12 janvier 2018 5 12 /01 /janvier /2018 08:26

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Il faut se faire pousser des ailes pour rejoindre ce château

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Nozières est située à 35km au Sud-Est d'Yssingeaux, à 30km au Nord-Ouest de Valence, à 25km Est-Sud-Est de Tournon sur Rhône  (voir son château) et à 7km au Nord-Ouest de Lamastre (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

45° 02' 21" N 04° 31' 13" E
 45.039244°  4.52024102°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Mes flâneries sont perturbées

* Après avoir visité le château-musée de Désaignes (voir ce château), je laisse mon destrier errer vers le Nord en pensant aux merveilles que j'ai vues ce jour.

* Soudain mon étalon stoppe et me dit :

"Allez hop, messire le soit disant Chevalier.......

.... Lève tes fesses de ma selle.....

.... et monte moi cette pente avec tes pieds !"

* Je sais que mon palefroi a un flair infaillible pour dénicher des ruines médiévales. Mais le sachant joueur depuis quelques jours, je préfère consulter ma carte.

* Zut.... Il me faut descendre de la confortable selle pour découvrir une ruine perchée.

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

 

Un rocher taillé

* Au lieu de monter cet agréable sentier légèrement pentu, je décide de longer le plateau.

* Après quelques minutes de marche, je suis proche d'un imposant rocher en forme de L ou plutôt de U asymétrique.

Était ce le rempart bas ?

ou la carrière de pierre du château ?

* Ce rocher taillé mesure 7 mètres de long pour une hauteur de 2,5 mètres.

* Je cherche des indices au sol et sur la paroi, mais la réponse sur sa fonction ne me parvient pas mais je suppose que cela fut une "casemate" défensive.

* Je lève les yeux et......

..... Une beauté me fait signe au sommet d'une butte.

- J'ose lui demander : "Qui es tu ?"

# "Je suis le vestige du château de Rochebloine."

# "Je suis à une altitude de 998 mètres".

* La ruine est si charmante qu'il me faut la voir, la toucher, l'embrasser.

 

 

Le guetteur avait une vue imprenable !

 

 

L'intérieur :

Peu c'est déjà beaucoup !

* Tel un jeune cabri, je grimpe en peu de temps le rocher.

(en vérité, il y a un agréable sentier contournant le site par la gauche)

* Au sommet je vois... heu... un joli pan de mur.

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur ?

Avez vous remarqué la forme arrondie ?

* Je suis étonné par la faible largeur du site.

* Au sol, le rocher semble avoir été taillé. Ces banquettes (voir vocabulaire) ont certainement reçu les bases de mur.

* Quelques mètres au Nord-Est, le sol semble nivelé grossièrement. Hélas, la végétation est trop dense pour que je puisse avancer une théorie.

* Heureusement, je possède un plan d'archéologue expliquant les traces au sol.

Avez vous remarqué le fossé creusé dans le roc pour

défendre l'accès le plus facile pour l'assaillant ?

 

 

As tu vu la vue ?

* Depuis le site castral, j'ai une magnifique vue sur le rocher en U asymétrique.

* La ruine offre un splendide panorama sur la vallée du Doux, le mont Mézenc, le Mont Gerbier de Jonc puis sur la chaîne des Alpes.

 

 

De là haut je vois.... l'Amérique !

 

 

Conclusion

* Ce château peut vous paraître minimal voire inexistant. Il est vrai qu'un épais pan de mur et un sol taillé ne sont pas stimulants.

* Pourtant chaque site castral est passionnant. Il permet :

- D'avoir une vue magnifique car beaucoup de châteaux oubliés sont posés sur une colline.

- D'être un but de promenade en famille, avec des amis ou seul.

- D'être un lieu de silence pour lire ou contempler.

- De grignoter un fruit ou de pique-niquer (en ramassant ses restes après évidemment).

- De trouver des sujets à photographier, comme des lézards, des sauterelles ou des papillons.

* Il y a tant de châteaux-musées en notre Royaume que retrouver des traces ruinées du passé peut faire croire que nous sommes des explorateurs, des Indiana Jones !

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

 

Histoire du château :

Curieusement, cette ruine peu connue et minimale fut l'enjeu de nombreuses tractations. Ses seigneurs furent très belliqueux. Je vous livre ici quelques exemples :

 

* Au début du 13ème siècle (à vérifier), construction du château avec son donjon circulaire. Il appartient à la famille Pagan-Retourtour (à vérifier).

* En 1220, le Dauphin André (voir liste) remet provisoirement à sa sœur Béatrice les châteaux et mandements de Malleval et Rochebloine.

* En 1262, Roger III de Clérieu est en guerre contre son père Sylvion III de Clérieu. Le Dauphin Guigue VII promet de ne pas intervenir dans ce conflit. En remerciement, Roger  III de Clérieu cède le château et le mandement de Rochebloine.

* En 1287, Henri Dragon, bailli du Roi, réquisitionne le château de Rochebloine suite à des dettes non payés par le  Dauphin Humbert Ier ainsi que des exactions faites par des soldats du Dauphiné.

* En 1294, le roi de France Philippe IV le Bel (voir liste) ordonne que le château de Rochebloine soit rendu au Dauphin du Dauphiné.

* En 1296, Alice de Viennois, fille ainée du Dauphin Humbert Ier apporte en dot à son futur époux Jean Ier, Comte (voir titre de noblesse) de Forez, de nombreuses seigneuries dont Rochebloine.

* En 1296, le Comte de Forez rend hommage à l’église de Vienne pour le château de Rochebloine.

* A la fin du 14ème siècle, le château est abandonné. Il sert de carrière de pierres pour les habitants de Nozières.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Veuillez être prudents avec des enfants car les à-pics sont importants sur la plateforme. Par contre l'accès est facile par le sentier balisé.

 

 

Ce site castral est vraiment magnifique !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 20/01/2018 10:09

Grand merci à vous, Chevalier, d’avoir pris de votre précieux temps pour chercher d’autres informations et me les communiquer.
… Je les mets dans un coin de ma mémoire… informatique ! (et réelle aussi : elle sait encore emmagasiner… ce qui lui plait !).

Le Chevalier Dauphinois 20/01/2018 13:03

* Hoo belle Dauphinoise....
..... mon temps est à vos pieds..... (hôôôôô !)

Pierrote 18/01/2018 22:17

Il y a un point qui me tamine dans l’histoire de ce castel :
Comment Roger de Clérieux est entré en possession de ce château alors qu’apparemment il appartenait aux Dauphins du Dauphiné (ou à un membre de leur famille) avant lui, et qu’il leur a appartenu ensuite ?
... Vous ne pouvez pas éclairer ma lanterne sur ce fait, Chevalier ? (peut-être dans les infos dont vous disposez…?).
... Je ne suis mie parvenue à trouver dans mes grimoires un lien ou une réponse à ce sujet.

En revanche, j’ai encontré le seigneur Roger de Clérieux dans mes grimoires (ou était-ce son père ?), mais au sujet d’un autre castel lui appartenant : celui de La Roche-de-Glun. C’était en 1248 : était-il également seigneur de Rochebloine à cette date ? Il eut maille à partir avec St Louis (pas moins !) à cette époque.

Le Chevalier Dauphinois 19/01/2018 10:40

* Mon problème est que Clérieux possède parfois la lettre X à la fin.
* Cela n'est pas facile pour analyser l'arbre généalogique.
* J'ai corrigé mon texte pour plus de précisions.
** Le "votre", personnage en conflit avec Louis IX, semble être Roger II de Clérieu, fils de Guillaume l'abbé.
** "Votre" Roger II semble être le grand père de "mon" Roger III.
*** Pour l'acte de possession des terres, je n'ai rien.

Pierrote 16/01/2018 11:22

R ien ne me plait plus que ruines… ruinées,
O ù mon esprit a l’heur vagabonder.
C ertes, image du castel est faussée,
H éritière de rêves insensés,
E t historique peut loin m’emmener
B ercée par noms de nostre Dauphiné…
L e plan, en revanche, donne une idée
O bjective du bâti dans passé :
I nstallation d’un site protégé
N aturellement par dénivelé
E n certains côtés. Ailleurs, un fossé

N eutralisant intrus : dans roc creusé
O n l’avait jadis ; puis à l’opposé
Z one défensive formant avancée
I déale pour alentours guetter,
E t pouvoir château ainsi alarmer.
R este d’icelle de larges pierres taillées
E t sur lesquelles murailles furent appuyées…
S ûr que du donjon peu a résisté.

A vez, cependant, entendu beauté,
R éduite à néant quasi, vous héler.
D ouces paroles n’a t-elle mie prononcées,
E t pourtant, charmé vous avez été.
C omme on le croit ! Ses rondeurs soupçonnées
H anté ont votre cœur de Chevalier
E pris de lignes ondulées, courbées !

N ‘ai-je compris une chose : comment avez (
O n sait qu’êtes de huit cents ans âgé !),
T el un cabri, pu vers la dame sauter ?…
A joutant qu’armure êtes censé porter !

B elle ironie… ne servant qu’à masquer,
E n fait, jalousie ! (honnête me voyez).
N ‘ai-je eu bonheur ce vestige effleurer…
E h oui : jamais je ne suis rassasiée !

Le Chevalier Dauphinois 16/01/2018 12:42

* Point dupée vous avez été sur ma souplesse de cabri que j'ai osée affirmer.
* La vérité est... que cette ruine, proche d'une route goudronnée et d'un parking, n'est pas difficile d'accès.
* De plus, mon objectif photo grand angle déforme les profondeurs... Ce que vous voyez loin est en réalité "proche".
* Mon mensonge pour faire croire que je suis un héro, musclé, souple, agile n'a point fonctionné.... Vous me connaissez trop !
.
** Mon article ne montre pas l'intégralité de ce château, mais la partie au Nord-Est est trop envahie. Elle n'est pas montrable en photo.
** Pour le curieux attentif, cette suite de vestiges très ras dans la végétation se ressent, se comprend, se découvre et se devine.