22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 08:50

 

 

La description de l'extérieur du donjon est ici - CLIC

 

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

Ne fermez pas la porte, je ne suis pas un prisonnier

 

Le donjon : 

L'intérieur :

Les geôles

* Ce donjon étant si massif, si solide, si haut, aux murs si épais et si imprenable qu'il fut évidemment transformé en prison.

* Les cellules ont des dimensions différentes permettant d'accueillir un à 50 prisonniers (ce chiffre est une déduction de mes lectures mais aucun texte le prouve).

* Une geôle est une porte solide et une fenêtre plus ou moins grande avec des barreaux.

* Bien que certaines soient devenues des salles d'expositions, l'inscription au dessus des portes rappelle le passé carcéral.

 

 

L'odeur du bois est partout

* En entrant dans cette incroyable tour médiévale, le plus impressionnant sont : Les escaliers.

* La grande majorité est en bois.

* Avec les imposantes poutres, l'odeur du bois est présente (même si mon objectivité n'est pas totale).

 

 

Attendez.... Je prépare le feu et nous boirons un thé !

Les instruments du confort

* Avant que la tour soit une prison, elle appartint à un seigneur ou un capitaine, Il fallait évidemment des équipements d'agrément et des pièces agréables à vivre.

* Grande cheminée, fenêtre à coussiège participaient au plaisir du lieu.

* Pour se laver, il faut aussi un peu d'eau, à récupérer dans la citerne de plus de 9 mètres de profondeur et d'une capacité de 65 000 litres. surprise

 

 

Le sommet est top (ou inversement)

* Monter, monter, monter........ Heureusement que je entretiens ma forme grâce à des exercices et des parcours de santé (voir ici).

* En haut de l'escalier, j'ai le souffle coupé. Ce n'est point à cause de l'effort mais par l'architecture fascinante de cette pièce.

* Regardez cette incroyable salle.

N'est elle pas unique ?

 

 

Tout le confort moderne est ici !

 

 

 

Que d'eau.....aurait dit Mac MahonFenêtres ogivales et trilobées illuminent cette salle à l'architecture unique

* Cette terrasse avait comme fonction la récupération des eaux de pluie pour alimenter la citerne.

*  A l'origine, cet étage n'était pas couvert. L'eau tombait sur le plancher incliné. Les caniveaux récupéraient le précieux liquide pour alimenter la citerne.

* Pour protéger les parois des infiltrations, un toit en forme de V a été construit ultérieurement. Cette forme assez rare permet de mieux canaliser l'eau vers les rigoles au centre de la salle.

* Un dessin (ou une maquette) valant mieux qu'une prose, regardez ici.

* Évidemment, une salle couverte devient habitable. Cheminées et fenêtres à coussiège double ou simple, ogivales ou trilobées,  ont été aménagées.

* Quelle lumière !

 

 

Aux armes !

* Derrière votre écran, je vous entends grommeler :

"Chevalier, nous ne voyons aucun système défensif !"

* Il est vrai que je n'ai pas encore présenté ce qui fait la fonction première d'un château fort médiéval, mais je vous avais prévenu : Le site étant payant, je ne souhaite pas tout vous montrer.

* Mais devant votre insistance je vais vous montrer un exemple.

* Il me faut monter (encore) un escalier.

* Puis, dans une salle sans décors avec un agréable courant d'air (atchoum), je vois des archères droites avec ébrasement latéral et vers le bas.

 

 

Latrines doubles ou bretèche ?

 

 

Se plonger dans les beautés Dauphinoises

* Souvent je vous écris que le plus grand trésor d'un site castral est la vue panoramique.

* Sachant que ce donjon a une hauteur de 52 mètres et qu'il est posé sur un rocher au dessus de la ville, la vue est évidemment magnifique.

* Le panorama unique permet d'embrasser les vallées, les reliefs de la Drôme puis les montagnes et plateaux de l'Ardèche ainsi que du Vercors.

* Oups..... les nuages de pluie arrivent, ce n'est pas le moment d'être au sommet du donjon.

* De suite, je redescends les escaliers pour rejoindre une taverne préparant un merveilleux gratin Dauphinois.

 

 

Le diaporama du donjon est visible ici

 

 

 

Histoire du donjon :

* Au 12ème siècle, la famille Arnaud fait construire un château avec donjon de 12m x 15m ave une hauteur de 44m. Rapidement cette seigneurie est  l'enjeu de possession des Comtes (voir titre de noblesse) de Valentinois et des Comtes-évêques de Die (voir leur cathédrale).

* Au 13ème siècle, Aymard II de Poitiers prend le parti du Comte de Toulouse. Par cette alliance, Crest devient "Cathare donc ennemi" du Roi de France.

* En 1217, durant la croisade des Albigeois, les troupes Royales de Simon IV de Montfort assiègent le donjon, mais ne réussissent pas à s'en emparer.

* Durant le 14ème siècle, sur la "tour vieille" deux autres tours sont aménagées (elles sont nommées tour Neuve et tour Croton). Elles sont l'oeuvres des Comtes de Valentinois.

* En 1382, Louis II de Poitiers-Valentinois affecte une salle du donjon pour frapper monnaie (à vérifier).

* A la fin du 14ème siècle, pour éviter les infiltrations d'eau dans les parois, la terrasse de la tour est recouverte d'un toit en V permettant de récupérer l'eau de pluie (ce qui était la fonction première de cette terrasse).

* Au 15ème siècle (1419 à la mort de Louis II de Poitiers-Valentinois), le Comté de Valentinois et le donjon de Crest deviennent la propriété du Roi de France (voir liste). Cette imposante tour est confiée successivement à des familles puissantes.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, de nombreux Protestants sont emprisonnés dans le donjon.

* En 1633, sur les conseils de Richelieu luttant contre les "grands du royaume", le Roi Louis XIII ordonne l'arasement de nombreuses tours ainsi que la destruction de nombreux châteaux défensifs. Ce site castral est dans la liste. Curieusement, le château est détruit mais cette prison de droits communs, de Huguenots, de personnages politiques, de prisonniers de guerre est conservée.

* Au 17ème siècle (1685), après la révocation de l'édit de Nantes, de nombreux Protestants sont emprisonnés dans le donjon.

* En 1789, bien que ce donjon fut nommé parfois "la bastille du Sud", les Révolutionnaires ne détruisent pas ce symbole seigneurial et royal, Ils l'utilisent aussi comme prison.

* En 1811, le donjon devient propriété du département de la Drôme.

* En 1831, la tour "accueille" une soixantaine d'activistes ayant participé à l'insurrection de Lyon.

* En 1832, le préfet de la Drôme cède le donjon-prison au ministère de la guerre. Prison militaire est la nouvelle fonction de cette tour. 

* En 1849, une trentaines d'émeutiers de Marseille sont incarcérés.

* Après le coup d'état de 1851, plus d'une centaine de Républicains ayant pris les armes contre Napoléon III sont emprisonnés à Crest.

* En 1873, la tour est déclassée, elle n'est plus une prison.

* En 1877, le donjon est classé aux Monuments Historiques.

* En 1878, Maurice Chabrières achète le donjon.

* En 1988, la ville de Crest achète le donjon à la famille Chabrières.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

La vidéo du donjon est ici

 

 

Je vois l'infini... et même au-delà

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 24/02/2020 17:36

D ‘emblée, me plait, m’envoûte l’intérieur.
O pposé n’est-il mie à l’extérieur,
N enni ! Les effluves du temps passé
J e hume autant qu’au dehors… Nous offrez
O mniprésence de ces temps anciens
N ous rappelant qu’étaient emplis de bien,

D e mal aussi. Certaines salles sont,
E n effet, aménagées en prison.

C harmée m’ont les pièces originelles,
R etrouvant les attributs d’un castel
E rigé pour que les seigneurs d’antan
S oient capables se réchauffer devant
T rès grand âtre. Avait site, également,

D es coussièges aux fenêtres, vraie richesse
A vérée pour bâtiment-forteresse.
U n mélange de bois et pierre amène,
P our sûr, chaleur, beauté en ce domaine.
H eur avons, au sommet, pouvoir mirer
I mmense lieu en habitat changé.
N ous comprenons qu’habiles furent aïeux
E n récupérant l’eau tombée des cieux…

D es escaliers, beaucoup, se montrent, ici.
R avie je suis ! J’aime ces degrés qui
O nt permis tous les étages relier.
M onter, descendre âmes du Dauphiné,
E n rêve j’ai vu… enfin, m‘a semblé…

N e sais-je qu’ajouter… Tout est merveille !
O n est face à unique, sans pareil
T résor de jadis ! Non, je n’exagère !
A vez su mettre en valeur, en lumière

B ien des aspects du donjon, différents ;
E t son histoire j’ai « bue » goulûment !
N ous avez gâtés encore une fois :
E tes parfait, Chevalier Dauphinois !

P S : à thé je préfère café,
S i déjà breuvage n’est préparé !!! *

* cf. info-bulle de la 2e image de votre article !

Le Chevalier Dauphinois 24/02/2020 18:33

* En ses entrailles, toute la puissance et le fonctionnel Dauphinois s'exprime.
* Etre dans un bâtiment qui ne fut point conquis par Simon IV....... c'est exceptionnel.
* J'ose affirmer que Carcassonne est petite, car elle fut prise par Royale Armée.
* Mon Crest ne le fut point.
* Même les Révolutionnaires, pourtant si destructeurs, n'ont pas osé toucher à MA tour.....
....... Oui.... j'ose écrire MA........ Car en tant que Dauphinois ayant 800 ans, ce Donjon est à moi ! ! ! ! !
* Mais comme je suis Chevalier....... je l'offre à toutes et tous !