26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 07:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Romestaing est située à 60km au Nord-Ouest d'Agen, à 20km au Nord-Nord-Ouest de Pompogne (voir son cimetière fortifié) et à 18km au Sud-Ouest de Marmande.

 

   Coordonnées de l'église :

44° 24' 58" N 00° 00' 09" E
 44.416151°  0.002573°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Reste-t-il des templiers !

* En cette commune, il y eut une commanderie appartenant à l'Ordre du Temple puis aux Hospitaliers. Hors, de ce lieu, il ne reste que l'église.

Va-t-elle être à la hauteur de mon imaginaire ?

 

 

Quelle merveille !

Rondeur et angles droits !

* En arrivant dans le bourg, je vois une place vide entourée de quelques bâtiments.

Suis je au centre de l'ancienne commanderie ?

* Devant moi, une surprenante église sans transept :

- A droite un chevet rond avec une rehausse borgne, l’ensemble est soutenu par un puissant et épais contrefort à larmier.

- Au centre, un clocher carré.

- A gauche une longue nef entrecoupée de fenêtres situées en hauteur, coincées entre des contreforts plats. La rehausse borgne semble avoir été consolidée récemment.

 

 

La suite...

* Lentement je contourne l'église.

* Les contreforts plats aux pierres si usées me fascinent.

* Soudain, comme si le temps glissait plus vite, je suis devant l'autre façade, identique et différente.

 

 

Voyez vous cette rondeur au loin ?

La preuve de l'identique-différent !

* Derrière votre écran je vous entends glousser :

"Chevalier, tu perds le sens des mots.

Ce qui est identique est différent,

Et inversement !"

* Raison vous avez, mais aussi erreur vous commettez.

* Cette façade, coté Nord, a la même architecture que la précédente mais seuls 3 points diffèrent :

- 1 - Le rehausse du chevet n'est pas borgne. Je vois une haute fente (de tir ou de guet ou de... ?). Je pressens que de nombreuses existaient sur la périphérie.

- 2 - Une ronde tour. Je pressens qu'elle comporte un escalier à vis.

- 3 - Une porte.

* Cette façade devait se situer à l'intérieur de la commanderie.

 

 

L'intérieur :

Sésame .....

* Je me présente devant la porte dont les sculptures sont presque inexistantes.

* Pauvreté de la pierre. Il est vrai que les Templiers ne souhaitaient pas de merveilleux ornements.

* Je tourne la poignée : Rien.

* Je toque : Rien.

* Je sollicite à haute voix : Rien.

 

 

Le fin n'est jamais triste !

* Ne pouvant entrer dans l'église, j'erre dans les ruelles de la commune quand soudain....

   ...... un puits me fait face.

Date-t-il de l'époque des Templiers ou des Hospitaliers ?

* En rêvant.... je retrouve mon destrier pour une nouvelle aventure.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la commanderie :

* Dans la deuxième moitié du 12ème siècle (1160 ?), Amanieu de Bouglon (voir son château) donne des terres de Romestaing à l'Ordre du Temple. Il semble que l'église ainsi que la "commanderie" soient construites rapidement.

- Durant plusieurs années, le site est soit autonome, soit dépend de la commanderie de Cours (actuellement Cours les Bains en Gironde) ou de la commanderie d'Argentens (en Lot et Garonne).

* En 1266, Pierre de Saint Pau est commandeur de Romestaing.

* En 1267, Pierre Barrau est commandeur bailli d'Argentens et précepteur de Romestaing.

* En 1267 (?), Pierre d'Andiran est commandeur de Romestaing.

* En 1278, Arnaud de Grignols, seigneurs dont les terres sont proches de la commanderie, s'empare du bois de Flaujac. Les Templiers amènent la confiscation devant la justice et obtiennent gain de cause.

* En 1286, Pierre de Caupenne est commandeur de Cours et Romestaing.

* En 1289, Vital de Caupenne est commandeur de Cours et Romestaing.

* En 1292, Pierre Arnaud de la Croix est commandeur de Romestaing.

* En 1302, Jean de Caumont est commandeur de Cours et Romestaing.

* En 1307 (le 12 juillet), peu de temps avant l'arrestation de tous les templiers, Jean de Caumont échange le bois de Mesmes contre des dîmes d'une autre paroisse (laquelle ?).

* En fin 1307, Guillaume de Caumont, seigneur de Montpouillan, est chargé des biens de Cours et Romestaing après l'arrestation des templiers.

* En 1312, après la dissolution de l'Ordre du Temple, le pape Clément V ordonne le transfert des biens des Templiers aux Hospitaliers. Guillaume de Caumont, pensant avoir quelques droits, s'oppose à cette demande.

* Vers 1789 (?), la commanderie est "dissoute", les bâtiments sont "occupés" par les Révolutionnaires.

- Je n'ai aucune date sur la disparition des bâtiments.

* En 1965, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Christophe) est libre et gratuite. La visite du clocher et des salles de repli est interdite.

 

Cette église des Templiers n'a pas pris une ride !

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers liste
châteaux des Templiers
Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 28/10/2018 10:56

R egard mitigé j’ai devant moutier :
O uvrage me plait, mais sont mes pensées
M êlées… Quelque chose me gêne, ici.
E st en cause certainement crépi*
S ur haut des murs de la nef. Ôte bien
T out le charme de ce bâti ancien.
A i-je mots doux pour construction guerrière,**
I l est vrai, dont fonction toute première
N ‘était que pacifique. J’ai moult aimé
G randeur du chevet ainsi rehaussé.

L a force qu’il dégage moult me siet.
O ffre t-il, outreplus, abri parfait :
T out ce qui sait m’enchanter à souhait !

E t contreforts épais, fentes de tir,
T our-escalier, clocher loin d’enlaidir

G énéral aspect du site nous disent
A quel point faits de guerre eurent emprise
R éelle sur édifices d’antan,
O ù même églises durent un moment
N antir façades de sécurités
N e songeant plus qu’à hommes protéger.
E t cela ne peut que me contenter !

P uits a de quoi faire rêver : sans lui
S erait n’importe quelle terre sans vie…

* la couche de ciment sur le haut des murs de la nef.
** en parlant de charme pour un bâti guerrier.

Le Chevalier Dauphinois 28/10/2018 11:05

* Il est vrai que les consolidations modernes ont un peu terni l'aspect brut et médiéval de cette église.
* Mais j'avoue que ses dimensions, sa hauteur, son manque de "fioritures" m'ont énormément charmé et impressionné.
* Cette construction religieuse n'est pas la plus défensives de mon blog, mais sa force est presque écrasante à ses pieds.
* Peut être que mes images n'ont pas retraduit cette puissance.

Pierrote 26/10/2018 11:11

Ho, ho, Chevalier ! Est-ce le froid qui arrive qui rend vos doigts gourds ? ou vos gants de fer ?
Dans le § « La preuve de l’identique-différent », au 1, il faut lire : la rehausse du chevet, et non pas de la nef, non ?
Je suis tâtillonne (pour ne pas dire plus !) je le sais !

Le Chevalier Dauphinois 26/10/2018 11:31

* Ai je commis une erreur ?
* Mes neurones sont ils sensibles au froid ?
--> La réponse :
* Pour savoir si mes visiteuses et visiteurs lisent mes mots, je laisse des "maux" orthographiques... volontairement.
* Heu... mon explication est elle crédible ?.... hihihi
* Correction faite.... Merci.