5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 07:22

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Peintre je deviens devant un château inaccessible

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune d'Espiens est située à 40km au Sud-Est de Marmande, à 20km à l'Ouest-Sud-Ouest d'Agen et à 8km à l'Est de Barbaste (voir son moulin fortifié).

 

   Coordonnées du château :

44° 10' 32" N 00° 21' 27" E
 44.175579°  0.357553°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité le château d'Espiens, je laisse mon destrier me guider vers le prochain lieu situé au Nord-Ouest.

* Soudain, après 2 kilomètres il stoppe et me montre avec sa truffe un ensemble de bâtiments partiellement caché par des arbres.

Est ce le château d'Arconques ?

* Pour le savoir, je passe ma visée de Terminator en mode infrarouge-bleu.

 

 

Une partie du site a été détruite au 19ème siècle

Préambule

* En fonction des documentations et des siècles, la construction que je vais découvrir ce jour porte une fonction différente :

- Château,

- Maison forte,

- Manoir.

* Je ne me prononcerais pas officiellement, mais..... vous avez mon ressenti dans le titre. blush

 

 

L'analyse rapide du site

* La façade Nord-Ouest, visible depuis la route, offre des architectures, parfois très remaniées, d'époques différentes.

* Voici mon ressenti de gauche à droite :

- A gauche, une petite tour coiffée qui devait être une sorte d'échauguette.... posée au sol. surprise

- Elle est accrochée à une puissante tour carrée curieusement borgne (bien que des ouvertures murées se devinent). Je pressens qu'elle a été arasée puisque les mâchicoulis (voir vocabulaire) sont absents. Son toit en pavillon me surprend.

- Accolée à la tour carrée, une curieuse "verrue" m'interpelle. Je pressens un ajout récent. La fonction de cette "naine" m'est inconnue.

- La construction suivante est fascinante (et... je pèse mes mots bien sur). Ce devait être la courtine protégée par la grande tour carrée vue précédemment. Elle possède, sous le toit actuel, des ouvertures me rappelant un chemin de ronde ou une salle défensive. La pente du toit, anormale pour une construction médiévale de ce type, m'informe que ce bâtiment a aussi été arasé. Quel enchevêtrement de constructions disparates !

- J'avoue ne pas comprendre la raison du puissant contrefort à larmiers... pour un bâtiment si peu élevé.

- Les énigmes architecturales continuent sur la façade dans l'angle. Si je fais abstraction de l'ouverture ronde certainement récente (œil de bœuf ?.... car je n'imagine pas que si haut, ce trou fut une canonnière), je vois des pierres alignées en encorbellement. Ma première idée est d'imaginer qu'elles sont les vestiges de mâchicoulis.

-- Mais ce type de protection, aussi bas par rapport au sol mais aussi à la salle défensive, me fait revoir ma déduction.

-- Comme une pierre manque pour faire un alignement parfait, je suppose que ce sont 2 bretèches en protection des anciennes portes en dessous.

Qu'en pensez vous ?

- A droite, un contrefort à larmier unique.... dont l'emplacement semble logique.

- Puis, au fond de la courtine borgne, positionnée au Sud-Ouest, une tour d'angle. Sa faible épaisseur contraste avec la première tour que j'ai décrite au début.

Pourquoi tant de différences architecturales ?

 

 Quelle curieuse tour d'angle, aux dimensions minuscules

 

 

Je suis friand de la suite

* Face à une construction fortifiée aussi énigmatique, il me faut voir toutes les façades pour en comprendre la logique.

* J'avance sur la route.... mais les arbres m’empêchent de voir les bâtiments.

* Je m'engage sur un sentier.... mais un panneau m'informe que le chemin est privé.

* Je tente de prendre du recul.... mais les constructions disparaissent dans la végétation.

* Hélas, je ne peux pas admirer les autres façades et surtout la tour polygonale à l'Est.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un bâtiment fortifié.

* En 1460, Charles II d'Albret, compagnon d'arme de Jeanne d'Arc, donne la seigneurie à Arnaud de Saint-Germe.

* Durant le quatrième quart du 15ème siècle, le vieux site féodal est fortement modifié par ses propriétaires : La famille de Saint-Germe.

* Au 17ème siècle, les bâtiments sont possession de David Vacquier.

* Au 18ème siècle, la famille de Cambon est propriétaire du site.

* Au 19ème siècle, démolition de la tour d'angle et de quelques bâtiments au Nord-Ouest du château.

* Au milieu du 19ème siècle, les toits sont refaits.

* A la fin du 19ème siècle, le maire d'Espiens achète la propriété.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route. La visite de la propriété privée est interdite.

 

Les champs sont la richesse de cette contrée

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 06/11/2019 20:30

N ON ! … je réponds ! Ce n’est, à n’en douter,
O ui qu’espériez… Femme est trop compliquée,
N ‘est-ce pas... pour la contredire oser !
!

Le Chevalier Dauphinois 07/11/2019 11:40

* Un dicton prétend : "Ce que femme veut, Dieu le veut !".
* Heu..... n'étant point Dieu, ni un Saint.... Je ne vais pas appliquer ce dicton.
* Puisque vous adorez un vil personnage historique, un Routier......
........ en montrant un moutier, je vais donc être vil pour me faire adorer..... hihihihi.

Pierrote 06/11/2019 14:02

A vez su, je reconnais, là, surprendre
R éticente lectrice à bien comprendre
C ertains castels trop réaménagés.*
O ui, votre article m’a plu : j’ai aimé
N ombreuses constructions en omettant
Q uantité d’ouvertures les couvrant.
U n tas de petits détails ont suffi,
E t oublié j’ai les « défauts » : crépi
S ur parois, ou fenêtres très récentes ;

E vincées blessures du temps flagrantes…
S ûr que de suite je n’avais mie vu,
P ar menues touches, que fut défendu
I ndiscutablement ce lieu. Avez
E veillé crescendo curiosité,
N arrant, et montrant ces tous petits riens**
S ans lesquels je n’aurais réagi bien…

G ages en sont tourelle, à côté la tour
A ussi massive que borgne. A toujours
S a puissance d’antan, du moins en rêve.
C onnut-elle, m’est avis, guerres puis trêves…
O uvrages avez, plus loin, découverts
G arnissant pan de mur. Etes expert :
N aguère ont dû bretèches supporter,
E n-dessous, deux entrées positionnées…

N e savais-je qu’étiez peintre accompli !***
O ui, avez magnifié ces vieux bâtis
T ant et si bien qu’appréciés je les ai.
A lors : merci ! Pour moi, moult bonheur c’est !

* comprendre n’est pas le terme exact : je comprends que des bâtis aient pu être remaniés, mais lorsqu’ils le sont trop, au point de ne plus y voir des traces du Moyen-Âge, là, je ne comprends mie pourquoi ils sont dans votre blog, et je râle fort ! (oui, je le sais : la date de construction, allez-vous me répondre, mais la date de construction ne suffit point à mes neurones médiévaux !).
** ces tous petits riens : façon de parler, parce que ce ne sont justement pas des tous petits riens : ont su parfaitement « réveiller » mes neurones médiévaux !
*** cf. info-bulle de la 1ère image de votre article.

Le Chevalier Dauphinois 06/11/2019 17:08

* Séduire une femme n'est point facile...
...... Mais plaire (pour un article bien sur) à Ma Pierrote est encore plus difficile.
* Heureux je suis que ma prose vous ait remué les neurones médiévaux.
** Je me sens tellement en veine que...... moutier je vais proposer..... hihihihi.
** (un tout petit, pas très grand, pas très défensif..... Dites oui ! ! ! !........... Hihihihi).