24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 06:39

 

 

Département :  39 - JURA

 

 

  Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Mirebel est située à 35km au Sud-Ouest de Salin les Bains (voir ses fortifications), à 50km au Sud-Est d'Arbois (voir ses fortifications) et à 12km au Nord-Est de Lons le Saunier.

 

   Coordonnées du château :

46° 42' 03" N 05° 44' 04" E
 46.700834°  5.734461°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Comment savent ils que j'arrive ?

* A l'Est de la commune : Une colline.

* Sachant qu'un château est logiquement positionné en hauteur, c'est donc avec assurance que mon destrier et moi-même montons sur une belle route pour contourner l'abrupte paroi défensive.

* Soudain apparaît à droite une imposante église avec son cimetière puis à gauche..... un panneau où il est noté :

"Chevalier, descends puis monte !"

* Ce qui signifie : Je dois descendre de mon palefroi pour monter par le sentier.

 

Quel magnifique sentier multicolore et éducatif

 

Amour, gloire et beauté.... ou presque

* Au début, le chemin est "goudronnée" puis la terre mélangée aux cailloux accompagnent mes chausses.

* J'attaque la montée coté Sud.

* Soudain, un panneau m'informe que je ne suis point perdu.

* Je vais donc marcher vers une beauté et aussi.... compter ou "conter fleurette". surprise

 

 

Comme elle est longue... la tienne !

* Presque au sommet de la colline, je vois une imposante statut de Vierge posée sur un rocher aplani. Je suppose qu'à cet emplacement une tour défensive existait, un peu en avant d'un fossé taillé dans le roc.

* En un bond, je saute au dessus du fossé (en réalité, un agréable chemin serpente facilitant la montée).

* Les archéologues supposent que cette entrée dans le château est "récente". L'accès se faisait coté Nord (vous le découvrirez à la fin de l'article).

* Mon premier étonnement est la longueur (400 mètres) du site castral pour son étroitesse (40 mètres).

* Un bon dessin valant mieux qu'une mauvaise prose, je vous propose le plan réalisé par les archéologues en 2003.

 

 

L'intérieur :

Une tour de rêve..... pour moi ! A gauche le donjon, à droite le logis

* Dans l'ancienne basse cour, le rempart coté Ouest n'est pas très large (ce qui est logique puisque l'assaillant ne pouvait pas venir par ce coté) et surtout, il a perdu de sa hauteur.

* Au loin, vers le Nord, apparaît un haut mur.

* Cette imposante paroi n'est point rempart mais le mur Sud d'un donjon.

Voyez vous son épaisseur ?

* Ce donjon a une base carrée de 10 mètres de coté.

* Cette tour de repli défensif comporte actuellement  2 niveaux. Les archéologues supposent qu'à l'origine il en possédait 3.

* Ce magnifique vestige montre encore :

- Une fenêtre (je ne peux pas définir avec certitude la présence d'une coussiège).

- Des latrines en encorbellement.

- Sur la droite une.... heu... Je suis dans le doute. Ceci est le vestige d'une ouverture dont la fonction n'est pas évidente. Ensemble essayons de réfléchir : enlightened

1 - Il y a un ébrasement (voir vocabulaire) intérieur, ce qui exclut une porte entre les 2 bâtiments.

2 - Cet ébrasement est parfois visible sur les fenêtres d'une chapelle ou église. Mais je doute qu'une pièce religieuse fut à cet étage.

3 - En étudiant correctement à l'avant (donc à gauche) de cet ébrasement, je vois une construction dans l'épaisseur. Je subodore que ceci fut une archère en niche (voir exemple).

Quel est votre avis ?

 

 

Ruiné et pourtant si passionnant

Un logis très douillet mais aussi défensif

* A droite du donjon, donc positionné au Nord, les pans de murs ruinés sont les fantômes du logis.

- Ne pleurez pas crying sur l'état de ruine.... N'ayez point peur des revenants... je suis là, moi, Le Chevalier. wink

* Du logis, il reste 3 curiosités architecturales :

A - Une fenêtre.

B - Un corbeau dans l'angle Sud-Ouest.

C - Un retrait du mur pouvant recevoir les sablières d'un plancher, pour un chemin de ronde défensif.

 

 

"Au Nord, c'étaient les......

  ..... corons" chantait Pierre Bachelet en 1982....

.... mais en 2018, votre Chevalier Dauphinois fredonne :

"Au Nord, c'était la porterie et le mur bouclier."

* Évidemment !

* Comme je vous l'ai expliqué plus haut, l'entrée principale était au Nord, donc il fallait une puissante porte pour protéger le logis du château.

* Elle est précédée par un fossé.

 

 

Je redoute que la redoute soit détruite

Je redoute l'eau si terne

* Mon voyage en direction du Nord va me faire arriver vers :

1 - Le pôle.

2 - Le Paul.

3 - Le pot l'eau. no

* Évidemment, mes fidèles lectrices et lecteurs, vous savez qu'un château fort sans eau est comme un désert sans sable. sad

* La rivière étant très loin et le château si haut, la solution de récupération de l'eau ne fut pas un puits mais : Une citerne. Elle est reconnaissable par son enduit rouge (argile) apposé sur les pierres et les joints.

* Au dessus de cette réserve d'eau, un puissant bâtiment parallélépipédique de 7 mètres par 11 mètres m'interpelle. C'est une redoute (elle est nommé "tour" sur le plan).

- Sa position permet :

-- Le contrôle de l'entrée,

-- La surveillance de la vallée coté Nord.

 

 

Glisser n'est pas permis en ce château

La fin.... c'est le début

* Au début de cet article, je vous expliquais qu'à la fin je vous montrerai l'entrée, donc le début du site castral. surprise

* Donc suivez moi bien :

- Au Nord de la redoute, le sentier descend (donc monte pour un arrivant... hihihi).

- Des marches ont été creusées dans la roche pour que les sabotes des équidé puissent s'accrocher.

- Un sillon est aménagé pour les roues des chariots.

* Après cet exercice de descente et montée (donc de sortie et d'entrée) je me repose proche de la redoute en lisant le catalogue de.... La Redoute. cheeky

* Puis j'admire le paysage avant de retrouver mon destrier.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château, demandé par le seigneur de Vienne.

* En 1172, le Comte (voir titre de noblesse) Guy Ier de Vienne (voir liste des Comtes de Vienne) possède le château.

* Au 13ème siècle, aménagement d'un puissant donjon accolé à un confortable logis.

* En 1280, Jean Ier de Vienne fait du château sa résidence de séjour occasionnelle.

* En 1293, Jean Ier de Vienne accorde une charte de franchise au bourg de Mirebel.

* En 1364, Henri de Vienne, petit fils de Jean Ier, réside au château jusqu'à son décès.

* En 1371, à la mort de son père, Gauthier hérite du château et y habite.

* En 1399, Gauthier décède sans enfant. La seigneurie passe à un des fils de son frère, Jean Amiral de France.

* En 1422, après le décès de Jean de Vienne, le site est maintenant possession de la famille Chalon-Arlay.

* En 1477, décès du Duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Jean IV de Chalon-Arlay ayant été l'allié de Charles, devient l'ennemi direct du Roi de France Louis XI.

* En 1479, l'armée de Louis XI (voir liste) attaque de nombreuses possessions de Jean IV dont Mirebel. Le château est partiellement démantelé.

* En cette fin de 15ème siècle, le site n'est plus qu'un poste de guet.

* Au début du 16ème siècle, le Roi de France (voir liste) redonne plusieurs seigneuries (dont Mirebel) à la famille des Princes d'Orange.

* En 1595, devenu possession des Huguenots (à vérifier) l'armée du Roi de France Henri IV attaque puis détruit définitivement le château.

* En 2002, la commune de Mirebel achète les ruines.

* En 2007, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 2008, lancement d'une campagne de dégagement de l'ancienne voie d'accès coté Nord, puis consolidation de plusieurs structures dont le donjon, le logis, la citerne et la redoute.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que les ruines soient sécurisées, le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe. Soyez prudents.

 

 

Voyez vous l'Amérique au loin ?

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 39

Vers Menu

châteaux du Jura

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 27/05/2019 13:49

M agnifique site castral, ce jour !
I l y a tout ce que j’aime d’atours
R endant cette place forte attirante.
E mpreinte du passé est bien présente ;
B erçée, visite insolite des mots
E t jeux de mots de notre guide… cadeau !
L a découverte est à plusieurs niveaux…

J e soupçonne aussi muses de hanter
U n tant encore ces lieux,* de souffler
R iantes proses à ceux les découvrant,
A vec toutefois sérieux concernant

F oison de ruines de ce beau château.
R assasiés sont neurones médiévaux.
A insi peut rêver d’antan mon esprit.
N e vois-je qu’indices, vestiges si
C aractéristiques d’un autrefois
H umain, conflictuel souventefois.
E n est preuve architecture étirée

C ampant bâtis tout le long du rocher,
O ù fossés coupaient élan des intrus,
M urailles étant côté le moins pentu.
T out dénote ici des hôtes vouloir
E tre à l’abri en montrant leur pouvoir.

N e dut être aisé, jadis, assaillir
O uvrages successifs sans défaillir
T rès près du but. J’ai aimé ce « partage ».**
A i-je apprécié vision du Moyen-Âge,

B ien que perdue parfois mais incrustée
E n ces pierres de centaines d’années.***
N ‘oublierai-je sentier qui, maintenant,
E st dans un charmant environnement.

P our sûr, gravir ses degrés « naturels »****
S ut être, pour vous, expérience belle.

* ce que vous me dévoilez dans votre réponse à mon 1er commentaire.
** partage de la place en plusieurs « ilots » coupés par des fossés.
*** citerne, porterie, donjon, logis, redoute etc…
**** aménagés par la main de l’homme mais dans la roche.

Le Chevalier Dauphinois 28/05/2019 12:12

* Ce site castral très linéaire est fascinant.
* Certains bâtiments ont disparus (je n'ai pas montré leurs emplacements ni leurs fonctions théoriques)...... mais les constructions existantes sont facilement identifiables tout en laissant un peu d'énigmes architecturales.
* D'après ma petite documentation amenée en vacances il n'y avait que peu à voir. Conséquence, je pensais ne rester qu'une heure (Deux autres découvertes étaient planifiées durant la journée).....
...... mais Mirebel fut si envoutante que j'y ai passé 4 heures.

Pierrote 24/05/2019 14:09

Juste un petit « incident technique », Chevalier : lorsque l’on clique sur l’image 5 de votre article (au § « Je redoute l’eau si terne » - bravo pour le jeu de mot !), au lieu d’avoir l’image agrandie, on a une image du castel d’Altier…!
… Mais cela n’est pas très gênant puisque l’image 5 agrandie se retrouve dans votre diaporama.

… PS : Ce qui est amusant, c’est que l’info-bulle de cette image est « je redoute que la redoute soit détruite »… et si l’on clique donc sur l’image, nous apparaît un castel bien entier !

Le Chevalier Dauphinois 25/05/2019 08:27

* Merci MA Dauphinoise pour l'information sur ce bug.
* Je me souviens avoir modifié quelques images au dernier moment (le lendemain de la finalisation).... je n'ai pas pris le temps de vérifier ce changement.
* Comme vous le constatez, ce château du Jura m'a beaucoup inspiré (aussi bien durant sa découverte que durant sa rédaction).
* Je suis certain que des muses habitent les ruines et soufflent l'inspiration aux blogueurs.