15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 07:40

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

 

Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Reignac est située à 40km au Sud-Ouest d’Angoulême (voir son château), à 18km au Sud-Est de Cognac et à 10km à l'Est de Jonzac (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 25' 22" N 00° 11' 01" W
 45.422705°  -0.183516°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

L'arrivée n'est pas le reflet !

* En ce titre un peu énigmatique, je ne vais point proser sur les miroirs, les glaces et autres sujets réfléchissants. Mon propos signifie :

- En fonction du coté où l'on découvre cette église, elle reflète :

-- Le Moyen Âge ou l'époque moderne.

-- Le classicisme architectural ou la forteresse.

* Maintenant que nos psychés sont en phases......

... la découverte commence.

 

 

Les fleurs prennent la couleur de l'église

 

 

Le Grand Sud !

* La façade Sud-Ouest est très chaotique. Cela est du à la construction "récente" du presbytère puis d'un collatéral.

* En faisant abstraction de cette grande surface jaunâtre, de nombreux détails me fascinent. Regardez avec moi :

- Sous le toit de la nef, 3 ouvertures carrées sont visibles. Cela signifie qu'une salle de repli défensif existe.

- Au centre, le clocher polygonal massif ne porte pas d'indice de guet ni de défense. Ses pierres étant différentes, je pressens qu'il fut modifié ou ajouté après la construction de l'église.

- Le curieux mur en avant du clocher arbore une haute fente de tir.

- Le bras du transept possède, au dessus d'une haute et fine ouverture de lumière, une ouverture rectangulaire. Je pressens que cette salle de repli communique avec celle de la nef.

 

Massif, défensif et élégant !

 

A l'Est... il y a des rondeurs !

* Pour mieux comprendre le chevet, je ne me mets pas à son chevet surprise  mais je prends un peu de distance.

* Que de détails fascinants !

- A gauche une autre fente de tir dans la salle de repli du transept.

- Au centre, un chevet avec une salle de repli défensif sous le toit ressemble à un chemin de ronde.

- Puis s'appuyant sur le chevet, un puissant, large et haut contrefort à larmier certainement construit lors du rehaussement du chevet.

 

 

Comme en montagne, la façade Nord est difficile

* Quel chaos !

* Entre le collatéral Gothique, les larges contreforts, le curieux contrefort d'angle entrant et les  arcatures sur fines colonnettes, la masse désordonnée m'impressionne.

* C'est le résultat de 5 siècles d'aménagement.

* Dans les consolidations, il est possible de voir de fines ouvertures sous le toit prouvant que l'église a été utilisée après l'invention des armes à poudre.

 

 

Le portail aux aménagements historiques

* Avec une église aussi modifiée par l'histoire et les hommes, je ne m'attendais pas à une façade d'entrée classique et sobre. Il faut du temps pour lire les modifications des temps

* C'est donc avec lenteur que je tente de comprendre cette masse non symétrique.

* Description de droite à gauche :

- A coté de la grille, le récent presbytère.

- Puis un imposant contrefort dont le larmier s'encastre dans l'angle. Sa construction est certainement due au rehaussement pour l’aménagement d'une salle de repli défensif.

- Au centre, le classique portail Saintongeais est composé  par trois grandes baies presque de même hauteur (les 2 à l'extérieur sont plus petites et classiquement obturée) dont une seule est percée. Ma supposition du contrefort de droite ajouté après la construction se vérifie, la "baie" de droite est partiellement cachée.  Curieusement, les voussures ne sont pas sculptées.

- Puis le collatéral, ajouté.

* Je me dois d'entrer pour tenter de visiter les salles défensives.

 

 

L'intérieur :

Vais je pourvoir ?

* En entrant, blanc et bancs m'accueillent. cheeky

* J'erre dans le collatéral dont le dallage est différent de la nef.

* La chapelle Gothique ne me montre pas l'entrée vers les étages.

* L'abside en cul de four ne possède pas de porte secrète vers le chemin de ronde

* Il n'y a personne en cette église pour me guider.

 

 

Pour aller en haut, il faut regarder... en haut

Ma Jéhanne me conseille

* Dans mon errance je vois Saint Michel. J'ose lui demander. Mais il est occupé avec son dragon.

* Je me désole quand soudain, j'entends une voix.

Va-t-elle m'indiquer la voie ?

* "Hoo, Mademoiselle d'Arc, savez vous comment monter au ciel ?"

-- "Chevalier, tu es bien moqueur. Je vois que tu cherches l'entrée vers les salles de l'étage. Regarde vers le haut et prie... que cela soit ouvert" me souffle dans l'oreille La Pucelle.

* Raison a cette Sainte, regardez est la solution.

* C'est ainsi que je vois un escalier en bois (remplaçant évidemment une médiévale échelle amovible) menant vers la porte de mon Paradis.... hélas fermée.

* Pour me consoler de cet échec, je me délecte des multiples peintures murales comme ce motif géométrique, une litre seigneuriale, une scène de vie, etc.....

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église du prieuré Saint-Pierre dépendant de l'abbaye de Lesterps.

* A la fin du 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, fortification de l'église.

* Au 15ème siècle, les fortifications de l'église sont améliorées.

* Au 16ème siècle, le bas-côté Nord est remonté sur croisée d'ogives.

* Au 17ème siècle, le clocher est reconstruit (à vérifier).

* Au 18ème siècle, un presbytère est accolé coté Sud.

* En 1970, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 2015, les fissures de la voûte devenant importantes, une longue restauration de l'église commence.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Ces décors sont ils médiévaux ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Charente

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 17/03/2019 15:40

R avie me revoilà car article est
E n tous points correspondant au titre,* et
I mportant n’est que j’aime style ou non.
G rand miroir bien réfléchissant avons,**
N ous offrant reflet d’un très beau moutier
A typique, médiéval, fortifié.
C omment ne mie être ici contentée !

C haque partie sécurisée m’a plu ;
H abillage, il est vrai, fort incongru.
A u fil du temps religieuse apparence
R udoyée fut pour que toute en défenses
E glise soit, et ce fait me siet fort !
N e dirait-on, par endroits, castel fort ?
T émoins : les ouvertures au sommet si
E vocatrices de lieux de repli.

A rchères, fentes de tir, bouches à feu
N ous indiquent aménagements nombreux.
G uère de doute que servit long temps
O uvrage pour protéger habitants.
U n foullis où je retrouve avec joie
M arques de mon préféré autrefois.
O bstacle fut, pour sûr, dans le passé
I mposante église et intrus guerriers
S ouventefois durent être tués.

N e dirai-je que peu sur intérieur
O ù rarement j’éprouve du bonheur.
T outefois, la porte du paradis
A vez entrouverte, en rêverie

B ien évidemment puisque close était !
E tait-ce suffisant : mon esprit s’est «
N oyé » dans fortifications obscures,
E ntre ces rudes et bien anciens murs.

P arfum j’ai humé de ce Moyen-Âge
S i prompt à me proposer beau voyage !

* je veux dire : correspondant au but de l’article : montrer une église fortifiée… et l’on est servi !
** miroir, réfléchissant, reflet : vos termes dans le § « L’arrivée n’est pas le reflet ! » en début d’article.

Le Chevalier Dauphinois 17/03/2019 15:51

* Quelle prose !
* En vos mots, je ressens le plaisir que l'article a procuré.
* Il est vrai qu"à elle seule, cette église suffit à donner du bonheur.... Mes mots posés sont parfois superflus.
* Cette église est le reflet parfait des bâtiments religieux défensifs aménagés au 14ème et 15ème siècle dans l'Ouest et le Sud-Ouest durant la terrible et fourbe guerre de Cent Ans.