21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 07:08

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 Voyez vous un château ou une forteresse ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Grèzes est située à 30km au Nord-Ouest de Florac, à 25km au Nord-Est de Séverac le Château (voir son château), à 12km à l'Ouest de Mende (voir sa tour fortifiée) et à 6km au Sud-Est de Marvejols (voir ses portes fortifiées).

 

     Coordonnées du château haut :

44° 30' 50" N03° 20' 15" E
 44.5141178988° 3.337740898°

 

 

Préambule

* Mon dictionnaire des château forts ainsi qu'une brochure locale m'informent que cette petite commune de Gévaudan possède 2 constructions fortifiées :

1 - Celle du haut est souvent nommée : Forteresse.

2 - Celle du bas est modestement mentionnée : Château.

* Sachant que très souvent, une construction fortifiée au sommet d'une butte fut abandonnée au profit d'un château plus confortable dans le vallée, je pressens que:

1 - La forteresse médiévale sera minimale et très ruinée.

2 - Le château bas plus récent sera.... heu.. soit ruinée à cause de la révolution de 1789, soit très modernisé.

Que vais je voir ?

Quel suspens !

 

 Voyez vous un téléphérique pour monter au sommet ?

Le château Haut : 

        L'extérieur :

Il est là haut !

* Comme toujours, le site castral est en haut d'une colline nommée en cette province : Un truc.

* Comme toujours, il n'y a pas de télésiège pour monter (mes montagnes Dauphinoises possèdent cette merveille invention).

* Je pressens que mes vieilles jambes de Chevalier de 800 ans (je ne mens pas, je suis né à l'époque des châteaux forts) vont devoir porter ma carcasse (avec mon armure évidemment).

* De plus, la paroi est abrupte, je dois donc sortir les cordes et le baudrier d'escalade.

Rappel :

J'adore faire croire que je suis un athlète accompli.

En réalité, un agréable chemin serpente.

Mais il faut être vigilent car le risque existe.

 

 Au sommet, j'ai le souffle court mais les yeux grands ouverts

Murmures de murs

* Je vois un mur, que dis je, un haut..... un très haut mur en pierres sèches sans joint.

Que voila belle surprise !

* Ce style d'architecture est représentatif des châteaux du Haut Moyen Âge.

* Les pierres sont pauvrement taillées. L'esthétique n'était pas la priorité de ce type de forteresse.

 

 

         L'intérieur :

Je suis au sommet

* En un bond, je suis sur la plateforme et.....

....... je ne vois rien. Pas de mur, ni de tour, ni de porte.

* Je suis dans un désert l'herbe.

N'y a t il rien à voir ?

 

 Voyez vous toute la richesse de ces détails ?

Je vous détaille les...... détails

* Je vais vous dire un secret : "Aucune ruine est décevante"..... Il faut simplement chercher.

A mes pieds (ou presque) quelques pierres posées et ajustées par l'homme.

Regardez ce trou magnifique !

* Derrière votre écran, je vous sens peu enthousiastes. Pourtant ce trou dans l'herbe renferme une surprise.

* Des pierres formant un angle se battent contre la végétation.

Était ce une tour ?

* Peut être qu'angle de tour, donjon, bâtiment cela fut, mais le détail qui me fascine est la couleur "rose". Cela ressemble à de l'argile.

Suis je devant une citerne ?

* Je vous ai déjà montré ce type d'enduit à Cucugnan dans l'Aude et à Murat dans l'Allier.

 

 

La fin

* Pensant avoir tout vu, je me délecte du panorama........

....... et pour que vous ayez quelques surprises le jour de votre visite, je ne vous dirai rien sur d'autres vestiges comme celui-ci.

 

 

La vue est souvent la richesse d'une ruine castrale

 

 

Le château Bas : 

          L'extérieur :

De la haut, je vois le bas

* Lentement et avec précaution, je redescends.

* Soudain, entourée par quelques maisons habitées, je vois une construction en ruine.

* La ronde tour dans l'angle ainsi que la structure cubique et l'épaisseur des murs m'informent que j'ai trouvé le 2ème château.

 

 Quel magnifique vestige d'échauguette !

Rapide analyse 

* Les années et les hommes ont quelque peu modifié ce château.

* Si je fais abstraction de la porte coulissante sur cette façade, je remarque sur la gauche un arc de décharge dont la fonction m'est inconnue, puis sur la droite, des pierres en encorbellement.

A quoi servaient ces pierres ?

* Vous êtes si intelligents, hooo mes incomparables visiteuses et visiteurs, que vous me dites en choeur :

"Ce fut une échauguette d'angle !"

* Ceci est exact. De plus elle n'est pas seule, dans l'angle adjacent, une autre échauguette existait. En réalité, 3 fantômes d'échauguette sont visibles.

* Le 4ème angle n'est pas défendu par une échauguette mais par une puissante tour ronde qui a été arasée. Je ne distingue aucun vestige de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire) et surtout, je ne vois ni archère, ni fente de tir, ni bouche à feu sur la hauteur.

Est ce que ce château ne fut qu'une simple habitation ?

 

 

Vais je pouvoir entrer ?

* Ne souhaitant pas entrer dans les habitations récentes pour accéder à la cour, je tente de trouver l'entrée.

* Cette dernière existe encore coincée entre 2 bâtiments dont les murs qui étaient certainement les remparts défensifs.

* Je constate que je ne peux pas m'approcher du château. Ce ne sont pas les vestiges d'une bretèche qui me stoppent, mais la propriété privée qui n'est pas visitable.

 

 

Histoire des châteaux :

* Vers le 6ème siècle, après la chute de l'empire Romain, des hordes Barbares saccagent la région. Pour se protéger, il est crée sur un truc (une colline) un site entouré de remparts en pierres sèches.

* Au début du 12ème siècle (à vérifier), Grèzes devient le siège d'une Vicomté (voir titre de noblesse).

* A partir du 14ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, la forteresse sur le truc est souvent attaquée par les troupes à la solde des Anglais. Le site en pierres sèches est facilement reconstruit, agrandi et réaménagé.

* Au 16ème siècle, début des Guerres de religion. Les Huguenots s'installent dans la forteresse.

* En 1569, une troupe de Huguenots s'empare de la forteresse et s'y installe.

* En 1576, la forteresse est partiellement détruite par les Catholiques pour chasser la troupe Huguenote commandée par le capitaine Merle.

* En 1626, le Cardinal de Richelieu ordonne la destruction de nombreuses forteresses dans les zones d'influence Huguenote. Peu de temps après, la forteresse de Grèzes est "démontée".

* A partir de 1721, le terrible Peste s'abat sur le Gévaudan. La population de Grèzes diminue fortement.

* Au 17ème siècle, avec une partie des pierres de la forteresse, construction dans le village d'un château avec remparts et douves.

* Vers 1792, le château est vendu par les Révolutionnaires comme bien national.

* Au 20ème siècle, des fouilles archéologiques (sondages ?) sont réalisées sur le truc de la forteresse.

* En 1972, un incendie détruit le château (bas).

* Au 21ème siècle, la découverte de la forteresse au sommet du truc est libre et gratuite en respectant le site. Le risque de tomber ou de glisser existe, soyez très prudents. La découverte de l'extérieur du château bas est possible en respectant les propriétés privées et la tranquillité des habitants de la commune.

 

 

Il manque un 'chapeau' au sommet du château pour les jours où il ne fait pas beau

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 28/06/2017 18:34

C omme on est gâté ici ! N’est-ce commun
A voir deux vieils castels pour le prix d’un !
S ans compter que vous avez dû suer
T ant et plus pour nous offrir le premier.
E h oui, nous le dites bien assez souvent :
L es ruines se méritent ! Et puis, antan,
S ur des « trucs » se trouvaient, normalement…*

D e téléphérique n’étant mie question,**
E chut à vos mollets faire l’ascension

G aillardement... par sentier agréable !
R egard se posa sur un formidable
E nsemble de vestiges dans l’herbe perdus ;
Z one encore élevée sur sol pentu
E n forme de rempart, je pense, et puis
S uperbes alignements de pierres qui

G énèrent moult de rêves, car ne sait-on
E videmment d’antan leur vocation.
V érité n’est indispensable : on peut
A lors imaginer ce que l’on veut…
U n souvenir de citerne, cependant,
D écouvert avez : un reste émouvant…***
A val « la forteresse », fut donc construit
N ouvel castel… Paraît assez petit…

L e siècle de sa naissance n’est pour me plaire.
O r, semble surgi d’années en arrière.
Z èle ne montrerai-je pour lui, toutefois.
E ut, le reconnais-je, défenses d’autrefois :
R ehaussés furent trois angles d’échauguettes,
E t dernier posséda tour rondelette.

N ous savons qu’aimez rondeurs (!). Est-ce raison -
O ui, juste pour cela - que nous voyons
T el bâti qui n’a avec Moyen-Âge
A ucune « affinité », si ce n’est l’âge,

B ien sûr, des ses pierres, au vieux site « volées » ?…
E st-ce autre manière, pour vous, de détourner -
N ‘est-ce pas ? - but de votre blog !… Entêtée suis-je !…
E n tout cas, a t-il bien moins de prestige,

P our moi, que le premier, arruiné même :
S avent ses « lambeaux » être tout un poème !

* j’ai bien aimé ce drôle de nom de « truc », que je ne connaissais mie (mais bon, les gens du Gévaudan doivent trouver drôle le nom de « poype » que les Dauphinois donnent à leur « truc » !).
** cf. infobulle de la 2e image de l’article.
*** pour moi, du moins. J’aime lorsque les citernes, purs symboles de vie, sont retrouvées.

Le Chevalier Dauphinois 02/07/2017 09:20

* Ah ! ! ! ! Comme j'apprécie que vous vous intéressiez à mes mollets.
* Il est vrai qu'ils sont trop souvent sollicités.
* Entre les épineux qui les adorent et les pentes qui leur quémandent des efforts, ils sont mis à rude épreuve.
* Alors que mon index droit, pourtant sollicité pour le déclenchement des photos, ne souffre jamais quel que soit le sujet.
* Mais avec les efforts, mes mollets deviennent saillants et ronds.
* Comme j'adore les rondeurs.... Suis je amoureux de mes seyants mollets ?