17 mai 2019 5 17 /05 /mai /2019 07:56

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 Voyez vous cette tour immense ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Prévenchères est située à 45km au Nord-Nord-Ouest d'Alès, à 35km au Nord-Est de Florac (voir son château) et à 25km à l'Ouest de Joyeuse (voir son château).

 

     Coordonnées du bourg fortifié :

44° 28' 40" N 03° 56' 02" E
 44.477843°  3.933830°

 

 

 

Les fortifications : 

L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

* Après avoir visité le château de Luc proche de Langogne,  je me dirige vers le Sud en direction de Villefort.

* Soudain, au loin apparaît une haute construction.

* Mes poils se hérissent, mes yeux brillent..... Je pressens que ce site est d'origine médiévale.

 

 

Un beau rempart de pierres sèches

La situation est parfaite

* Après avoir laissé mon destrier sur un herbeux parking, j'avance presque religieusement vers ce bourg fortifié.

* Le site se trouve sur un plateau protégé  :

- Au Nord, par le Chassezac.

- Au Sud et à l'Est par des escarpements.

* Même si vous n'appréciez pas les constructions médiévales, le panorama est si beau que ce castrum est incontournable.

* Pour mieux comprendre mon errance, je vous donne le plan de ce site fortifié unique.

 

 

Les pierres sèches... le restent

* Un mur de pierres, aux dimensions inégales et pauvrement jointées, me barre la route.

* Certes il n'est pas très haut et ne montre plus de système défensif, mais je me dois, non point de le sauter ni de l'attaquer, mais de le contourner pour trouver l'entrée.

Avez vous vu sa base posée sur le rocher ?

 

 

De nombreuses pierres reflètent la vie de ses habitants

L'intérieur :

Touriste médiéval (et renaissance) je suis

* Dans ce castrum touristique, j'erre dans les ruelles pavées avec mon chapeau de paille.

* Les pierres posées il y a plus de 8 siècles gardent les traces des réparations, des consolidations mais aussi des gravures d’événements ou de personnalités.

* L'église Saint Michel, (patron des Chevaliers-Pariers, "responsables" du site fortifié) qui n'est point fortifiée, fait partie des bâtiments à déguster tant par ses détails sobres :

- Le portail d’entrée avec ses trois moulures en plein cintre.

- La petite fenêtre Romane apportant la lumière du soleil couchant.

- Le clocher-mur à deux arcades.

- Une nef de deux travées, terminée par une abside pentagonale.

- Une voûte en berceau soutenu par un arc double saillant.

- Une chapelle latérale s'ouvrant sur la première travée nord de la nef.

* Mon errance touristique est un peu malmenée lorsque je vois cet angle avec des pierres en encorbellement puis le léger fruit à la base.

Dois je maintenant ôter mon chapeau de paille puis

chausser mon heaume de castellologue amateur ?

 

 

Hooo perché !

* Ma promenade entre ombre et lumière m’amène vers une maison possédant.... une construction en encorbellement.

* Que voila belles latrines à l'odeur très... surprise  heu.... je ne vous en dirai pas plus.

 

 

Je suis transporté !

* J'avance dans la découverte quand soudain, je me heurte à un haut mur.

* Ce "manque" de pierres dans la paroi me semble être... heu... un "tuyau" pour des latrines (puisque je pense être à l'extérieur d'un bâtiment).

* Puis, plus loin, une jolie pierre de remploi m'informe que la paroi a souvent été réparée.

 

 

Sentez vous la poussière médiévale ?

 

Le château : 

L'extérieur :

Toujours vivant !

* Ma promenade médiévale m’amène au Nord-Est du bourg, face à un mur défensif.

* Sur la paroi je vois..... un trou. Cet orifice avec un important ébrasement est pour une arme à poudre (fusil).

Conclusion : Le site castral était toujours habité et défensif, au moins au 16ème siècle.

 

 

Un mur ayant vécu

* Cette jolie paroi jaunâtre dans le ciel bleu est le mur du château.

* Le plan m'informe que derrière, je devrais voir le logis.

* Mes poils se hérissent de bonheur.

Comment sont les vôtres ?

* Sans prêter attention à l’arrachement dans l'angle, je le contourne.

 

 

Une ruine où chaque détail montre un moment de vie

L'intérieur :

L’habitat... mais vraiment tas cheeky

* Je suis si pressé de voir les vestiges du logis et des communs que je ne fais pas de halte devant le système défensif du mur Sud-Est.

Quelle magnifique ruine !

* La partie gauche est "facilement" identifiable.

* En bas, la salle possédant cette imposante cheminée devait être la cuisine.

* Au dessus, je pressens que pièce fut la aula, salle principale de réception, d'accueil des visiteurs et de repas.

* Au centre et sur la droite, je vois... heu...

    .... Des murs non identifiables.

- Aucune fente défensive, alors que le mur de droite est coté extérieur.

- Aucune fenêtre.

- Aucune cheminée.

- Seuls des arrachements permettent de définir les dimensions théoriques des salles.

* Je pressens que des reconstructions/consolidations ont un peu gommé l'histoire architecturale du lieu.

 

 

Spéléologie.... ou presque

* Sur le devant des ruines du logis apparaissent des salles souterraines.

* Je doute qu'elles furent vraiment en sous-sol. Les multiples murs des étages s'étant effondrés, le niveau du sol s'est élevé par les gravas.

* Un escalier en colimaçon m'emporte vers l'enfer.

* Ce niveau est composé de salles voûtées à l'éclairage diffus.

* Je pressens que ce furent les réserves, les magasins..... et peut être une "cellule" pour des prisonniers aux délits mineurs.

 

 

La tour de guet et... de repli

La tour, prends garde... j'arrive !

* Presque au centre de la terrasse verte, le long du mur castral,  apparaît une haute tour.

* Cette construction carrée mesure plus de 18 mètres de haut et se termine par une plateforme avec mâchicoulis.

* Sa fonction fut une tour de guet mais les archéologues supposent qu'elle aurait pu servir de donjon de repli.

* La tour comprend :

- Un ratier (salle basse) uniquement accessible par un trou d'homme depuis le premier niveau (cette salle est aujourd'hui condamnée à la visite).

- Un premier niveau comportant l'entrée (rappel : Le sol d'origine était plus bas). Il est éclairé par une petite ouverture située sur la façade Nord-Est.

- Le deuxième niveau est éclairé par une petite ouverture sur la même façade que l'entrée (coté Sud-Est).

- Le troisième niveau, accessible uniquement par un trou d'homme, est lumineux car il comporte une grande ouverture ayant eu la fonction de bretèche (voir vocabulaire).

- Après avoir monté l'escalier moderne (à l'emplacement de l'ancien), je découvre la plateforme (qui était certainement couverte depuis le Moyen Âge). Le panorama est magnifique.

* Hélas, je dois de suite redescendre, car je suis attaqué par des envahisseurs très spéciaux. Une nuée d'insectes piqueurs me "dévorent".

 

 

Le diaporama du bourg et château est ici - clic

 

 

 

Histoire du bourg fortifié et du château :

* En 843, le traité de Verdun divise l'empire Carolingien, établi par Louis Ier le Pieux, en 3 territoires. Pour se déplacer entre la Méditerranée et le Puy en Velay sur le territoire de Charles II le Chauve, un axe de circulation est créé passant par les Cévennes. Il est nommée : Chemin de Régordane.

* Au 12ème siècle, sur ce long chemin, pour protéger les voyageurs, commerçants et les pèlerins vers Saint Gilles, dans sa partie la plus déserte, l'évêque de Mende et Bernard d'Anduze décident l'implantation d'un castrum. Il est nommé : La Garde. Ce site est entouré d'un rempart et possède un château ainsi qu'une tour de guet et de repli (un donjon ?). Ce castrum est possession de plusieurs co-seigneurs nommés : Les Chevaliers Pariers (signifiant égaux). Leur charge était d'entretenir le site et de sécuriser la route.

* Au 13ème siècle, construction de l'église. Elle dépend de l'évêché de Mende.

* En 1269, un différend (porté en justice) sur la "territorialité" et les droits oppose l’évêque de Mende au Roi de France Philippe IV le Bel.

* Vers 1298, le castrum porte le nom de La Garde Guérin (certainement en hommage à Guérin du Tournel, un des représentants de la puissante famille possesseur d'une des Baronnies (voir titre de noblesse) du Gévaudan).

* En 1307, sans qu'un jugement ait été établi, le différent entre l’évêque de Mende (Guillaume Durant II) et le Roi de France est résolu par un traité de paréage. Cela signifie entre autre que le Roi bénéficie d'une "présence" à La Garde Guérin.

* Au 14ème siècle, début de la Guerre de Cent Ans.

* Vers 1362, les Anglais attaquent le castrum puis le brûlent.

* Au 15ème siècle, une statue de Saint-Michel (patron de la paroisse) est donnée à l'église.

* A la fin du 15ème siècle, le castrum renaît de ses cendres.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, ce site occupé par les Catholiques est attaqué puis brûlé par les Huguenots.

* A la fin du 16ème siècle, la petite cité est reconstruite, de nombreuses maisons sont à nouveaux habitées. Un logis "seigneurial" est construit au pied de la tour de guet sur la demande de ses nouveaux propriétaires  : La famille Molette de Morangiès.

* En 1722, un incendie ravage la petite cité. Le logis "seigneurial" est entièrement détruit.

* En 1795, une des tours du château s'effondre.

* En 1928, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 1929, les ruines du château sont classées aux Monuments Historiques.

* En 1981, une association de sauvegarde est créée. Elle participe aussi à l'animation estivale.

* Au 21ème siècle, la découverte du site très touristique est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de la tour est possible gratuitement, mais il faut être souple et mince car le trou d'homme pour accéder à l'étage est d’origine.

 

 

Au sommet de la tour, je me crois... Le Roi du Monde ! ! !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 19/05/2019 17:17

L e bourg et le castel sont bels à voir
A vec des restes montrant leur histoire.

G uère de doute que tous ils ne sont
A insi qu’aïeux les perçurent,* mais ont
R éminiscence agréable d’un temps
D ans lequel j’aime me retrouver sans
E tre obligée faire efforts importants.

G randiose tour a, pour sûr, protégé
U n ensemble de maisons, érigée
E n un point où surveiller bien savait
R égion et village. Hauteur était,
I l va sans dire, atout majeur, et puis
N antie fut-elle de mâchicoulis

P révenant assaillants avancer trop.
R edoutable fut-elle, à trois niveaux.
E troites ouvertures pour lumière
V alent, pour moi, ailleurs vision d’archères…**
E ut logis moins l’heur de m’intéresser,
N ‘étant de mon époque préférée.
C oucourent ses vestiges, cependant, «
H umer » bribes de la vie de leur temps…
E s bourg, m’a plu mirer quelques bâtisses
R endant ambiance du passé. Indices,
E mprisonnés dans murs quand même anciens,***
S urprise sont, et nous dévoilent bien «

L es moments » de ce lieu jadis. On voit,
O ui, parmi eux, intimes d’autrefois…****
Z oom sur le rempart ne nous laisse mie
E merveillés, c’est pitié, aujourd’hui.
R êveuse je suis toutefois : le plan*****
E st magnifique et démontre qu’avant

G ardé a t-il l’ensemble contre intrus,
E paulant tour. Place fut défendue
V aillamment. Aussi, des seigneurs puissance
A pparaît, reflétant grande défiance…
U n historique finit description,
D ans lequel j’ai ouvert avec passion
A ucuns liens…****** Belle, visite a été.
N ous sommes, je l’avoue, ici gâtés !

* lu dans l’historique que ces lieux subirent moult « aventures » néfastes, et furent, pour la plupart, reconstruits ou même construits après le Moyen-Âge… Mais il n’est mie mentionné que toutes les constructions furent entièrement détruites et reconstruites = je suppose que certaines, ou certaines parties du moins, datent du Moyen-Âge… (raisonnement logique, non ?)
** j’adore la vision des archères de l’intérieur. Ici, la tour n’en possédant point, ce sont les puits de lumière que j’ai adorés (en gros : un petit peu la même architecture…).
*** on ne sait mie lesquels furent reconstruits, ou s’ils le furent tous, après le Moyen-Âge, mais ils sont anciens tout de même…
**** je veux dire : les restes de latrines.
***** plan vu par le lien « donne le plan ». Merci de nous l’avoir offert !
****** « aucuns », dans le sens d’antan : « des », « les » (liens).

Le Chevalier Dauphinois 20/05/2019 09:53

* Cette commune très touristique est à voir, soit le matin avec le lever du soleil, soit le soir avant le coucher de Râ....
..... ainsi point de voitures, ni de bruyants visiteurs.
* Et puis, les ombres sont si importantes que tout paraît plus grand.
* Dans mon article je n'ai pas insisté pour le panorama... vraiment grandiose.
* J'ai peu montré la solitude, l'isolement, de ce bourg fortifié... perdu sur le plateau.
* Mais, dans un seul article, puis je tout montrer ?.... Faut il que je laisse des sensations à découvrir ?

Pierrote 17/05/2019 13:57

Voilà, à mes yeux, l’article parfait dans votre nouvelle optique pour votre blog :
Un tout petit tant de tourisme, mais si enrobé dans le reste qu’il passe bien (enfin, je me serais fort bien passé de l’église qui est… une église comme tant d’autres !… à mes yeux, toujours).
… Et ce petit tant montré du bourg, celui qui n’a rien de spécial du point de vue ruines médiévales fortifiées, sert cependant à « poser » le castel dans ce bourg, à mieux le percevoir « en situation » au Moyen-Âge.
… Nul besoin de devenir rouge de courroux et de sortir mes griffes ainsi. Je suis apaisée !!!…

… MAIS, évidemment, je préfèrerai toujours un article sur des ruines fortifiées bien ruinées et dévoilées par Mon guide-Chevalier armuré de la tête aux pieds !

Le Chevalier Dauphinois 17/05/2019 14:24

* Que voila belle prose de mon exigeante et merveilleuse Dauphinoise.
* Après avoir visité La Garde Guérin, je suis certain que c'est un bel exemple de petit bourg médiéval comme il devait en exister beaucoup à partir du Moyen Âge.
* Des remparts sur lesquelles les maisons s'appuient, une église pour se sentir existé, un château comme dernier refuge mais aussi pour marquer un territoire ou une possession.
* J'ai visité beaucoup de villages en ruine au pied ou proche d'un château que voir La Garde Guérin me conforte dans la compréhension du monde médiéval rural.
* Certes, le site est très touristique (il a fallu que j'y aille 2 fois pour obtenir des images sans homo-sapiens) mais c'est grâce aux touristes que ses maisons existent encore, que sa tour soit visitable, que le rempart (arasé bien sur) soit encore visible.
* Dans 500 ans, ce site sera LA référence de la vie...... médiévale et renaissance.