15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Voyez vous un château Dauphinois ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Barbières est située à 30km au Nord-Ouest de Die (voir ses remparts), à 20km à l'Est de Valence et à 15km au Sud-Est de Romans sur Isère.

 

     Coordonnées du château :

44° 57' 19" N 05° 08' 50" E
 44.955327°  5.147414°


 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Être beau n'est pas une finalité

* Étant invité à la table de mon Dauphin (voir liste), je me devais de passer par Romans sur Isère, la capitale de la chaussure.

* Puis, prenant la route vers le Sud, je croise la commune de Barbières.

* Soudain, au sommet d'un pic de mon Vercors, je vois un site castral.

* Mon Dauphin attendra, je me dois de découvrir une merveille "presque" entière puis, peut être, saluer son seigneur.

 

Toujours debout, bien qu'un peu cassé

 

Ne pas confondre

* Dans les brochures régionales, ce château est nommé : Pélafol.

* Mais dans quelques documents remplis par les technocrates de Paris, ce site castral est nommé : Pellafol.

- Les citadins bureaucrates, loin de mon Dauphiné, se sont encore trompés (voir autre exemple ici).

- Pellafol existe, mais c'est une commune à 70km au Sud-Est, en Isère.

- Le problème est que des blogs de randonneurs ou de touristes, narrant leurs vacances, reproduisent l'erreur"Parisienne". sad

 

 

Elle est à portée de main, mais aujourd'hui 

* De loin, cette ruine ressemble à un bloc (en dentelle).

* Mais en la contournant, il me semble voir 2 parties :

- A droite, le logis.

- A gauche, le donjon défensif.

* Pour vérifier ma supputation, il faut monter.

* Ho, hisse, ho, hisse.

* En réalité, la montée n'est point difficile car un agréable sentier serpente réduisant ainsi la pente.

* Suivez moi.

 

 

Je veux rester là jusqu'à la fin du monde !

Tel un taureau, il me fait face

* En arrivant au sommet, je suis en pâmoison :

- D'abord par le panorama et la vue sur"mon" Vercors.

- Puis par l'architecture que je découvre.

* Le donjon, car je ne doute point que ce soit sa fonction, est bicolore et présente plusieurs angles (mais je n'ose point dire que ce donjon est pentagonal comme l'affirme certains citadins cheeky).

* Je pressens que l'analyse de cette masse va être fascinante :

- La base est posée sur un solide rocher.

- Des réparations rapides (certainement récentes) ont été faites à la base avec des pierres blanches pauvrement équarries.

- Le parement d'angle, de couleur plus claire, est réalisé en pierres correctement taillées, jointives mais curieusement le largeur différente.

- Le parement de la façade est composé de pierres correctement taillées et jointives, prouvant que ce site appartenait à un seigneur puissant. 

* Cette haute et puissante paroi me fait penser à un mur-bouclier.

* Les parois latérales étant très effondrées, je ne me vais pas les détailler.

* Il est temps d'entrer dans cette ruine instable.

 

 

Que pensez vous de ses dentelles ?

L'intérieur :

Trompé je me suis

* La partie que je pensais être le logis n'est plus que rocher et végétation.

* Je préfère ne point la narrer.

* Et puis, en la découvrant, je doute que ce fut le logis principal.

* Je me concentre sur l'intérieur coté mur-bouclier, le vrai logis.

 

 

Attention au courant d'air !

* Avec une ruine aussi facilement accessible ayant permis son pillage, je ne m'attend pas à de belles boiseries, des lustres en cristal et des cheminées en marbre mais....

     .... d'autres merveilles sont visibles.

* Derrière un mur arasé je vois un spectacle fascinant.

Comprenez vous mon émotion ?

- D'abord l'épaisseur des murs.

- Les traces au sol des fantômes de murs des différentes salles.

- Les départs de voûte.

- Les trous dans les murs délimitant les étages.

- L'emplacement d'une cheminée grâce au conduit. Le foyer en dessous est large.

- Au dessus du foyer, de chaque coté, je remarque des trous dans la paroi. Cela montre ma position du plafond.

Y a-t-il une autre cheminée au dessus ?

- Que nenni, le conduit est linéaireQuelle magnifique ruine possédant 1000 détails (au moins)

 

 

Surprise !

* A gauche de la cheminée je vois.....

Le voyez vous aussi ?

* J'avance lentement, les yeux au sol.

* Je vois des marches....

    ..... puis une paroi creuse et arrondie.

* Je pressens qu'une tour escalier en colimaçon existait.

 

 

La fin n'est qu'un début

* Je vous laisse ici pour mieux ressentir cette ruine, seul.

* Puis, je vais certainement manger une pomme en admirant le paysage de mon Dauphiné si merveilleux (sans chauvinisme bien sur cheeky ).

* Je vais m'installer là.... Oups.... il y a une rupture du sol.

Est ce un fossé défensif dans le château ?

Ou une salle de stockage dont le plancher supérieur a disparu ?

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château pour contrôler le défilé de la Barberolle (axe entre le Vercors et la vallée de l'Isère). Il est possession des évêques de Valence.

* En 1295 la famille Barnard possède le château

* Au début du 14ème, la famille Sassenage hérite du site castral

* En 1338, la famille Rochefort reçoit le site des Sassenage.

* En 1349, la famille Beaumont hérite du site.

* Au 15ème siècle (?) la famille Sauzey de la Croix possède le site.

* En 1595, à la fin des guerres de la religion, destruction du château. Ruine sera son avenir.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est à vos risques et périls. Le site n'étant pas consolidé, les chutes de pierres sont possibles, de plus, le sol est instable. Soyez très prudents.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

L'histoire oublie ce château Dauphinois !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux de la Drôme

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 16/05/2020 19:52

P etit paradis nous avez trouvé
E ncore une fois, et en Dauphiné :
L a joie est donc immense, pensez bien !
A i-je un coup de cœur, ici, c‘est certain !
F ragile est le site, abîmé beaucoup.
O r, cet état ne me déplait, j’avoue.
L e rêve est lors possible à chaque instant;

B onheur, cadeau que bien vite je prends !
A insi, je revois des moments de vie
R éels, sans doute pas, mais ce n’est mie
B ien important : reflètent-ils passé «
I ncrusté » dans les murs. La cheminée
E st élément prouvant qu’hôtes du lieu
R ésidaient là, du moins un petit peu.
E t départ de voûte de plafond vu
S ait m’émouvoir, comme escalier « fondu »

D ans paroi, attributs du Moyen-Âge…
A l’extérieur avons aussi images
U niques d’un vrai castel fort d’antan
P uissamment ancré au rocher. Les ans,
H élas, ont fait des courtines dentelles.
I ntimidantes ne sont plus, mais belles !
N ous mirons, toutefois, leur épaisseur.
E tait place sûre : avait aussi l’heur

D e posséder massif mur-bouclier.
R udesse se lit dans ce mur « fermé ».
O ui, m’avez emmenée au paradis !
M agique visite dans ce pays
E nmi lequel je fus vraiment ravie,

P our sûr, être guidée là par un roi
S i maître des ruines… de plus Dauphinois !

Le Chevalier Dauphinois 16/05/2020 20:20

* Je suis un ROI !....... C'est écrit : Je suis un ROI !
* Donc, en tant que ROI..... J'ai le droit d'ordonner et de faire TOUT ce que je veux.
* Je décide..... qu'à partir d'aujourd'hui........ il y aura sur le blog...... 2 églises par semaine !...... Hihihi
* Que cela soit écrit dans le marbre.... pour l'éternité !!!!!!!!!