9 août 2019 5 09 /08 /août /2019 07:50

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

Est ce un donjon ou un clocher ?

 

Le bourg :

   Situation :   (--> la voir sur une carte)

    La commune de Fouquebrune est située à 30km au Nord-Nord-Est de Barbezieux Saint Hilaire (voir son château), à 25km au Nord-Ouest de Mareuil et à 15km au Sud d'Angoulême (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 31' 38" N 00° 12' 40" E
 45.527294°  0.211190°

 
 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Elle vole !

* Survolant les arbres, titillant ma vue, une tour carrée me dévisage.

* Sa forme, ses ouvertures ressemblent à un donjon de château ayant été modernisé par nos siècles modernes.

* Ma question est donc :

Est ce le clocher de l'église que je recherche ?

 

 

Massive est le qualificatif qui lui va le mieux

D'un bon pas pour un bon cas

* C'est elle !

* Comme beaucoup d'églises de cette province établies dans une petite commune de plaine, cette construction est râblée sans fioriture architecturale.

* C'est donc presque en terrain connu que je commence ma découverte.

 

 

Un clocher sans clochette

* En découvrant les deux hauts contreforts de droite, je comprends que le clocher a été aménagé après la construction de l'église romane.

* Mais des questions me titillent :

Pourquoi 2 contreforts si rapprochés ?

Pourquoi 2 largeurs différentes ?

* Ces "verrues" créent des angles morts facilitant l'attaque.

* Malgré beaucoup d'attentions, je ne parviens à trouver les réponses.

* L'autre face possède aussi ce double renfort asymétrique apposé jusqu'à l’appendice ajouté.

* La réponse plausible pourrait être :

- Le bahut défensif ajouté était beaucoup plus haut, donc plus de poids Son arasement partiel est peut être la cause de mon questionnement.

 

 

Pensez vous que nef et chevet furent arasés ?

A son "Chevet"

* En me dirigeant vers le chevet, je remarque qu'il a été surélevé.

* Une salle de repli a donc été aménagée.

* Ma question :

Est elle encore défensive ?

* Sous le toit je remarque de petits orifices correspondant certainement à de ouvertures pour armes à feu.

* Je suis surpris qu'il soit si prêt du toit.

Ce chevet a-t-il aussi été arasé ?

* Au dessus d'une fenêtre je vois des consoles. Je pressens qu'une construction en encorbellement existait.

Latrines ou bretèche (voir vocabulaire) ?

* Qu'importe la fonction, sa position trop prêt du toit confirme ma supposition d'un arasement.

 

 

La façade d'entrée

* Voila une entrée qui me surprend, non pas par l'absence de portail Saintongeais (3 baies dont 2 obstruées) mais par le contrefort sur la droite.

* Cette haute et fine construction contient l'escalier.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, comme pour beaucoup d'églises en notre siècle, la porte ne s'ouvre pas. Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

* Je me console en regardant l'immensité des plaines.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

Je n'ai aucune information historique sur cette église.

Mais je vais faire quelques suppositions (en italiques).

 

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 14ème siècle, à cause de la guerre de Cent Ans, le bâtiment est fortifié.

* Au 14ème siècle, à cause des guerres de Religion, les systèmes défensifs sont adaptés aux armures à poudre.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Maurice) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Elle est en haut... moi en bas

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Charente

Partager cet article

Repost0

commentaires

honorius 09/08/2019 10:44

Une belle église qui mérite le détour ! Bonne fin de semaine . Amitiés du vieux sorcier

Le Chevalier Dauphinois 09/08/2019 17:57

* Depuis quelques temps j'ai une curiosité admirative pour les églises fortifiées.
* Je vais en montrer beaucoup durant les 4 prochaines années car ce sujet est peu publié sur le web.
* La mission d'un Chevalier est aussi de "sauver" l'image des constructions oubliées.