27 août 2019 2 27 /08 /août /2019 07:10

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Voyez vous cette merveille ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Xaintrailles est située à 35km au Sud-Est de Marmande, à 30km à l'Ouest d'Agen et à 5km à l'Est-Sud-Est de Fargues sur Ourbise (voir sa tour des Hospitaliers).

 

   Coordonnées du château :

44° 12' 26" N 00° 15' 22" E
 44.207226°   0.255990°

 

 

Toponymie :   (--> voir petite initiation)

* Comme souvent, l'origine du nom est une expression locale qui s'est déformée avec les siècles :

- Sancta-ralha,

- Puis Sainctaraille,

- Et enfin, Xaintrailles

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* Lors d'une de mes lectures sur Jeanne d'Arc, je me suis intéressé à ses compagnons d'armes.

* Le plus médiatique est hélas : Gilles de Rais.

* Mais deux autres m'ont intéressé :

- Étienne de Vignolles dit La Hire (voir sa prétendue maison),

- Jean Poton de Xaintrailles.

* Voici un extrait du texte :

« Inséparables : Voici l’image que La Hire et Jean, dit Poton de Xaintrailles laissèrent à  la  postérité, jusque dans l’historiographie la plus récente. Invariablement, les historiens les présentent comme de rudes capitaines d'armée, toujours fidèles au Dauphin (voir titre de noblesse) puis Roi Charles VII (voir liste), dont le point d’orgue de leur carrière se situe au moment de l’épopée "johannique", lors du siège d’Orléans. »

* Je me dois de découvrir le château de ce Jean. Cette échauguette sent bon l'époque médiévale

 

 

Il m'attend, tout de gris vêtu !

* La façade Sud est enivrante.

* Elle présente une longue courtine encadrée par 2 tourelles ou échauguettes reposant sur des contreforts d'angle.

Avez vous remarqué la pierre soutenant l'échauguette ?

* Le bâtiment possède 3 niveaux visibles (peut être existe-t-il une cave ou cellier) :

- Le 1er niveau montre des fenêtres à meneau horizontal.

Est ce l'étage des communs ?

- Le 2ème niveau est éclairé par de grandes fenêtres à meneaux en croix.

Est ce l'étage des salles de vie ?

- Sous le toit actuel, je remarque de petites ouvertures.

Est ce l'étage défensif ?

 

 

Les défenses sont nombreuses

Que de pierres médiévales s'offrent à mes yeux de Castellologue amateur !

Que ne voyez vous pas ici ?

* Je vais aider.

* Il y a :

- Des murs solides et épais (je les ai vus à travers les fenêtres).

- Des systèmes défensifs aux angles.

- Des archères cruciformes en étrier.

- Un puissant donjon.

Que manque-t-il pour une construction du 15ème siècle ?

* Je vous sens me souffler la réponse :

"Chevalier, il n'y a pas d'arquebusière ni de canonnière !"

* Vous avez raison. Les armes à poudre étaient présentes au 15ème siècle (création de l'arquebuse vers 1450). Les châteaux se sont adaptés à ces nouvelles armes. Hors, ce puissant bâtiment construit à la demande d'un Capitaine de Guerre n'en comporte pas.

Pourquoi cet oubli ?

 

 

Le donjon

* La puissante tour carrée à l'arrière (coté Est) est l'une des plus anciennes constructions de ce château.

* Ce puissant donjon habitable possède 3 caractéristiques :

- Des fenêtres ont été percées 2 siècles après sa construction.

- Des archères cruciformes à étrier sont inégalement réparties.

- Le crénelage a été reconstitué 6 siècles après sa construction.

 

 

Trois siècles séparent cette image de la réalité que je visite

L'intérieur :

Ouvert mais fermé

* Lentement j'avance vers une porte récente.

* Le panneau m'informe que :

- La découverte du jardin ainsi que l'autre façade du château est possible,

- L'accès aux bâtiments toujours habités est interdit.

 

 

Que de siècles séparent tous ces bâtiments !

* La façade Nord montre une architecture bien différente de sa consœur Sud.

- La partie la plus ancienne correspond à des formes de marches (presque invisibles) à gauche du grand balcon. Ce sont les soubassements du château du 13ème siècle.

- L'actuel bâtiment gris est le logis datant du 15ème siècle.

- La balustrade ainsi que la terrasse ont été créées au 17ème siècle.

- Les nombreuses et grandes fenêtres du logis ont été aménagées au 18ème puis 19ème siècle.

* Je ne peux pas passer sous silence l'autre face du donjon. Elle possède une architecture en encorbellement dont je raffole.

En connaissez vous le nom ?

* Avant de partir, je me régale en admirant le panorama.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château défensif.

* Au 14ème siècle, le château est modernisé (à vérifier).

* Au 15ème siècle (1453 à 1461), Jean Poton de Xaintrailles fait abattre une partie du vieux château (il ne laisse que l'imposant donjon mais il demande le percement des fenêtres) puis fait construire l'actuelle bâtisse.

* En 1461, Jean décède sans enfant. Le domaine de Xaintrailles est légué à sa nièce : Béatrix de Pardaillan.

* En 1469, en épousant Bernard de la Motte, Béatrix apporte le château en dot.

* A la fin du 16ème siècle, Henri III de Navarre vient parfois au château pour chasser dans les bois de Xaintrailles et........ pour conter fleurette aux damoiselles des alentours devil (mais ceci n'est que supposition, aucun écrit est relaté officiellement par les historiens).

* Au 17ème siècle, la famille Montesquiou, propriétaire du domaine, réalise de nombreux aménagements comme un jardin, une ménagerie (ferme). Les fossés sont comblés.

* En 1725, naissance au château de Armand-Jean-Jacques du Lau de Lusignan (il ne le sait pas encore, mais il sera le prochain propriétaire du domaine de Xaintrailles car il est le neveu de Jean-Jacques de Montesquiou).

* En 1746, le dernier représentant de la famille Montesquiou, Jean-Jacques de Montesquiou, propriétaire du domaine, épouse Hélène de Sabran.

* Quelque temps après, suite aux infidélités de sa jeune épouse qu'il répudie, n'ayant pas d'enfant reconnu, Jean-Jacques de Montesquiou lègue à sa mort, le domaine de Xaintrailles à son neveu.

* Au milieu du 18ème siècle, toutes les salles du château sont refaites suivant les consignes de son propriétaire : Arnaud-Jean-Jacques, Comte de Lau, Marquis de Lusignan. La cour d'entrée est créée, un escalier en U parachève la façade.

* Au 19ème siècle, aménagement d'un jardin Anglais.

* Entre 1825 et 1840, plusieurs personnages célèbres visitent et parfois dorment au château : Georges Sand, Prosper MériméViollet le Duc et Haussmann.

* En 1840, certaines parties du domaine sont classées aux Monuments Historiques.

* En 1843 (?), le donjon est restauré, des créneaux sont ajoutés.

* En 1865, par legs testamentaires, le domaine échoue à la famille Cassaigne de Mary.

* En 2000, la famille Vieillard-Baron est propriétaire du domaine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château depuis la route mais aussi dans le jardin est libre et gratuite, en respectant la propriété privée et en marchant dans les allées. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez être discret et respectueux lors de votre entrée dans le jardin.

 

 

Un diamant dans un écrin de verdure fleuri

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 28/08/2019 13:34

X aintrailles : bien je connais ce vieux brigand
A ussi bon soldat, il est vrai, antan.*
I nconnu m’était son castel, j’avoue.
N ous découvrons toujours, et moult, par vous !
T rès heureuse je suis donc, aujourd’hui,
R avie, même si cet endroit n’est mie,
A utant que je l’aurais aimé, image «
I ntègre », « inviolée » de mon Moyen-Âge.
L e rêve peut alors faire oublier
L es espaces toilettés, ajoutés.
E t l’on replonge des siècles avant
S ous l’emprise de tous ces éléments

L iés au passé et qui n’ont perdu
O nce d’authenticité. Oui, j’ai vu
T ourelles, archères ayant défendu

E norme bâtisse, et donjon, bien sûr !
T ant imposant est-il avec ses murs

G uère avenants, quasi borgnes jadis.
A i-je succombé à tous ces délices
R appelant une époque dont latrines,
O n ne peut mieux qu’elles, sont la vitrine…
N ous avez dans autre monde menés,
N aguère de seigneurs-brigands peuplé,
E t de Jehanne la Pucelle qu’aimez.

G uère de doute que maudit conflit
A ppelé Guerre de Cent Ans, ici,
S ut être présent à mon esprit. Lors,
C ombien d’autres personnages encore
O nt surgi dans mes pensées ! Et j’ai pu
G randes batailles ou bien de plus menues
N otamment revivre grâce à ce site.
E ntamé j’ai un voyage insolite…

P our tout cela, Ô, mon preux Chevalier,
S oyez très sincèrement remercié !

* je le connais bien pour l’avoir encontré dans maints de mes grimoires… mais lui, contrairement à « mon » Rodrigue (de Villandrando) fut du côté des Bourguignons avant de se rallier définitivement au Dauphin/Roi Charles VII, alors que mon Routier préféré a toujours été du côté de la fleur de lys, toujours ! (… quand il n’était mie brigand, lui aussi, bien sûr !).

Le Chevalier Dauphinois 28/08/2019 22:18

* En ces siècles de Guerres où LA vérité n'existait pas....
..... nos Chevaliers erraient d'un coté à l'autre des puissants.
* Parfois Bourguignon, parfois Anglais, parfois Français, ces Chevaliers donnaient toujours leur vie.
* Je pressens que cela ne devait pas être facile de choisir un camps dans un siècle où la communication était lente et peu fiable.
*** Pour ce qui est du château, il m'a étonné :
-- 1 -- Par sa différence d'architecture entre les 2 faces (médiéval et moderne).
-- 2 -- Par sa porte ouverte dans le parc pour le voir sous toutes les "coutures".
*** Ce n'est pas une ruine, ce n'est pas une forteresse intacte, c'est un compromis fascinant, toujours habité.