de garde'
Contrescarpe Paroi extérieure d'un fossé de fortifications
Corbeau - (1) - (2)  Pierre ou pièce de bois en saillie servant de support pour une bretèche, poutre, hourd
Courtine Mur compris entre 2 tours fortifiées
Coussiège - (1) Un coussiège est un banc ménagé dans l'embrasure d'une fenêtre. Souvent de pierre, intégré à la maçonnerie. Les fenêtres des châteaux en comportent un ou deux
Créneau (du latin crena, entaille) Partie creuse d'un crénelage d'un rempart ou d'une tour. La partie pleine se nomme : Merlon
Crénelage Ensemble de créneaux
Cul de lampe - (1) - (2) Ouvrage décoratif composé de pierres posées en surplomb pour supporter la retombée d'arcs ou de nervures
Culée Massif de maçonnerie destinée à contenir la poussée d'un arc, d'une arche, d'une voûte
Donjon - (1) (du latin dominus : Tour du Seigneur) Tour maîtresse qui dominait souvent dans un château fort médiéval. Elle peut être centrale ou encastrée dans les courtine. Sa fonction est la surveillance, et le repli ultime. Parfois (mais rarement) elle est la demeure du seigneur
Douves (du grec dokhê, récipient) Fossé entourant le château et rempli d'eau
Ébrasement

Nommée aussi ébrasure est l'élargissement en biais de la maçonnerie du percement d'une baie (coté oblique du percement d'une baie).

 Un ébrasement peut être simple (uniquement vers l'intérieur) ou double (augmentant l'angle de tir pour les archers).

Echauguette (pour le guet) Petite construction en surplomb sur une muraille fortifiée ou une tour
Embrasure C'est une ouverture ou espace réalisé dans un mur pour le percement d'une baie (fenêtre mais aussi archère, bouche à feu etc..). 
Enceinte Ensemble des murailles défensives du château.
Escarpe Monticule de terre surplombant un fossé appuyé sur un  rempart ou une fortification (coté de la place)aaaa
Fausse-Braie Enceinte qui entoure tout ou une partie de l'enceinte principale du château, aménagée au niveau de l'escarpe afin de surélever celle-ci et de protéger la base des murailles principales contre les projectiles et contre la pose directe d'échelles par l'assaillant
Flèches Poutres de bois faisant parti du pont bascule auxquelles les chaînes sont attachées
Flanque Se dit d'une tour ou d'une construction sur le coté, "sur le flan"
Fruit Inclinaison donnée au coté extérieur à un mur. (Écart d'aplomb d'une paroi par rapport à la verticale)
Fossé Obstacle creusé autour de la place (du château). Il est sec, s'il comporte de l'eau, il se nomme DOUVES
Glacis Talus incliné qui s'étend en avant d'une fortification
Herse  (du latin hirpex) Grille mobile de fer ou de bois armée par le bas de fortes pointes, coulissant de haut en bas à l'entrée d'un château fort
Hourd  (hurdel, du Francique hurd : palissade) Galerie de bois construite en surplomb d'un ouvrage de fortification pour permettre de tirer sur les assaillants au pied de cet ouvrage (cette galerie se situe souvent autour du sommet des murs d'un château)
Hourdage Ensemble des hourds.
Huchette - (1) Volet pivotant sur un axe horizontal protégeant une embrasure de tir ou un créneau.
Latrines - (1) Lieu d'aisance, souvent construit en encorbellement sur un rempart ou une tour.
Lice

Palissade de bois entourant les châteaux ou les sites fortifiés.

Champs clos où se déroulait des joutes (entrer en lice)

Mâchicoulis - (1) (de mâcher - écraser- et coulis -action de couler) Percements dans le sol des parties en surplomb d'une architecture militaire (remparts) aménagés pour le jet plongeant des projectiles
Manoir Habitation d'un propriétaire de fief qui ne possède pas le droit d'élever un château avec tours et donjon
Mantelet  C'est un bouclier en bois ou de vannerie protégeant les soldats. Généralement les assiégeants, mais il est possible que les assiégés se protègent aussi dans la basse cour.
Merlon  (de l'Italien merlone)  Partie pleine d'un rempart entre deux créneaux. Un merlon peut comporter une archère ou un système de fixation pour une hachette.
Meneaux (ex. fenêtre à meneaux) Montants ou croisillon de pierre divisant une baie
Meurtrière Ouverture de faible largeur dans une courtine ou une tour permettant la surveillance "cachée" ou l'envoi de projectiles (le mot Archère est préférable)
Motte Terre-plein surélevé artificielle créé pour servir de base à une place forte.
Oubliette Cachot souterrain pour des prisonniers que l'on souhaite "oublier". Peu d'exemple réel d'oubliette ont été vérifié
Parement Face extérieure d'un mur revêtue de pierres de taille
Poivrière Guérite de maçonnerie à toit conique placée en encorbellement à l'angle d'un bastion, de tour pour en surveiller les abords
Pont-Dormant Pont fixe au-dessus d'un fossé ou des douves
Pont-Levis -  (1) 

Le pont-levis comporte 2 fonctions :
  1 - Abaissé, il permet le passage au dessus d'un fossé ou des douves.
  2 - Relevé, il protège l'accès du château

Poterne  -  (1)  (posterle, du latin posterala, porte de derrière)  Porte dérobée dans une muraille servant à fuir ou à faire entrer des renforts
Puits de lumière - (1) Ouverture en hauteur dans une salle de replie (souvent borgne) laissant passer la lumière. Son ouverture évite la pénétration des flèches des assaillants
Ratier -  (1) Sous-sol d'une tour servant le plus souvent de cave. Il est obstrué par une grille permettant l'aération. Aucun moyen d'accès à part cette grille. On prétend que cela pouvait servir de "prison"
Tour -  (1)

Ouvrage d'abord carré ou rectangulaire puis rond. Puis sa forme évolue en semi-circulaire,  fer à cheval et polygonal, etc

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 01/11/2018 13:51

Je reviens ici, mais cette fois mon objet/sujet est dans le thème :
Continuant ma lecture (de Christine de Pisan), j’ai encontré le nom ancien d’une herse : une porte colice. Je ne l’avais jamais lu encore, du moins pas celui-ci (de nom pour une herse).

Pour le couillard, je l’ai lu seulement dans des revues sur le Moyen-Âge, jamais dans mes grimoires… Les historiens seraient-ils trop prudes ?…
… Et aussi, vous en aviez déjà parlé, je ne sais où en revanche… peut-être dans l’une de vos réponses à un commentaire.
… Il semble évident que certains noms d’engins viennent « du peuple » comme vous l’écrivez… Il fallait des noms compréhensibles, qui expliquaient l’engin par l’image à laquelle ces noms se référaient…!
… Mais, je me demande s’il y avait un autre nom pour cet engin de guerre… ? Un nom « technique »… ? Vous en savez quelque chose ?
... Je n’y connais pas trop en cette matière d’engins de guerre, seulement par ce que je lis dans mes différents grimoires (ce qui m’a permis tout de même de découvrir/connaître pas mal de choses, mais certainement pas toutes, je le sais bien !).

Pierrote 29/10/2018 20:25

Je sais que le sujet dont je vais vous parler n’a rien à faire ici, mais je voulais vous l’écrire tout de même, le trouvant rigolo :

Vous saviez que comme « engins de guerre » il existait le mouton et… le loup pour le contrer ? … J’ai trouvé ça drôle !

… Je l’ai lu dans « Le livre des fais du sage roy Charles » de Christine de Pisan, en vieux-françois bien sûr (il s’agit de Charles V, donc 2e moitié du XIVe siècle)
… Le mouton était ce que l’on nomme le bélier mais accroché à un abri, une « maisonnette » pour protéger les soldats.
… Apparemment, à cette époque ils nommaient « mouton » soit l’ensemble, soit juste la poutre (notre bélier actuel) devant la maisonnette.
… Et le loup était un fer courbe à dents (genre de fourche/crochet), avec des cordes, pour attraper la poutre, le mouton, donc !

NB : Christine de Pisan précise bien que pour tout ce qui est « militaire » dans son écrit, elle reprend les explications de personnes compétentes en la matière = ce n’est ni inventé, ni enjolivé par une femme… et... ni répété par une autre !

Le Chevalier Dauphinois 29/10/2018 20:43

* Je ne connaissais pas ces expressions pour cette arme, il est vrai que j'ai peu étudié ce sujet, excepté lors de visite de châteaux lorsqu'elles sont exposées.
* Le nom de certaines armes était parfois donné par "le peuple". Je pressens que souvent, le nom qui nous parvient devait être un "surnom".
* Par exemple : Le Couillard.
-- C'est une arme de jet comprenant un mat avec de chaque coté 1 contrepoids. L'analogie avec xxxx (heu... en tant que Chevalier, je ne peux point parler de cela à une gente dame) est évidente, surtout lorsque l'on voit cette arme de face...... hihihi.
.
Nota : Je viens de regarder sur le web les critiques sur ce livre. Elles sont toutes positives. Je vais donc me le procurer... Merci Dame Dauphinoise.

Quel son tous les chateau qui ont appartenue à la 11/12/2014 04:16

Quel son les chateau qui ont appatenue à la famille Pinet en France ou ailleurs en Europe. D'un cousin d'Amérique je vous dit un grand merci à tous.

Le Chevalier Dauphinois 11/12/2014 19:15



* Bien le bonjour messire de l'autre continent.


* Mon blog est consacré aux châteaux forts et aux ruines médiévales fortifiées.


* Je ne montre ici que les construction dont une pierre a été posée avant 1492. Les autres châteaux n'y seront point montrés.


* Mais j'avoue m'intéresser un peu moins aux personnages ou familles ayant vécu dans ces bâtiments.


* La seule information qui me revient est la présence d'une famille Pinet ici : http://chateau.over-blog.net/article-isere-chateau-pinet-39400257.html


 



Anne la Dauphinoise 06/08/2013 20:27

Oups... désolée, Chevalier, je croyais que vous lisiez de temps-en-temps des textes en vieux-françois... ça vous aura rappelé au moins que vous nous "devez" une belle photo de contrescarpe !

Le Chevalier Dauphinois 07/08/2013 12:42



  Point désolée vous devez être. Grâce à mon ami le roi Google 1er et son Google-Book, je peux avoir des textes en vieux François avec souvent/parfois une "traduction".


  Et puis, j'ai tant à faire avec mes découvertes castrales et la rédaction d'articles que j'avoue ne point prendre le temps de m'améliorer dans cette langue ancienne



Anne la Dauphinoise 05/08/2013 23:21

Je suis en train de lire "Le journal d'un bourgeois de Paris" (dans le texte, bien sûr !) et je découvre un terme, du XVe siècle donc, qui signifie la contrescarpe: le "condos" (j'ai "deviné" que
c'était cela car il y a une note, comme pour tous les termes inconnus de nos jours, et il est écrit: "rebord extérieur d'un fossé")
J'espère que je vous ai fait un cadeau ainsi: peut-être que vous ne connaissiez pas ce mot ancien ? (Et peut-être pourrais-je le glisser un jour dans l'un de mes acrostiches maintenant que moi je
le connais !)

Le Chevalier Dauphinois 06/08/2013 11:58



Quel curieux mot. Court, simple, certainement "contracté". J'avoue ne point connaître ce mot , mais je ne lis que les textes de notre siècle, ceci expliquant cela.


  Je vais donc tenter de trouver un château ou une ruine possédant une contrescarpe. Cela ne devrait pas être difficile car cette "architecture" est classique pour un système défensif
castral.