29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 08:16

 

 

Département 09 - ARIÈGE

 

Voyez vous un site fortifié ?

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Auzat est située à 70km au Sud-Est de Saint Gaudens, à 30km à l'Ouest-Nord-Ouest d'Ax les Thermes, à 28km au Sud-Sud-Ouest de Foix (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

42° 45' 48" N 01° 29' 24" E
 42.7633727°  1.4899510°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Au loin puis au près

* Depuis Auzat, une agréable route sinueuse m'amène vers le village d'Olbier.

* Sous le chaud soleil d'Ariège, je pense plus à une sieste qu'à une escapade castrale.

* Mais mon vaillant destrier, par ses sauts, sait réveiller le sot. C'est ainsi que je vois....

 

 Cette colline est trouée comme de l'emmental

La montée vers mon Graal !

* Comme souvent, il faut aller à pieds sur un agréable sentier pour découvrir le site médiéval.

* Après avoir serpenté dans un petit bois, le sentier grimpe le long d'un paroi naturelle. La protection du château est parfaite.

* Enfin, je vois le but de ma découverte de ce jour. A 918m d'altitude, protégé par un à-pic sur 3 cotés, le château était facilement défendable.

 

 

Des petits trous

* Sur la paroi du rocher portant le château fort, je remarque plusieurs cavités.

* Certains de ces trous ont été habités depuis plusieurs milliers d'années. Les fouilles archéologiques ont révélé des ossements humains et d'animaux ainsi que des restes de poterie et de mobilier. Une dernière grotte comporte des peintures murales.

* Evidemment, quand il y a grotte avec des dessins énigmatiques, il y a toujours mystères. Dans cette région où le Catharisme et Montségur sont proches, certains (illuminés) pensent que le trésor des Cathares et mêmes celui des Templiers ont été (momentanément ?) cachés en ces cavités.

Et pourquoi pas le Saint Graal... et l'arche de Noé ?... pfffff.

 

 

Voyez vous les traves d'habitats ?

L'intérieur :

La basse cour

* En un saut, je suis dans la partie basse du château. Il m'a d'abord fallu franchir la tour de Campanal.

* En ce lieu, n'imaginez point voir des poules et des canards, la basse cour est en réalité la cour basse du château, en opposition à la cour haute (donc seigneuriale).

* Cette partie de la colline castrale était habitée. Cela se remarque par 2 détails au sol :

1 - Quelques rochers sont taillés en banquette (voir vocabulaire).

2 - Sur le sol calcaire arasé par l'homme, présence d'encoches circulaires pour poser un poteau.

* Je dois maintenant accéder à la cour haute et au véritable château.

 

 

Les défenses

* D'abord, je vois la tour du Barry. Ce patronyme n'est pas du à la célèbre Comtesse mais au mot latin médiéval Barrium signifiant : Rempart.

* Cette tour située au Nord-Ouest possédait une citerne en partie basse. Cela se déduit grâce aux couches de mortier rosi (je vous en ai montrées dans le château de Cucugnan en Aude).

* Ensuite, je vois quelques murs du rempart

 

 

Que voila vestige bien anguleuse

Minimal et pourtant immense

* Dans ce capharnaüm de rochers et de pierres construites, de nombreuses salles médiévales se devinent.

* Ici je vois... heu... 

Avez vous une idée ?

* Par contre, mon imaginaire (aidé par le plan du château) affirme que la cubique construction fut : Le donjon central. Il est vrai que mon affirmation est confortée par un panneau explicatif.

* Les dimensions de la tour maîtresse me font penser qu'il fut un donjon de repli.

* Grâce au travail des archéologues et aux panneaux explicatifs, j'apprends que de nombreux foyers pour la cuisson des aliments ont été découverts. Ils étaient constitués d'une grande dalle plate en partie basse surmontée d'un dôme.

 

 

Le panorama

* Cette ruine permet de déguster un magnifique panorama sur 360°.

* D'abord les vallées avec la commune d'Auzat puis le petit village d'Olbier.

* C'est en dégustant une pomme que j'admire les multiples collines boisées.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle, sur ordre du Comte de Foix (voir son château), construction du château pour surveiller la vallée.

* En 1272, Roger Bernard Comte (voir titre de noblesse) de Foix, en conflit avec le Roi de France (voir liste), demande de l'aide au Roi d'Aragon. Ce dernier récupère plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1273, le Roi d'Aragon rend le château au sénéchal de Carcassonne.

* En 1277, le Comte de Foix récupère enfin ce château. Mais suite à un conflit le Comte est fait prisonnier par le Roi d'Aragon. Pour sauvegarder une partie du patrimoine Comtal, la Comtesse Marguerite de Moncade se retourne vers le Roi de France Philippe III le Hardi.

* En 1283, le château de Montréal de Sos est possession du Roi de France.

* En 1285, le Roi donne/rend le château au Comte de Foix.

* En 1290, lors de la querelle avec la famille d'Armagnac, le Roi de France exige la restitution des terres de Montréal de Sos.

* En 1300, le Comte de Foix récupère la seigneurie de Montréal de Sos.

* Vers 1318 (?), le Roi d'Aragon attaque plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1332, les habitants réparent les défenses du château.

* Au 14ème siècle, un village (nommé aujourd'hui Olbier) s'établit au pied de la colline castrale.

* Au 15ème siècle, n'étant plus utile pour la garde des vallées, le site castral est abandonné. Sur ordre du Comte de Foix, le château est partiellement détruit et donjon est arasé.

* A la fin du 20ème siècle, des campagnes de fouilles sont organisées.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Soyez très prudent avec des enfants. La ruine étant fragile, veuillez ne pas montrer sur les murs et les lieux de fouilles.

 

 

Le panorama est le trésor d'une ruine castrale

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 30/04/2017 21:31

M erveilleux destrier que je loue fort !
O ncques ne se fourvoie pour bels castels forts
N ous dénicher, qu’ils soient entiers* ou bien
T rès abîmés… Dirai-je qu’il a le frein
R éellement médiéval ! Car il sait
E viter, lui, trop remaniés sites !… J’ai
A ssurément apprécié de ce lieu
L a visite. Nous en mettez plein les yeux

D e ces ruines tant ruinées et oubliées !**
E t tant pis si ne pouvions deviner,

S ans le plan et ce qu’en avez écrit,
O ù étaient habitats, citerne, logis,
S pectacle des pans de murs, restes de tours

A su m’enchanter ! Trouverai-je toujours
U ne âme à ces bribes de passé lointain.
Z élée à outrance suis-je peut-être bien…
A chaque fois, pourtant, que sont ténues
T races d’un château ne me sens-je mie « perdue ».

A l’aise, tout au rebours je suis, rêvant ;
R epensant à l’histoire de tous ces gens,
I ndifféremment soldats ou seigneurs
E t aussi vilains qui avaient bonheur
G îte posséder dans l’enceinte du castel…
E n avez rapporté images belles.

N ous parcourons ainsi cet éperon
O ffrant sécurité en une façon
T rès naturelle, bâtis étant construits
A l’aplomb des grands précipices qui

B ordaient sommet. Les parois m’ont bien plu
E n équilibre, presque comme suspendues.
N ous avez gâtés par les paysages
E ncontrés lors de votre « pèlerinage »,

P eintures y compris, dans les cavités.
S avoureux article… Merci, Chevalier !

* entiers aussi, oui, car certains castels forts sont entiers sans avoir perdu de leur magnificence médiévale.
** moins oubliées depuis que des fouilles ont été entreprises, c’est vrai.

Le Chevalier Dauphinois 01/05/2017 10:47

* L'Ariège est un département magique.
* Peu de châteaux sont connus, peu de ruines sont médiatisées et pourtant de nombreuses collines portent le souvenir d'une fortification soit de guet soit de garde.
* Durant 2 semaines, je n'ai fait que marcher, photographier et m'étonner.
* Ce château de Montréal est un peu le symbole de ma croisade en cette province.
* J'ai pris du temps pour la comprendre et... dans mon article, j'ai un peu "enrobé" la vérité du terrain pour donner l'envie à mes lecteurs (et lectrices bien sur) de faire l'effort de monter pour visiter ce site incroyable et peu connu.
* Je constate que ma prose et mes images vont ont séduit.... Heureux je suis.