28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 06:55

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

 

Que voila une curieuse église avec transept

Le bourg :

Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Saint Quentin de Chalais est située à 50km au Sud d'Angoulême (voir son château), à 15km au Sud-Est de Brossac (voir son église fortifiée) et à 8km à l'Ouest d'Aubeterre sur Dronne (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 15' 27" N 00° 04' 05" E
 45.257677°  0.068104°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Curiosité architecturale

* Au Moyen Âge, durant les périodes d'insécurité, les habitants se réfugiaient dans tous les bâtiments défensifs ou résistants mis à leur disposition.

* Les solides églises romanes avec leurs murs épais et leurs fines fenêtres anti-intrusion étaient une excellente solution dans les hameaux.

* Parfois, ces bâtiments religieux étaient volontairement construits sur une faille dans le sol créant, avec un aménagement, une ou des salles de refuge anti-feu.

* L'église de Saint-Quentin-de-Chalais possède plusieurs chambres taillées dans le roc, reliées entre elles par des couloirs.

 

Râblée, torturée et défensive !

 

Quelle beauté !

* En découvrant cette architecture travaillée je suis en amour.

* Il y a tant à voir, à toucher, à déguster, à lécher (heu.... j'exagère) que je ne sais point par où commencer.

* J'opte pour le chevet :

- De nombreuses églises défensives possèdent un chevet plat, mais celui-ci est avec abside unique en hémicycle. Cette architecture est souvent réalisée en Saintonge.

- Il a été surélevé pour contenir une salle de repli.

- En découvrant les fentes et ouvertures de défense trop proches du toit, je suppose que le chevet a été partiellement arasé.

- Ma supposition se confirme en voyant la construction en encorbellement.

Quelle fut sa fonction ?

- Je ne sais que dire :

-- Étant unique sur le pourtour, je pensais que ce fut des latrines.

-- Mais des latrines médiévales ont une ouverture souvent ronde et possède (en majorité) une console de chaque coté. Là je vois une double console au centre. Ce serait donc une bretèche.

-- Mais, une bretèche pour une seule fenêtre n'est pas logique.... donc, je vous laisse trouver l'explication.

 

 

Quelle magnifique nef défensive !

La nef si fascinante

* Après le rondouillard chevet, voici la cubique nef :

- Ses fenêtres Gothiques m'informent qu'elle fut modifiée.

- La "porte-verrue" entre 2 contreforts est aussi un ajout postérieur à la construction.

Avez vous remarqué la base ?

- Je pressens que l'ensemble fut densifié pour éviter le travail de sape d'un attaquant. Mais je suppose aussi que le sol étant plus bas (fossé ?).

- Je n'explique pas la raison des 2 fenêtres superposées et obstruées.

- Par contre, le contrefort d'angle plus haut que les autres m'informe que la nef a été rehaussée après sa construction.

- Sous le toit, je vois des fentes de tir. La salle de repli créée (peut être) à cause de la Guerre de Cent Ans a certainement été réaménagée au moins à la fin du 15ème siècle ou au début du 16ème, après l’invention des armes à poudre.

- L'autre face de la nef confirme ma supputation puisque je vois des archères droites et des fines ouvertures pour arme légère à poudre.

 

 

Tout est fascinant en cette église Charentaise !

 

Encore et toujours de fascinantes curiosités

* Le clocher carré, à la croisée du transept, ressemble à une tour de guet.

* Le transept montre une fine fenêtre anti-intrusion dans sa partie médiane, puis proche du toit, une ouverture de lumière pour une salle de repli.

Question :

Est ce un vrai transept ?

Ou deux chapelles latérales opposées ?

* Le plus incroyable est l'archère à l'angle du transept et de la nef.

- La nef étant plus large que le transept, l'angle mort est ainsi partiellement comblé.

Quelle inattendue église fortifiée !

 

 

 

Le portail

* Ma première remarque est sur l'ajout, de chaque coté de la façade d'entrée, de collatéraux agrandissant la façade. Ces verrues sont peu esthétiques. Un portail typiquement Saintongeais

* Ce portail est typiquement Saintongeais. Ce dispositif à trois arches rappelle l'arc de triomphe Romain. Les archéologues supposent qu'il fut initié par Charlemagne qui souhaitait faire renaître l'architecture antique.

* Ce portail est composé :

- De deux baies aveugles à l'extérieur composées de 2 voussures non sculptées retombant sur des colonnettes.

- La baie centrale possède 4 voussures avec des sculptures en pointe de diamant.

- Au dessus, une corniche finement sculptée avec des modillons formant consoles.

- Puis cinq arcs sur colonne formant 4 baies aveugles.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, comme pour beaucoup d'églises en notre siècle, la porte ne s'ouvre pas.

* Je ne pourrai pas voir son souterrain-refuge.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église sans transept.

* Au 14ème siècle, ajout de chapelles latérales.

* Au 15ème siècle, fortification de l'église.

* Vers 1790, les Révolutionnaires réquisitionnent une des 2 cloches pour la transformer en canon.

* En 1913, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 1909, un souterrain-refuge est découvert près de l'église.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Quentin) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Une église fortifiée typique de cette province

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Charente

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 01/07/2019 13:43

Si je peux me permettre, sans vouloir insister (donc vous importuner) :
Oui, bien sûr que certaines églises fortifiées sont autant fascinantes que des castels, mais toutes les montrer (= même les moins, bien moins fascinantes) n’est pas nécessaire, à mon avis bien sûr.
… PS : Etait-ce une bretèche ou des latrines doubles ou quoi, cet encorbellement sur le chevet ? J’aimerais bien le savoir (vous voyez que je m’intéresse aux moutiers… quand ils me plaisent !).

Le Chevalier Dauphinois 03/07/2019 09:28

* J'ai décidé de montrer TOUS les bâtiments ayant eu une fonction défensive à l'époque médiévale.
* TOUS signifie toutes les constructions listées dans le dictionnaire de Salch et les livres régionaux dédiés.
* Pour les châteaux, j'ai de nombreuses fois montré des ruines si minimales que les systèmes défensives étaient inexistants.... Je pense que les églises ayant perdu leur défense mais ayant eu cette fonction, se doivent d'être montrées (je pressens que votre propos soit pour MONTAGNAC-SUR-LEDE).
.
*** Pour l'encorbellement de Saint Quentin en Chalais, je ne peux avoir qu'une hypothèse car je n'ai aucune analyse sérieuse dans la bibliothèque.
*** Voici ma modeste analyse :
- 1 - Latrines ?... Je ne le pense pas. Souvent elles sont au niveau du chevet ou du transept.
- 2 - Bretèche ?... Évidemment il n'y a pas de porte en dessous, donc cela parait curieux. Certes, il y a une fenêtre qui peut justifier cet encorbellement mais pourquoi les autres fenêtres n'en ont pas ?
*** Ma conclusion :
--> Sur le chevet il y a 5 fenêtres. 4 d'entre elles (2 de chaque coté) peuvent être protégées par la salle de repli du transept. Mais la dernière, à l'extrémité du chevet, n'avait pas de protection. Cette bretèche permet la défense de cette fenêtre et casse l'angle mort.
Évidemment, ceci n'est que ma théorie.

Pierrote 29/06/2019 20:42

S on côté atypique, assurément,
A tout pour ne laisser indifférent.
I mposant chevet étant rehaussé,
N ef très large et aussi surélevée,
T ous deux possédant beaucoup de défenses,

Q ualités démontrant moult de défiance.
U ne puissance digne d’un castel.*
E t ce qui rend histoire bien plus belle
N e se perçoit de l’extérieur : abris
T out en profondeur se trouvent ici «
I ncrustés » dans la roche, souterrains.
N ous sommes devant bâti, c’est certain,

D u sous-sol au grenier aménagé
E n refuge pour gens de la contrée.

C ‘est plutôt incroyable pour église !
H eur eut cela d’avoir sur moi emprise,
A insi que sécurités. Insolite
L ‘archère en coin est vraiment pour ce site.**
A question : bretèche ou latrines,*** j’ai
I maginé que première c’était,
S inon déjections de latrines auraient

N otamment chuté devant la fenêtre.
O u n’y avait mie d’ouverture, peut-être ?****…
T out à votre avis vais-je me ranger :*****
A vons un édifice torturé,

P our sûr, et défensif, râblé aussi.
S ont-ce critères qui me seyent, oui !

* bien sûr, j’exagère un tant, mais mon appréciation est au niveau du bâtiment : pas si énorme que ça au départ, donc on n’attend pas de sécurités fantastiques. J’aime encore plus un moutier tel que celui d’Inières, c’est évident, mais celui d’aujourd’hui est atypique, très transformé, pour un édifice religieux, possédant plein de refuges, et cela me plait.
** je veux dire qu’elle paraît plus « normale » pour un castel, mais qu’on ait pensé à ce détail pour une église et pour sa protection est assez incroyable.
*** § « Quelle beauté ! », votre dernière phrase.
**** ce qui me semble improbable, mais ce n’est que mon avis de non-experte !
***** cf ; info-bulle de la 2e image de votre article, et pour l’impression générale sur ce moutier.

Le Chevalier Dauphinois 01/07/2019 10:46

* Le moutier de ce jour est vraiment fascinant par cette débauche de systèmes défensifs.
* Certes, l'architecture des défenses est classique, mais sur cette église elle est partout.
* L'esthétique ne fut pas la fonction donnée par les architectes. La sécurité des habitants fut la seule préoccupation.
* Lorsque j'ai découvert ce bâtiment de loin, je me suis dit : "J'y passe 10 minutes puis je continue ma croisade ailleurs".
* Erreur !
* Rapidement, j'ai compris qu'il me faudrait 3 heures au moins pour regarder partout.
* Les églises fortifiées sont aussi fascinantes que les ruines castrales...... si, si, c'est vrai !