9 octobre 2020 5 09 /10 /octobre /2020 07:50

 

 

Département :  39 - JURA

 

 

 

Luxueux était ce château au 15ème siècle

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Nozeroy est située à 30km au Sud-Ouest de Pontarlier, à 25km à l'Est-Sud-Est de Poligny (voir sa tour défensive) et à 15km au Nord-Est de Champagnole.

 

   Coordonnées du château :

46° 46' 32" N 06° 02' 18" E
 46.775555°  6.038564°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Le rêve est déjà une aventure

* Dans un prospectus touristique local, je lis que proche d'un bourg fortifié trônait : La perle du Jura.

* Bien que n'étant pas un spécialiste en pierre précieuse, je comprends que cette perle fut (est ?) un château.

* C'est donc au triple galop que je me rends à Nozeroy pour jouer les "bijoutiers médiévaux".

* C'est donc avec cannetille et alésoir que je vais "perler" en Jura.

 

 

Quelle magnifique... heu.... merveilleuse perle

Les trous dans la perle

* En arrivant coté Sud, je vois..... heu.... l'imposante Perle.

* Ne soyez point déçu, parfois une perle n'est pas pure, il faut la polir.

* Donc, je m'approche d'elle pour la frotter, la lécher, la.... heu......

   ......la demirer...... oups, l'admirer.

* Il est vrai que la perle a un peu vécu.

Est ce par ce qu'elle fut portée par une grande dame :

Élisabeth-Pauline de Gand de Mérode de Montmorency ?

 

 

Je regarde mieux

* Les vestiges du château montrent :

- Des pierres parfaitement taillées et très jointives (preuves qu'un seigneur riche en fut le "bâtisseur").

- Une superficie imposante.

- Des archères canonnières.

 

 

L'intérieur :

Que voila confortable bâtisse

* Bien que les entrailles soient minimales, il est possible de voir :

- Plusieurs niveaux.

- Des traces de cheminée.

- Des escaliers de service (?).

- Et surtout le magnifique escalier d'apparat.

 

 

Que voila remparts qui semblent infranchissables !

 

 

 

Rempart, tour et église s'entrelacent

Les fortifications 

L'extérieur :

Belles rondeurs

* Pensant avoir tout vu du château, j'erre à l'extérieur de la commune en suivant le rempart.

* Bien qu'il soit arasé je me régale à la vue des tours rondes flanques.

* Soudain, le rempart "grandit". En réalité, je suis face à la collégiale Saint Antoine intégré dans le système défensif.

* Sur les jolies rondeurs, je remarque :

- Des archères arquebusières,

- Des pierres à bossages prouvant que cette cité appartint à une riche et puissante famille (voir mon explication au château de Puivert).

* Je continue à lécher les murs du rempart aux pierres merveilleusement taillées et parfaitement jointives quand.....

    ...... mes yeux sont éblouis !

 

 

Une géante !

* Dépassant les toits des maisons établies dans le rempart, survolant les arbres, je vois un.... Heu.....

« C’est un roc !… c’est un pic !… c’est un cap !
 Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule ! » cool

* Certes, ces mots ne sont point de moi mais de mon ami Edmond dans Cyrano, mais ils correspondent parfaitement à mon ressenti en découvrant cette Tour Porte.

 

 

Est ce Gargantua ou Pantagruel ?

Horloge est son nom

* "La tour de l'horloge", tel est le patronyme peu original de cette entrée défensive du bourg.

* En plus de l'appareil magique à donner l'heure, cette imposante tour-porte montre :

- Coté Sud-Est, une ouverture de guet au sommet et une imposante canonnière.

- Coté Nord-Ouest, une canonnière avec large ébrasement extérieur et une archère-arquebusière.

- Le coté Nord est l'entrée. Elle est défendue par :

-- Des mâchicoulis formant bretèche,

-- Une archère-arquebusière curieusement non centrée.

-- En partie basse, un double vantail (disparu).

-- Une herse (disparue).

-- Un assommoir

* Avec précaution, je traverse ce tunnel. C'est ainsi que je remarque 3 curiosités :

- La tour-porte montre 4 niveaux.

- Elle possède une horloge extérieure et une à l'intérieur du bourg.

- Le sommet est coiffé d'un "bulbe Comtois" (voir historique).

 

 

La fin...... n'est que gourmandise

* Pensant avoir tout vu des systèmes défensifs, mes yeux de castellologue amateur laissent place aux papilles d'adorateur de glace (voir un autre exemple ici).

* Et c'est ainsi que mon errance finale, avec une glace au miel de sapin du Jura, arrive à l'Ouest du bourg.

* Diantre, je suis face à la porte de Nods.

* Comme le montre les rainures verticales, cette porte, partiellement arasée, possédait un pont-levis.

 

 Coordonnées de la porte de Nods :

46° 46' 30" N 06° 02' 04" E
 46.775071°  6.034544°

 

 

Le diaporama du château et fortifications est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 13ème siècle, pour contrôler la route et protéger ses possessions dont les salines de Salins les Bains (voir ce site), le Comte Jean Ier de Chalon fait construire un château et un bourg fortifié avec 3 portes défensives. La chapelle de l'hôpital est aussi construite.

* En 1422, Jean III de Chalon-Arlay transforme la chapelle de l'hôpital en collégiale dédiée à Saint Antoine.

* Au 15ème siècle (1440 ?), Louis II de Chalon-Arlay améliore le système§me défensif du bourg mais surtout il transforme l'ancien château médiéval en résidence luxueuse. Le château reçoit de nombreux personnages célèbres :

- Le Duc (voir titre de noblesse) de Bourgogne : Philippe le Bon.

- Un autre Duc : Charles le Téméraire.

- Le Dauphin Louis de France, futur roi Louis XI (voir liste).

* Au 16ème siècle, le château est surnommé : La perle du Jura. surprise

* A partir de 1634, durant la Guerre de Dix Ans, le château souffre des armées de Louis XIII (voir liste) .

* Vers 1730, après un long procès, le Roi Louis XV accorde à Louis de Gand de Mérode de Montmorency la gestion de nombreux châteaux et seigneuries dont Arlay (voir son vieux château) et Nozeroy.

* En 1767, Élisabeth-Pauline de Gand de Mérode de Montmorency hérite de son oncle de nombreux biens dont Arlay et Nozeroy.

* En ce 18ème siècle, Élisabeth décide de faire construire une résidence de luxe à Arlay. Elle récupère de nombreuses pierres (cheminées, éléments de décors ?) du château de Nozeroy. Puis lorsqu'elle habite sa résidence d'Arlay, pour éviter de payer trop d'impôts, elle fait détruire les restes du château de Nozeroy.

* En 1815, un incendie dévaste la cité :

- Il détruit de nombreuses maisons de la commune. Les habitants utilisent les pierres du château en ruine pour reconstruire leur habitation.

- Le clocher-porche de la collégiale s'effondre, il ne sera pas reconstruit.

- La flèche de la tour de l'horloge s'effondre. Le sommet est remplacé par un dôme à l'impériale.

* En 1836, les tours défensives de la porte de Nods (coté Ouest) sont démolies.

* En 1868, la seule tour du château encore debout, par manque d'entretien, s'effondre.

* En 1927, les ruines du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée. Les bénévoles consolident avec passion les ruines du château.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château et des remparts est libre et gratuite depuis les rues de la commune. La visite de l'intérieur des ruines castrales et de la tour-porte est interdite.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Surveiller la vallée fut l'une des missions du château

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 39

Vers Menu

châteaux du Jura

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 12/10/2020 14:22

N e puis-je, en lisant de ce lieu le nom,
O ublier qu’il abrita un félon.* «
Z one sensible », donc, car Histoire prend,
E st-ce sûr, une grande place quand
R egard se pose sur castels ruinés
O ù je peux seigneurs connus « insérer ».**
Y est mon ressenti plus aiguisé…

J e ne serai partiale pour autant…
U ne perle ? Le fut, certainement.
R ecul a t-on face aux pierres en tas,
A ussitôt « balayé » lorsqu’en bas

F astueux décor dévoilez ! Canaille !***
R avissantes bien ont été entrailles
A ntan, et toits aux tuiles vernissées
N ous auraient jadis fait cœur chavirer.
C ertes, via maquette en rêvons-nous…
H eur a une tour-porte être debout
E t montrer ainsi combien les défenses

C eignant le bourg furent de moult puissance.
O uvrage massif que cette entrée-ci,
M uni de tout contre les ennemis.
T rès bel assommoir : « ne fait mie semblant » !
E t hauteur rend ce bâti imposant.

N ul doute que la porte de Nods fut,
O n le devine, garnie d’attributs
T émoignant de la volonté des hommes
A ssurer la protection aux personnes

P artageant vie de cette cité qui
S ouventefois divers malheurs subit.****

* pour moi, bien sûr, en parlant de Louis II de Chalon-Arlay qui voulut s’emparer du Dauphiné et vint se battre sur « mes terres » ! Mais je sais qu’il fut surnommé « Louis II le Bon » chez lui !… tout dépend du camp dans lequel on se trouve !
** seigneurs connus de moi, par la lectures de mes grimoires notamment.
*** pour nous rebuter avec un tas de pierres, puis nous émerveiller avec ces entrailles qui durent être magnifiques !
**** lu dans l’historique : à partir du XVIIIe siècle, ce bourg subit les affres du temps et des hommes.

Le Chevalier Dauphinois 12/10/2020 16:55

* "Canaille" !
* Voila un nouveau mot me qualifiant.
* Heureux j'en suis car........ ma méthode de présentation de ce bourg fut très longtemps réfléchie.
* "Canaille"......... me plait beaucoup.
* De suite, j'informe mon destrier que ce sera son nouveau nom : Canaille.......
.......... car il l'est aussi dans son choix des endroit de dépose.