7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 06:55

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

Je pressens déjà le plaisir à découvrir cette église !

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Houeillès est située à 60km au Nord-Est de Mont de Marsan (voir ses fortifications), à 50km à l'Ouest d'Agen et à 6km au Sud de Pompogne (voir son cimetière fortifié).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 11' 51" N 00° 02' 06" E
 44.197556°  0.035028°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La découverte

* En arrivant sur la place de l'église, en découvrant cet imposant bâtiment,  je n'ai aucun doute sur la fonction défensive de ce bâtiment religieux.

* A lui seul, le haut clocher massif émoustille mes sens de castellologue amateur.

* Mais après la surprise, il me faut mieux analyser cette église.

 

 

Une nef point défensive?

Une nef..... qui n'est point un navire.

* La nef n'est pas très haute, ce qui est surprenant pour une église théoriquement fortifiée.

A-t-elle été arasée ?

* Je le suppose car, en observant le dessus du toit actuel coté clocher, je vois une ouverture ressemblant à une porte. Il y avait donc une salle de repli au dessus de la nef communiquant avec le "clocher-tour".

Pensez vous qu'elle porta un hourdage (voir vocabulaire) ?

* Cette nef possède de fines ouvertures de lumière positionnées en hauteur ne permettant pas à un assaillant d'entrer "facilement".

* Trois contreforts à larmier consolident les parois.

* Je contourne le moutier par le chevet plat.

* Je constate que l'autre face est identique, aussi bien en ouvertures qu'en contreforts.

* Je ne discerne aucune trace de transept (détruit par exemple) ni de chapelle latérale. L'église ne semble pas avoir été modifiée depuis son aménagement défensif.

* Après cette étude rapide, une question me vient :

Où sont les systèmes défensifs ?

 

 

Voyez vous les systèmes défensifs ?

Des croix...... pas toujours catholiques

* En m'enfonçant dans la "jungle" à la base du clocher, je remarque.... une archère droite.

* Au dessus, encadrant une ouverture bouchée, je vois.....des croix. Évidemment, ce ne sont pont des symboles religieux mais des archères cruciformes.

 

 

Le clocher, c'est le pompon !

* Par sa masse, la haute construction au sommet octogonal ressemble plus à un donjon qu'à un clocher.

* De plus, avec sa tour escalier adjacente, il semble gigantesque.

* En contournant le clocher, je suis en pâmoison devant l'entrée fortifiée. L'analogie avec un château fort est encore plus intense.

* La défense de la porte est assurée de chaque coté par des archères droites sur plusieurs niveaux.

* Au dessus de la porte, la classique et si efficace bretèche complète le système défensif.

* Il est temps de découvrir les entrailles de l'église.

 

 

L'intérieur :

Sont ce encore des défenses ?

* Avant d'entrer, je vérifie qu'il n'y a point de Gascon dans la bretèche pour assommer votre Dauphinois Chevalier.

* Puis, la porte extérieure poussée je vois.... une autre porte plein cintre à plusieurs retraits. Le rang de claveaux extérieurs est composé de pointes de diamant.

* Cet espace forme un porche.... Surpris je suis.

* En levant la tête je remarque des corbeaux (celui de droite a disparu).

Était ce pour supporter les poutres d'un étage ?

Y avait-il un système défensif comme... un assommoir ?

*  J'entre.

 

Beauté presque pure !

 

Sans fioriture

* En découvrant la nef comportant quatre travées identiques, je suis heureux :

1 - D'abord par le silence qui est pour moi une représentation de ce lieu.

2 - Puis par la lumière douce donnant une ambiance feutrée (ne vous fiez pas à mes images faisant apparaître une importante lumière. L'intérieur a été photographiée avec une grande sensibilité : 4000 iso).

3 - Enfin par l'architecture simple et pourtant gracieuse apportée par les colonnes semi-encastrées portant la voûte en étoiles.

* Je vous laisse ici car je souhaite rester seul pour observer les fenêtres et le chevet plat.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Vers le 6ème siècle, construction d'une église en bois. C'est ce que suppose les archéologues car le site est sur la route Bazas-Sos, route où l'évangélisation de la province fut importante.

* Au 12ème siècle, construction d'une église classique de faible hauteur, rectangulaire sans contrefort, avec un clocher mur comportant 2 cloches.

* Au début du 14ème siècle, à cause de la terrible Guerre de Cent Ans, de nombreux villages sont saccagés, les églises sont brûlées. Évidemment le moutier de Houeillès n'échappe pas à ces dévastations.

* Au milieu du 14ème siècle, pour se protéger des Routiers et autres vils bandits, les habitants reconstruisent l'église sur les bases de l'ancienne, et surtout ils ajoutent des systèmes défensifs.

* Au 19ème siècle, une lanterne est ajoutée au sommet du clocher fortifié. Il sert de tour d'observation pour les feux de foret (à vérifier).

* En 1925, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 13/09/2018 13:12

H aut clocher-tour d’allure très austère ;
O utreplus, possède éléments de guerre ;
U n ensemble sans nulle fioriture
E n son sein comme sur extérieurs murs.
I l ne m’en faut davantage : j’adore !
L ‘image aussi me vient d’un castel fort.
L ‘entrée y est tout autant fortifiée
E fficacement : je n’aurais aimé
S ous bretèche au Moyen-Âge passer !

G uère de doute qu’archères, en leur temps, «
A rrosèrent » de flèches assaillants.
S entinelle et défenseur de l’église
C locher est ici très belle surprise
O ffrant spectacle qu’il me siet de voir :
G rand changement religieux eurent vouloir,
N ‘hésitant mie à transformer moutier
E n place forte pour bien protéger

P opulations. Et cela me suffit.
S abre et goupillon surent être amis,

N e serait-ce qu’un moment qui tant fut
B elliqueux, insûr pour qui le vécut.

Le Chevalier Dauphinois 13/09/2018 17:53

* Par cette prose qui de plus rime, je constate que ce moutier d'un autre temps vous a plu.
* Il est vrai qu'un tel "donjon" sur une église ne peut qu’attiser respects et jouissances.
* Je suis certain que si je n'avais point montré la nef et chevet.... Château j'aurais pu intitulé cet article.