27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

 

Le début de la visite du château est ici - CLIC

 

 

 

 

Département 46 - LOT

 

 

 

Je pressens que ce donjon roman va être surprenant et fascinant

 

L'intérieur du donjon :

La salle basse

* Au siècle dernier (c'est ce que je suppose) une porte rectangulaire a été créée pour entrer sans difficulté dans le donjon.

* J'avance prudemment.

* Je suis dans ce qui était un ratier, c'est à dire une salle sombre stockant la nourriture.

* Dans cette salle voûtée, la lumière minimale est apportée par ce puits de lumière haut perché.

Comment monter à l'étage pour continuer la visite ?

* A l'époque médiévale, une échelle en bois était descendue depuis l'étage supérieur, mais en notre siècle c'est une échelle fixe en fer qui permet de passer par le trou d'homme.

* Je pose un pied, puis je tire sur un bras, puis je pose l'autre pied, puis.......

 

 

.... En haut, c'est déjà haut

* Le sol du 1er étage (donc le 2ème niveau) est en pierre.

* Proche de l'échelle (le trou) je remarque des encoches ayant porté une planche en bois avec système de blocage.

* Une fenêtre en niche éclaire la pièce. Je subodore qu'elle pouvait devenir une archère.

* Cette salle, de la même dimension que la précédente, possède une grande ouverture plein cintre. Vous êtes si intelligents mes lectrices et lecteurs que vous avez hurlé ensemble :

"Chevalier, ceci est la porte médiévale."

"Tu nous l'avais déjà montrée sur cette image."

* Mais cette pièce possède une autre surprise.....

    ....... une curiosité dont je raffole.....

       ........un joli trou qui ne fait point monter (sauf par grand vent).

* Vous avez évidemment deviné : "Mes" latrinescheeky

 

 

Il faut être léger comme une plume pour vivre ici

Le 3ème niveau

* Grâce à un escalier en colimaçon intégré dans l'épaisseur du mur, j'accède à l'étage supérieur.

* Avec précaution je pousse une porte "non médiévale".

* Oups...... le plancher est partiel.

* Cette pièce parfaitement éclairée devait être la salle de repli ou la salle des gardes (car je doute que le seigneur vivait en ce donjon).

 

 

Le sommet

* Encore un effort.....

    ...... encore quelques marches...

       ........ pour être au paradis.

* Depuis la plateforme, je peux surveiller les bateaux sur le Lot.

* Mais je peux aussi observer le comportement des habitants.

* Les 4 points cardinaux sont à moi.

* Je suis si heureux que je profite de ce paradis pour manger le fruit défendu : Une pomme.

* Mais lentement le soleil disparait.

* Il me faut redescendre sur terre.

 

Hooo, un escargot de pierres

 

L'ai je bien descendu ?

* C'est donc marche après marche que je me dois de retrouver votre 21ème, moi qui étais au 13ème siècle.

* La descente aux enfers pourrait être par ce plancher troué du 2ème étage. Mais la sagesse Dauphinoise veut que je prenne mon temps marche après marche dans ce colimaçon.

* Puis le 1er étage, celui de l'entrée médiévale... et de sa sortie.

* En bas, je regarde si un garde garde le bas..... du donjon.

* Mais il n'y a personne, ni ami ni ennemi. Alors je tente la descente.

* La suite...... est un secret.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Dès les premiers siècles avant J.C. les peuplades ont utilisé ce point étroit dans un méandre du Lot pour surveiller et défendre.

* Au 11ème siècle (à vérifier), construction d'un château par une famille nommé : De Luzech.

* En 1188, le château est attaqué puis pris par le Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine et Roi d'Angleterre : Richard Coeur de lion. Ceci est l'un des nombreux épisodes de conflits qui l'oppose au Roi de France Philippe Auguste (voir liste).

* A partir de 1209 débute la terrible croisade des Albigeois. L'armée Royale attaque toutes les fortifications dont le seigneurs a rendu hommage à un "hérétique".

* Vers 1212 (?), les troupes des croisées commandées par Simon de Montfort brulent la petite cité et le château car son seigneur avait fait un hommage-lige au Comte de Toulouse (voir ce livre).

* Peu de temps après, sur l'emplacement de l'ancien château, est construit une puissante forteresse. Elle est possession de Guillaume de Cardillac (voir ici), évêque de Cahors (voir liste). Ceci est vérifié par une bulle du Pape Grégoire IX en 1228 autorisant l'évêque à employer les dîmes de l'église de Luzech pour payer la garnison au château. Les Barons sont co-seigneurs.

* A la fin du 13ème siècle, avec l'accord de l'évêque de Cahors, la seigneurie est gérée par des consuls. Les paysans ne sont plus taillables et corvéables

* Entre 1337 et 1453, durant la Guerre de Cent Ans, ni les troupes Anglaises, ni les Routiers attaquent cette puissante forteresse.

* Au 16ème siècle, de nombreux Barons de Luzech décèdent dans les combats durant les Guerres de Religion. Entre les Barons sans descendances ou les veuves se remariant, le site change de "nombreuses fois" de propriétaires.

* Au 17ème siècle, par héritage, le site est possession de la famille Rastignac.

* A partir de 1792, le site est régulièrement pillé, mais curieusement, personne tente de détruire le donjon.

* Au 19ème siècle, par héritage, Ernestine Gabrielle Sabine Zénaïde Chapt de Rastignac, Baronne de Montmirail possède le site. Elle en fait don à la commune (à vérifier, car il est probable que son mari l'ait vendu à la commune).

* A la fin du 19ème siècle, des fouilles archéologiques sont réalisées.

* En 1905, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. La visite du donjon est possible. Soyez très respectueux de cette construction historique et fragile. Bien que le site ait été consolidé, veuillez être très prudents car le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe.

 

 

Je me sens le gardien du Lot

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 46 Vers Menu châteaux du Lot
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pierrote 28/11/2020 17:13

E merveillement j’attendais... Avez,
N ‘en doutons mie, ici, réalisé
T ransport immédiat dans le Moyen-Âge !
R ien que mirer votre première image (
A insi que les suivantes !), nous voilà
I mprégnés de ce temps qui ne fut pas
L e plus apaisé de tous. Preuve en est
L ‘intérieur de cette tour. Non, jamais
E mplie elle fut de gentes damoiselles,
S eigneurs se prélassant. Habituelle

D estinée d’un bâtiment de repli
E tait se protéger contre ennemis.

L es ouvertures devaient être peu.
U ne porte en hauteur, et, les chanceux «
Z one intime » savaient aussi trouver :
E st-ce « dada » de nostre Chevalier !
C omme sont mimis, ces vieilles latrines !
H umbles, mais d’antan réelle vitrine…

Q uelque chose m’a étonnée voyant
U ne « neuve » échelle et vos pieds devant :*
E ut maréchal-ferrant problèmes pour
R éparer vos solerets ? Car toujours
C eux-ci sont faits de fer, non de tissu !
Y vois-je pourquoi secret il y eut !**

L e principal est que trou d’homme soit,
O ui, aperçu, et accès sur le toit.
T ant j’aime ces escaliers d’autrefois !***

N ous avez offert, ce jour, magnifique
O uvrage du passé. Sont-ils magiques
T ous ces instants de jadis ! J’ai aimé
A rchères, évidemment, sans compter

B el et long historique ! J’apprécie
E tre « plongée » dans ce contexte qui
N ous permet de comprendre mieux ces murs
E t d’ouir, à vos côtés, leur murmures.

P our sûr, du Lot vous êtes-vous gardien
S enti !**** J’avoue que le méritez bien !*****

* image du lien « je tente la descente »… Eh oui, vous savez bien que j’ai un œil d’aigle ! Rien ne m’échappe !
** secret à la descente, comme écrit dans la dernière phrase du dernier § : vous auriez chu ?… Non ! pas un preux Chevalier tel que vous !… sauf que, j’insiste : vos solerets n’étaient mie adéquats ! Qu’est-ce que ça aurait été si l’échelle avait été de corde, comme jadis !…
*** même si bien refaits, comme ici… ça gâche un petit tant ma joie de les mirer, c’est vrai.
**** cf. info-bulle de la dernière image de votre article.
***** parce que vous avez déniché ce castel, déjà, puis avez pris le temps et le risque de monter jusqu’au sommet pour nous offrir ces vues magnifiques ! Donc, vous êtes en droit de revendiquer ce titre de gardien du Lot, je dis !

Le Chevalier Dauphinois 30/11/2020 17:31

* Les odorantes latrines sont..... ma passion.
* Heu..... je n'ai point de toc, ni d'obsession ni de pensée malsaine sur ce lieu d'aisance.....
....... Pour moi, ces encorbellements, ces trouées sont la preuve qu'une vie existait, que les occupants pouvaient manger, boire et (####censure###).
* J'avoue que je les cherche dans chaque site, qu'il soit entier ou en ruine.
* Ma passion..... hummm..... les sentir et ressentir (hihihi).
** Je connais votre animosité contre les escaliers ou échelles en fer, mais cette réalisation moderne m'a permis de nombreuses fois de visiter les étages. J'avoue les adorer.
** Savoir que l'homme moderne de notre siècle dépense de l'argent et du temps "pour moi", pour que "je" puisse visiter, est une jubilation.
*** Pour ce qui est du secret........ vous ne saurez rien car ceci est un : SECRET (hihihi).
----> Signé : Le Dauphinois gardien du lot !