7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

aVoyez vous une construction médiévale à visiter ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   L'ancienne commune de Thorens Glières est située à 30km au Sud-Est de Genève, à 20km au Dus-Ouest de Bonneville et à 15km au Nord-Est d'Annecy (voir son château).

 

   Coordonnées du château

45° 59' 38" N 06° 15' 22" E
 45.993883°  6.256261°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Quand il n'y en a plus, il y en a encore

* Pour comprendre la vie des châteaux de la Savoie médiévale, je me suis documenté sur l'histoire de cette puissante province. De nombreuses fois, j'ai été confronté à François de Sales. surprise

* Étant curieux de tout, je me suis rendu au château où il naquit.

* Hélas, après une première destruction par le feu en 1617, puis l'attaque des troupes Royales Françaises (1630), du château il ne reste rien, excepté une chapelle (datée de 1672 ?) et une croix, toutes deux postérieures au château.

Toit, toit, mon toi...... oserai je chanter

* A quelque chose malheur est bon, car en contrebas, je vois un château.

Est il médiéval ?

 

 

 

Imbrication de toits pour moi

* De l'extérieur, les façades Nord et Nord-Ouest du château sont intemporelles, presque sans âme.

* L'envie de repartir sans entrer est présente.

* Mais....... quelques détails me titillent :

- Une ouverture verticale dans une tour carrée.

- Des fenêtres à meneaux en croix.

- Des consoles pour..... heu..... latrines (?).

- Des ouvertures obturées sous les toits.

* Il me faut en voir plus.

 

 

 

Il est si long que j'ose dire : Un pompon !

Défensive construction

* Diantre !...... Une entrée fortifiée.

* Diantre !...... Un fossé.

* Diantre !...... Un pont.

* Diantre !...... Des archères-canonnières.

* Même si ce château a été reconstruit et modernisé sur plusieurs siècles, mes poils de castellologue amateur se dressent car.....

    ....... des pierres médiévales (du 15ème siècle) sont présentes.

* Avec précaution je pose un pied sur le pont.

* J'avance sans précipitation (car un Dauphinois en terres Savoyardes se doit d'être vigilant).

* Comme par magie (ou pour me piégerla porte s'ouvre.

 

 

 

L'intérieur :

Soudain il fait sombre

* En franchissant la porte, mes yeux ne voient plus rien.

Serait ce sorcellerie des maudits Savoyards ?

* Évidemment, vous êtes si intelligents derrière votre écran que vous avez compris que passer de l'extérieur ensoleillé au "tunnel" d'entrée dans l'ombre demande à la vue de s'adapter.

* C'est ainsi qu'après quelques secondes, je vois de nombreux ébrasements défensifs sur les 3 cotés de la tour-porte.

 

Plusieurs siècles d'architecture s'offrent à moi

 

 

Larges cours et cours payants

* Après avoir donné quelques piastres Dauphinoises à une damoiselle Savoyarde, j'entre dans la première cour.

* Elle se situe derrière la tour porte. Ses murs faisant rempart, ils sont dotés de chemin de ronde avec passerelle en bois accessible par des escaliers en pierre.

* La deuxième cour est plus vaste, plus herbeuse et surtout, montre les logements et bâtiments de vie.

* De suite, mon œil de castellologue amateur est attiré par :

- La grosse tour carrée à droite datant du 15ème siècle nommée : Tour des archives.

- Puis, légèrement sur sa gauche, la ronde et haute tour du 13ème siècle. Sa fonction défensive est indiscutable.

* Autant à l'extérieur, j'étais peu enthousiaste, mais face à ces  bâtiments et tours reconstruits ou modifiés au 19ème siècle je suis fasciné. Ils s'intègrent parfaitement dans ce décor.

* Soudain, la damoiselle me demande d'avancer car elle va me donner des cours sur l'histoire du château, de ses familles et de ses secrets.

 

 

 

L'entrée uniquement pour les yeux des visiteurs est à gauche

Non photographiables

* Au rez de chaussée, de nombreuses salles meublées sont visibles mais..... les photos sont interdites.

* Il est possible de voir des collections de la fin du Moyen Âge à l'époque Napoléon III :

- L'arbre généalogique de la famille de Sales ainsi que des objets, reliquaires, documents et écrits (vais et faux) de Saint François.

- La salle des  "reliques" nommée aussi salle des "Tapisseries de Flandre" datant de 1540 narrant l'histoire de Tobie.

- Un secrétaire formidablement sculpté de la Renaissance avec tiroirs secrets (7 mécanismes).

- Le bureau du dernier premier ministre du Royaume de Sardaigne et du Duché de Savoie, Camille Cavour où fut signé (mars 1860)  le traité d'annexion à la France du Comté de Nice et Duché de Savoie. 

- Des mobiliers Boule style Napoléon III.

- Etc....

 

 

 

J'ai très peur que la damoiselle Savoyarde m'enferme en cette salle

Voûtées, elles sont parfois

* Après cette fascinante visite des salles historiques, luxueuses et meublées, ma guide m'emporte dans un autre monde.

* Nous contournons les bâtiments, puis.... comme par magie ou sorcellerie, la lumière a disparu.

* Moi, le Grand Dauphinois, je dois me plier pour passer sous les portes des Savoyards. angry

* Voûtées sont les salles visitées et aussi mon dos. sad

* Mais, pour ne point faire honte à mon Dauphiné ni à mon Dauphin (voir liste), je ne manifeste aucune grimace de frustration ni rictus de douleur. angel

* Enfin, ma torture se termine par une salle aux nombreuses fenêtres et au plafond haut. Je consulte les parchemins.... mais je ne vous les décrirais point, car ceci est secret Savoyard.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers le milieu du 11ème siècle, un fort est construit sur la demande du Comte de Genève (voir liste).

* A la fin du 11ème siècle, le site est possession de Odon de Compey.

* En  1249, le château en pierre est cité dans un texte. Il est possession de la famille Compey.

* En 1479, Philibert I de Compey assassine Bernard de Menthon, conseillé et Chambellan de Philibert Ier, Duc (voir titre de noblesse) de Savoie, Le Duc (voir liste) confisque les biens de la famille Compey dont le château de Thorens. Ce dernier est offert à Hélène de Luxembourg-Saint-Paul.

* Au 15ème siècle, de nombreux aménagements sont réalisés dont la tour des archives.

* En 1559 (l'acte ne fut signé qu'en 1602), le château est acheté par François de Sales, futur père de Saint François de Sales.

* Au 16ème siècle, construction du corps de logis.

* En 1630, Louis XIII (voir liste des rois) ordonne le démantèlement du château.

* Au 17ème siècle, dans les textes, le site est parfois nommé "Château de Compey" du nom de son ancienne famille  propriétaire. Suite à la destruction "royale", de nombreux travaux sont réalisés.

* Vers 1792, les Révolutionnaires Français envahissent la Savoie. Le château est attaqué puis vandalisé.

* Au 19ème siècle, agrandissement du corps de logis. De nombreux aménagements de consolidation et de confort sont réalisés par l'architecte Ruphy.

* En 1875, de nombreux mobiliers en héritage arrivent au château (la plupart se découvrent durant la visite).

* En 1960, le bâtiment de l'entrée est inscrit aux Monuments Historiques.

* En mars 1960, suite au centième anniversaire de l'annexion de la Savoie à la France (renommée Rattachement), le Comte Jean-François de Roussy de Sales autorise pour la première fois la visite au public de certaines salles de son château.

* En 1990, façades, toitures, salon, mobilier et jardin sont inscrits aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la famille Roussy de Sales habite toujours au château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible depuis la route, le sentier, le parking et la chapelle sur la butte de l'ancien château de Sales. La visite de l'intérieur de cette propriété privée est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture.

 

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

La montagne protège ce château

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 08/04/2020 18:43

T éméraire est Mon Chevalier, pour sûr !
H eur a t-il eu pouvoir scruter ces murs,
O ser s’en approcher, sans être occis !
R avissante damoiselle a compris,*
E n fait, qu’une espie telle que vous n’était,
N enni, ici pour accomplir méfaits,
S ans quoi ouvert l’huis mie ne se serait !…

S i l’extérieur a quelque peu perdu
A me de jadis,** l’intérieur m’a plu,
V ariable mon enthousiasme : côté
O uvragé de fenêtres ai-je occulté.
I mmédiatement entrée m’a ravie,
E t archères furent mon paradis !***

M ême sentiment dans les basses salles :
E n pierre et voûtées, sont-elle un régal !
D ésolée que courber vous ayez dû !
I nconfort certes, armuré, mais rendu
E vident qu’ancienne est la place, avez.
V ous nous avez plongé dans le passé
A vec grand bonheur, tout du moins pour moi.
L ‘air de ces pièces imbibé d’autrefois
E st. Comme j’aime mirer ces parois !

N ‘ai-je boudé vue des nombreuses tours
O ù l’on ressent pourtant manque d’atours.
T outes nous font imaginer comment
A ntan a été site très puissant.

B ien des défenses apparaîssent lors
E n songe, et mirons un vrai castel fort.
N aturellement, regret est qu’il soit
E n Pays Savoyard, non Dauphinois !

* § « Larges cours et cours payants » : je suppose que ravissante était la damoiselle, bien que Savoyarde (!).
** comme vous l’écrivez au début du § « Imbrication de toits ». Je parle ici de « l'extérieur de l'intérieur » = extérieur des bâtis vu des cours du castel.
*** archères-canonnières, en fait, mais je n’ai voulu voir que les archères !… si belle vision, de l‘intérieur…

Le Chevalier Dauphinois 08/04/2020 19:43

* La Savoyarde avait elle quelques atours ?
* Evidemment...... car les "bougresses" de cette vile province sont bien charpentées.... comme mes tours si adorées.
* Ainsi, heureux je fus avec toutes les belles rondeurs....... architecturales bien sur, car Chevalier je suis, même en terre ennemie.
.
*** Hors sujet :
*** Pour vous faire un peu "enrager" sur le futur non dévoilé, j'ose vous dire (sans RIEN préciser bien sur) qu'actuellement je prose sur une magnifique forteresse où le puissant seigneur fit hommage pour sa seigneurie à Votre Louis, bien qu'il fut encore Dauphin.
*** Cette ruine merveilleuse, dont je vais taire le nom, la ville et la province, sera montrée le 4 septembre 2020.
*** Vil Chevalier je suis en vous écrivant cela... sans indice.
*** Peut être suis je devenu un horrible personnage taquin....... depuis mes aventures en Duché de Savoie (hihihihi).