29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 07:05

 

 

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

 

 

Le bourg :

      Situation :  (--> le voir sur une carte)

    La ville de Sion se situe à 30km à l'Est de la frontière Française en passant par Chamonix.

  Montorge est au Nord-Est de Sion, sur un promontoire de la rive droite du fleuve Rhône. 

 

   Coordonnées du château :

46° 13' 51" N07° 10' 01" E
 46.230830° 7.334948°

 

 

 

Le château :

        L'extérieur : 

Il se cache

* A la sortie de la ville en direction de l'Ouest, au bord d'un ravin naturel, un curieux bâtiment attire mon attention.

* Ne me dites pas que vous ne le voyez pas.

* Allons faites un effort.

* Je vous le montre autrement.

 

 

Je lui tourne autour

* Comme j'ai envie de mieux comprendre ce site castral, je décide de contourner la colline.

* L'autre face est moins verte.

* La blanche ruine se distingue mieux

* Elle est posée en haut de la colline à 732m d'altitude.

* Sa position stratégique au confluent des vallées permettait la surveillance des frontières entre les terres Épiscopales et Savoyardes.

 

 

L'approche

* Pour découvrir cette ruine, il faut attacher son destrier au petit parking depuis La Muraz, puis monter par un petit sentier.

* Aux pieds de la dernière montée, les historiens ont décelé un fossé protégeant la porte du premier rempart avec pont-levis.

* J'avoue que cela est imperceptible aujourd'hui.

* Proche du sommet, un autre fossé existait avec évidemment l'habituel pont-levis.

* L'ensemble a totalement disparu bien sur.

* Si vous tentez de découvrir le site en contournant les remparts extérieurs, vous découvrirez qu'il épouse parfaitement l'étroite crête donnant un ensemble tout en longueur orienté Est-Ouest.

 

 

Le plan

* Pour comprendre cette ruine, il est préférable de regarder le plan  mis à disposition des visiteurs sur une courtine.

* L'entrée est en bas à droite sur le plan.

* De suite l'ambiance est donnée : Ceci est une véritable ruine.

* La preuve, voici les restes de la salle des gardes.

  

 

        L'intérieur :

La défense

* Sur la face Nord, la courtine est épaisse et comporte des archères droites du 13ème siècle (?).

* Ceci est bien une ruine d'époque médiévale.

* Ne pensez pas que l'archer médiéval était couché puisque le sol est au raz de la fente. Cette "curiosité" est due aux étages supérieurs et au toit écroulés, comblant ainsi l'étage inférieur.

 

 

La suite

* En face sur la face Sud, des petits murets très consolidés sont les vestiges d'un grand bâtiment.

* Ce devait être une tour rectangulaire.

* Il ne reste qu'une salle voûtée (que je pressens être une citerne).

* Puis, ce que le plan nomme l'annexe.

 

 

La surprise dans le mur

* Un peu plus à l'Ouest après de nombreuses archères apparait une large ouverture dans la courtine.

Qu'est ce ?

* Ceux qui pensent à une poterne (voir vocabulaire) ont .... perdu.

* Ceux qui pensent à une archère cassée ont...... perdu aussi.

* Les timides qui n'osent pas dire que c'est une bretèche ont........ hélas perdu... mais c'est presque cela.

* Je vais vous donner un indice en regardant ce "mystère" depuis l'extérieur.

* Ceux qui ont "triché" en regardant le plan ont certainement la bonne réponse.

* Ce sont les vestiges des latrines.

 

 

Elle est ronde

* Je continue ma conquête de l'Ouest  (votre chevalier se prend pour un cowboy maintenant   hihihi).

* Le dernier vestige de ce château apparait.

* Il a certes perdu (lui aussi vous n'êtes pas les seuls    hihihi) de sa hauteur, de sa puissance, mais il est facile de reconnaître la tour ronde surveillant la vallée de la Morge.

 

 

Le confort était là

* Protégé du soleil d'été grâce à l'ombre des arbres, appuyé sur la tour, il est agréable d'admirer la longueur de cette ruine.

* Juste devant moi mon imaginaire revoit la vie du seigneur dans son logis.

* Je ne me moque pas, cette grande étendue herbeuse était l'habitat de ce château.

 

 

Le cadeau !

* Avant de repartir vers un autre château, j'admire la richesse des ruines médiévales du Valais......

..........qui est....

.................. l'incroyable panorama sur la vallée du Rhône.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1230, Aymon de Sablais, fils de Thomas Comte de Savoie (voir liste des Comtes) fait construire une fortification sur le territoire de l’Évêque de Sion. Évidemment un conflit éclate.

* En 1260, un accord d'échange est conclu entre l'évêque et Boniface Comte (voir titre de noblesse) de Savoie. Curieusement, Montorge appartient toujours aux Savoyards. Sa position pour surveiller les châteaux de Valère et Tourbillon en fait un atout de pression "psychologique" pour le Comte de Savoie.

* En 1264, Henri de Rarogne, vassal de l’Évêque, s'empare du château par la force.

* A la fin du 13ème siècle, Pierre d'Oron, Évêque de Sion, fait reconstruire le château.

* En 1417, durant la guerre de Rarogne, le château est définitivement détruit

* Au 20ème siècle, la ruine est consolidée et quelques recherches archéologiques sont entreprises.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 01/07/2018 20:46

C omme la montée dut être un plaisir
A vant de pouvoir ruine découvrir,
S ente y menant semblant si agréable !*
T oujours nous dites qu’il est formidable
E mbrasser vue panoramique d’un lieu.
L ‘accès doit être aussi moment heureux,

D u moins certaines fois… même en armure ! (
E mpêche lors icelle moult de griffures !)

M agie du site opère dès l’arrivée.
O ui, il me plait toujours archères mirer
N otamment de l’intérieur : on ressent
T oute la force d’un « atour »** d’antan
O ffrant fenêtre de tir et de vue,
R udoyant au premier chef les intrus.
G uère élaborées sont bien ces défenses.
E urent pourtant, en leur temps, grand’ puissance.

S alle des gardes, même écroulée, me siet.
I ncroyable position elle avait,
O bservant entrée, alentours aussi,
N eutralisant approchés ennemis.

V indicative fut dans le passé
A vec « panoplie » des sécurités
L iées à tel ouvrage, c’est certain.
A insi je le crois, l’imagine bien.
I régulier appareillage, encore,
S ait me séduire dans ce castel fort…

S uperbes vestiges dans les feuillus
U n tant, il est vrai, aujourd’hui perdus ;
I mposants bâtiments du Moyen-Âge,
S ouverains, et que montrent vos images
S i joliment, Ô, Chevalier : Merci !
E xquis rêves avez ici permis !

P our finir, les latrines je n’avais
S u deviner ! Qui, à part vous, l’aurait !

* cf. image du lien « monter par un petit sentier » et celle du lien « la tour ronde » : on vous envie alors d’avoir eu si belle promenade pour mirer les ruines !
** atour guerrier, bien sûr… ce qui est normal dans un castel fort…

Le Chevalier Dauphinois 03/07/2018 19:15

* En Suisse, ou du moins en Valais, les ruines médiévales semblent différentes de celles de notre Royaume.
* Elles sont soit entières (hihihi, amusant pour une ruine) soit très consolidées au point que l'on devine le châteaux (pourtant aux murs minimaux).
- Est ce à cause des larges vallées et des hautes montagnes ?
- Est ce à cause de l'ultra propreté (Suisse ?) des sites visités ?
* Une ambiance de silense, de recueillement est respirable en ces ruines.
--> L'avez vous senti aussi ?.... Je le pense en lisant votre prose.

Pascaly :0010: 24/03/2008 22:02

La Suisse, moi ... ça me fait penser au CHOCOLAT !! oui, je sais la maîkresse est incorrigible et gourmande !!! Existe-t-il des châteaux en chocolat ??
gros bisous chocolatés au chevalier

Le Chevalier Dauphinois 25/03/2008 09:24


Hummmm, un bisou chocolaté d'une maiKresse, c'est super génial.... ops... j'ai oublié d'enlever mon heaume.... pfff, pas bien malin le chevalier.
  Des châteaux en chocolat, hélas, point encore vu... Mais à Montorge, j'avais du Troblerone dans mon sac à dos. Et sous l'arbre, je l'ai dégusté en regardant "ma" ruine. 
Hummmmmm....


Loralie 23/03/2008 23:14

Ah que la vue est superbe, tu as raison. et que ces vieilles pierres doivent en avoir à raconter des choses ^^

chouet ton petit texte qui s'affiche sur tes images au passage de la souris au fait . D'ailleur autant t'avouer heu non je n'avais pas vu du premier coup d'oeil cette vieille ruine . Me doit changer de lunettes peut être ? ^^

Le Chevalier Dauphinois 24/03/2008 07:55


Pauvre "petite ange" qui n'avait pas vu la ruine sur la colline.... En faut, tu dois voler trop haut... dans les nuages certainement !  hihihi


Gildas 23/03/2008 18:25

Je trouve que l’on devrait systématiquement stabiliser ces belles ruines, visiblement, cela a été fait au château de Montorge. Dans mon Sud-Ouest il y a, hélas, encore beaucoup à faire!!! Merci Chevalier pour les sites que je découvre, merci aussi pour la manière avec laquelle tu déchiffres les vieilles pierres, ce qui me permet d’appréhender certains sites différemment.Bonne fête de Paques.
Amitié Gildas

Le Chevalier Dauphinois 23/03/2008 20:23


Pour déchiffrer les ruines, j'ai quelques aides avec des livres ou des plaques apposées au mur (comme à Montorge). J'avoue que parfois je suppose,
j'imagine... car point archéologue je suis.
.... Peut être qu'un jour un expert me contredira... j'apprendrais ainsi à mieux lire.
*** Il est vrai qu'en France les ruines sont un peu trop à l'abandon. En Suisse, Belgique Allemagne  elles sont mieux consolidées, parfois avec un peu trop de "béton", mais elles existent
encore.
  Je connais une ruines qui en 25 ans a perdu 1/3 de ses courtines. mais parfois une association refait vivre ces "monstres"... et alors... wahouuu... quel spectacle !


siratus 23/03/2008 11:58

Coucou des Philippines, Chevalier vaillant !
Joyeuses Pâques !
Heureusement que mes montagnes sous-marines respirent la chaleur et sont des jardins florissants...La neige, je ne connais pas ici (35° à l'ombre, 21/22 seulement si on a l'air con.) ;)
Gros bisous, fidèle matelot. Merci de ramer pendant que je plonge !

Le Chevalier Dauphinois 23/03/2008 12:06


C'est le rôle d'un chevalier que de garder le territoire quand la dame n'est point là !