18 juin 2019 2 18 /06 /juin /2019 07:55

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 

Voyez vous cette merveille qui n'attend que ma venue ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Altier est située à 50km au Nord-Ouest d'Alès, à 45km à l'Ouest de Vallon Pont d'Arc à 30km Est-Sud-Est de Mende (voir sa tour fortifiée) et à 25km au Nord-Est de Florac (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 44" N 03° 51' 56" E
 44.478984°  3.865552°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Que c'est agréable d'errer !

* Après avoir visité le château du Champ à l'entrée de la commune d'Altier, mon destrier avance tranquillement en direction de Villefort à l'Est.

* Au confluent de la rivière nommée l'Altier et du petit ruisseau de Rouvière, mon palefroi stoppe.

Pourquoi me laisse-t-il sur le pont ?

 

 

Pour comprendre cette ruine, il faut de la patience

Pourquoi ?..... Parce que !

* Là bas, il y a une imposante ruine aux pans de murs éparses.

* J'ai envie de courir vers elle mais.....

* Avant de visiter une ruine, il est important :

A - De comprendre la raison de son emplacement.

B - De regarder son architecture de loin, car souvent, proche des parois, les raisons s'estompent au profit des détails.

* Donc pour A :

- La plateforme est isolée sur 3 cotés grâce à deux vallées creusées par les anciens torrents (moins impétueux en notre siècle).

- La surveillance de l'ancienne route (au fond et non à gauche c'est à dire la récente belle départementale goudronnée) permettait de contrôler le passage et peut être de faire payer.

 

 

Pour B :

* Sur les pentes, des maisons s'agrippent. La couleur de leurs pierres ressemble à celle du château.

* Un peu au dessus, de hauts murs apparaissent. Les pierres sont pauvrement taillées et peu jointives.

Sont ce les vestiges du rempart ?

Ou des murs de terrasse ?

* Le site semble être divisé en deux, séparé par un fossé.

* A gauche, un vestige d'une tour posée sur le rocher. Le mur semble épais, mais je suis dubitatif sur la résistance des pierres peu jointives.

* A droite, une plateforme plus longue avec un vestige de tour ressemblant à la précédente.

 

 

Voyez vous toutes ses constructions ?

L'intérieur :

Un surprenant Graal !

* Pour découvrir la ruine, il faut emprunter un large sentier en pente menant vers le village.

* Puis les maisons laissent place au rocher.

* Devant moi, la tour. Elle semble barrer le passage.

* Avec précaution je la contourne pour constater.... qu'il ne lui reste qu'un pan de mur en équerre : Aucune trace de système défensif.

Surprenante surprise ! surprise

 

 

Des murs qui murmurent

* Sur la gauche, un pan de mur troué.

Était ce pour regarder les assaillants ? cool

*  La réponse est négative. Le temps (et les hommes) ont fait leur travail de destruction. De plus, ce mur arasé ne montre aucun système de défense.

* Le vestige du mur suivant est beaucoup plus impressionnant par son épaisseur. Je pressens que ce fut une tour défensive coté Nord.

 

 

La vue : Trésor d'une ruine

* Derrière ce rempart , je vois (ou plutôt je devine) l'ancienne route médiévale au Nord-Ouest.

* Au Sud-ouest le panorama est magique.

 

 

Le diaporama du château est ici - clic

 

 

 

Histoire du château :

* A partir du 11ème siècle (à vérifier), le château du Grand Altier est possession de plusieurs familles dont :

- Les puissants seigneurs de Randon,

- Quelques membres de la branche cadette de la famille d’Altier.

* Au début du 13ème siècle (?), naissance d'Azalaïs d'Altier qui deviendra une grande trobairitz.

* En 1249, la famille Randon possède la seigneurie.

* En 1277, la dernière descendante de la famille Randon épouse Armand, Vicomte (voir titre de noblesse) de Polignac. Elle apporte en dot plusieurs seigneuries dont Le Grand Altier.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château est détruit.

* A partir de la fin du 16ème siècle (?), le château ayant perdu son rôle stratégique n'est plus habité ni reconstruit. Ses pierres servent à la construction ou l'agrandissement des maisons.

* En 1668, la seigneurie est vendue par le Vicomte de Polignac à la famille Borne d'Altier.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et l'intérieur du site castral est libre et gratuite. Bien que la ruine ait été consolidée et sécurisée, soyez très prudents proche des vieux murs. Avec les à-pics, il est nécessaire d'être très attentif avec des enfants. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe.

 

 

Au loin je vois... la statut de la Liberté !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost0

commentaires

Seb 07/08/2019 23:51

Bonjour je suis ravi de connaître l'histoire de ce château qui est pour moi de très bon souvenir passé et de tres bon souvenirs à venir. Car oui la maison en gros plan c'est celle à l'origine de mes arrière-grands-parents et maintenant de mes grands-parents. Mais il est vrai que les siècles passent le temps suit sont courts et nous nous sommes seulement de passage sur ces terres. Alors ce que j'en sais c'est que les pierres du château ont belles et bien servies à construire les maisons, à quel époque ? Je n'en sais rien, mais ce qui est plus beau c'est les hommes qui bâtissent en gardant le charme d'antan. Juste pour parler d'une anecdote et d'une "folie" si je puis dire, un grand homme courageux en qui je dois tout mon savoir mon grand-père. Un mur celui que vous pouvez voir en bas a gauche de la photo en gros plan, ce mur ci à été fait pierre après pierre, toutes montées à la main pas d'engins rien. A l'occasion si vous passé dans le coin ils vous accueilleront avec plaisir et pourras lui-même vous en parler car c'est une fierté. Bref merci pour l'histoire de ce coin de paradis qui a bercé mon enfance et bercera celle de ma descendance.

Le Chevalier Dauphinois 08/08/2019 15:02

* Bonjour et merci pour votre commentaire.
* Quel plaisir de lire un visiteur connaissant ce lieu, les constructions faites avec les pierres du château.
* Si ma prose vous a fait plaisir, si mon article vous fait rêver.... Heureux je suis.

Pierrote 19/06/2019 14:18

G rand Altier n’a de grand plus que le nom.
R avie je suis découvrir ce fleuron -
A ntan, en fut-il un, j’en suis bien sûre -
N ourris, mes rêves, de ces quelques murs
D ont avez su entendre le murmure.

A insi, j’ai revu castel étiré
L e long de ce rocher, aux trois côtés
T rès sécurisés naturellement.
I l n’était besoin de moult éléments
E n sus pour être alors fort défendu,
R endre la vie impossible aux intrus.

L es parois restantes d’au moins deux tours «
O rnent » le paysage de nos jours.
Z èle me fait penser à nouveaux yeux,
E n place des premiers de nos aïeux,*
R ecouvré alors défensif aspect
E t archères ou bretèches, qui sait…

G uère de doute que situation
E tait parfaite pour observation.
V igie fut château, et qui voyait loin,
A ussi loin que le fîtes, c’est certain !**
U n panorama magique vous nous
D évoilez, comme toujours ! Savez-vous
A pprivoiser ruines et leur décor,
N ous faisant pâmer quasi… êtes fort !!!***

P iètres vestiges mais qui là dominent,
S inon le monde, bourg, sur leur colline…

* cf. image du lien « pan de mur troué »- § « des murs qui murmurent » - et phrase en dessous : « était-ce pour regarder les assaillants ? » (les 1ers yeux, pour moi, étant des archères peut-être, ou même bretèches…)
** cf. info-bulle de la dernière image de votre article !
*** j’exagère un tant pour le site d’aujourd’hui, mais en général c’est ce que je pense !

Le Chevalier Dauphinois 20/06/2019 09:01

* En ce mardi, ce fut une ruine très ruinée pour Ma Pierrote.
* Ceci pour l'assagir, pour l'endormir avant.....
....... une succession d'églises (car je me dois de les montrer tant j'en ai photographiées).
* Ainsi, Ma Dauphinoise, dans sa pâmoison, ne verra pas les bâtiments religieux des prochaines semaines.
==>Malin je suis !