17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Posée sur sa butte, la ruine m'attend avec impatience

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Gilhac et Bruzac est située à 40km au Nord de Montélimar (voir son château), à 20km au Sud-Est de Lamastre (voir son château) et à 15km au Sud-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 51' 07" N 04° 44' 31" E
 44.851977°  4.741990°


 

 

 

Le site castral :

L'extérieur :

La culture régionale est : Les pierres construites ruinées

* L'Ardèche est terre de châteaux.

* Mais les routes étant rares, les moyens financiers des communes et du département étant limités, les sites historiques sont souvent abandonnés donc très ruinés.

* Conséquence : Dans le Vivarais, votre Chevalier Castellologue amateur est heureux.

Voyez vous le village dans la pente ?

 

 

Au loin, une belle quémande ma venue

* Après avoir déposé mon destrier proche d'un champ d'herbe rase, j'avance vers le Nord-Ouest.

* Dans les terres de rochers, au loin je vois une ruine ou plutôt des ruines.

* Posé proche d'un à-pic, à 600 mètres d'altitude, le château de Pierre Gourde est un site fascinant.

 

 

Deux parties

* Ma première surprise est le nombre de terrasse en contrebas du château. Je pressens qu'un village existait.

- Était il important ?

- Était il fortifié ?

* Pour avoir les réponses, je vais :

- Errer dans la pente au Sud et à l'Ouest avant de déguster le château situé au Nord.

- Et regarder le plan que j'ai récupéré dans une thèse récente sur cette ruine.

 

 

 

Des entailles dans le rocher datant du 13ème siècle

Les habitations :

La partie basse

* Bien que les années (et les hommes) aient fortement détruit les murs, je crois percevoir les traces d'un long rempart,

* Au sud, je distingue les vestiges d'une tour défensive semi-circulaire (repère 92 sur le plan) :

- Elle a un diamètre supérieur à 2 mètres.

- Elle possède une petite canonnière.

* Dans ce désert rocheux, je vois des traces de taille en équerre. Je suppose que ce dure des banquettes (voir vocabulaire).

* Certains rochers sont si taillés que j'hésite entre banquette et vestiges de la carrière (seuls les spécialistes pourraient me donner la réponse).

* Mais il n'y a pas que des rochers taillés, des pans de murs sont encore visibles. 

* Il y a même des habitats "presque" entiers.

* Bien que les pierres des parois soient pauvrement équarries, je suis admiratif de la qualité :

- Des parements d'angle.

- Des piédroits et linteaux.

* Avec un peu d'attention, j'ose affirmer (il est vrai que je m'aide d'autres ruines vues (exemple à Crussol ou à La Baume Cornillane) et de lectures sur l'habitat médiéval) que les habitations possédaient 2 niveaux :

- En bas la réserve avec ou sans les animaux.

- A l'étage, l'unique pièce à vivre avec une fenêtre.

 

 

Derrière le mur défensif, le logis

 

Le château :

Un coté très ruiné

* Bien qu'il soit très ruiné, les contours du château sont faciles à voir et comprendre.

* En approchant la ruine par le Sud-Est, je peux facilement identifier les murs extérieurs  (défensifs) nommés 67-66-65 sur le plan.

 

 

Un coté très défensif

* La façade Sud-Ouest est différente car elle semble "entière" (ou plutôt un peu moins ruinée).

* Elle montre 2 architectures différentes. D'abord, je m'intéresse aux constructions extérieures :

- Dans l'angle Ouest, les bases d'une tour ronde certainement défensive (repère 77).

-- Soudain j'ai un doute :

--- Cette tour n'est accrochée à aucun mur.

--- De plus elle est positionnée très en bas par rapport au mur du château,

--- Je pressens que ce fut une citerne pour le village.

--- Dans ce cas, elle est trop haute/loin du village.

Était ce une citerne dans la basse-cour (pour les chevaux ?) ?

- Au dessus, un long mur très épais montrant 2 ouvertures défensives avec ébrasement extérieur. Je suis surpris de la qualité de taille et de pose des pierres (cela contracte avec les autres murs aux pierres simplement équarries). Je me pose une question :

Pourquoi le mur possède 2 épaisseurs ?

* Derrière ce mur défensif : Le logis (c'est ce que je suppose).

 

Accepteriez vous une nuit avec moi en ce logis ?

 

Un logis très cosy (B9)

* Evidemment, votre regard est attiré par la fenêtre à traverse avec d'élégants chanfreins tenant miraculeusement (repère 51).

* Mais en tant que castellologue amateur, je me dois d'abord de m'intéresser (et de vous intéresser) à l'angle Sud-Ouest du logis. Évidemment "angle" n'est pas le bon mot car les 2 murs perpendiculaires ne se rejoignent plus.

* Qu'importe le vocabulaire, il est important de bien regarder :

- Une grande partie des murs s'appuient sur le rocher.

- Les pierres des parois sont simplement équarries.

- Le parement d'angle coté Nord-Ouest est réalisé avec de larges pierres correctement taillées.

- Bien qu'elle ait été abîmée, une baie est visible coté Ouest. Elle n'est pas au même niveau que la fenêtre "miraculée". Donc, au moins 2 niveaux existaient.

* En montant au sommet de la butte, je comprends mieux ce logis :

- Coté Sud, la lumière avec la fenêtre miraculée.

Voyez vous l'épaisseur des murs ?

- Coté Nord, le chauffage.

Voyez vous les emplacements des cheminées ?

- Le plancher était soutenu par un retrait du mur d'un coté et des corbeaux de l'autre.

 

 

Voici l'origine de la fontaine de Jouvence... ou presque

J'ai soif et faim !

* Pensant avoir tout vu, je pose mon séant musclé au sommet du château (B10).

* La fonction de cette plateforme n'est pas facilement identifiable. Il est possible que ce fut :

- Le donjon (?).

- L'emplacement du château primitif (?).

* Qu'importe !

* Tel un "demi-Dieu" sur l'Olympe, je savoure successivement l'ébrasement intérieur du système défensif, les ruines du village médiéval puis le panorama.

* Soudain, je m'aperçois que j'ai oublié la gourde (de Pierre ?) sur la selle de mon destrier.

Vais je mourir de soif en ce castel des Huguenots ?

* La chance me sourit, je vois la citerne du château (86) avec sa margelle.

* L'eau du Vivarais va me rajeunir..... je le pressens.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château au Nord du plateau. Le seigneur est vassal du Comte de Valentinois (à vérifier).

* En 1190, Guillaume Pierregourde Le Jeune fait parti de la troisième croisade en terre sainte.

* En 1215, Guillaume Hugues de Pierregourde  et sa femme Béatrice sont cité dans une vente de plusieurs droits envers Pierre de Mirabel (voir son château).

* En 1237, Hugues Pierregourde est cité.

* Au 13ème siècle, des maisons s'agglutinent dans la pente pour bénéficier de la protection du château. Un rempart avec tours semi-circulaires  et 2 ou 3 portes (à vérifier) est construit pour protéger les maisons cotés Sud et Ouest. A l'Est, aménagement de vergers et de terres à culture. La basse-cour du château possède un four banal et un grenier.

* Vers 1250 (?), le seigneur de Pierregourde est vassal de la maison d'Anduze (Roger-Bermond ?).

* A la fin du 13ème siècle (?), Giraud de Pierregourde est cité.

* En 1304, Hugues de Pierregourde rend hommage pour son château à Bermond d'Anduze, seigneur de La Voulte (voir son château).

* Au début du 14ème siècle (1325 ?), Hugon IV (ou Hugues IV) de Pierregourde épouse Diane de La Marette.

* Au milieu du 14ème siècle (?), Hugues V de Pierregourde épouse Judith Bastet de Crussol (voir le château de son père).

* Au deuxième tiers du 14ème siècle (?), Hugues VI de Pierregourde épouse Aygline de Lavieu.

* Puis après le décès de la première femme en 1350, Hugues VI de Pierregourde épouse (en 1373 ?) Aygline de Labiac.

* Au 14ème siècle (?), des moulins hydrauliques sont aménagées (ou réutilisés) en contrebas. Des moulins à vent sont construits à l'Est du bourg astral. De nouveaux habitats sont construits, certains sont aménagés à l'extérieur du rempart. Le site compte plus d'une trentaine (?) de maisons.

* A la fin du 14ème siècle (1395 ?), Hugues VII de Pierregourde épouse Catherine de Montagut.

* Au début du 15ème siècle (1420 ?), Hugues VIII de Pierregourde épouse Alix de Grolée.

Nota : Leur fille Lionnette de Pierregourde épouse en 1463, Antoine de Baulme, conseiller et chambellan du Duc de Savoie (voir liste des Ducs).

* Au 15ème siècle, certains paysans ou familles quittent progressivement le site fortifié pour cultiver des terres plus riches dans la vallée. La peste n'épargne pas le bourg castral de Pierregourde, la désertification s'amplifie.

* Au 16ème siècle, le château est le refuge de Protestants. Les systèmes défensifs s'adaptent aux armes à poudre. L'armée des Huguenots occupant la forteresse ne semble n'avoir jamais été attaquée par les Catholiques.

* En 1568, Louis de Pierregourde est tué par les Catholiques. La seigneurie échoue à madame Claudine de La Marette et à son époux François de Barjac (grand capitaine Protestant et commandant du Haut Vivarais).

* En 1593, François de Barjac est cité comme seigneur de Pierregourde dans une transaction avec Jean de Lablache.

Nota : François de Barjac est tellement craint que certains lui prêtent des pouvoirs "magiques ou Sataniques". Bien que la paix entre Catholiques et Protestants ait été signée. François ne l'accepte point. Il se terre en son château puis la nuit il réalise des actes de brigandage. En 1598 (?), un soir il est trahit par sa femme (ayant opté pour la religion catholique) puis tué en son château.

* En 1628, Jehannet de Pierregourde (?) habite le château (à vérifier).

* En 1672, le château est déclaré en ruine (certainement du à la politique de combat contre les Huguenots et de destruction de leurs forteresses par Richelieu). Les habitations (paysanes) sont rares mais encore solides.

* Au 17ème et 18ème, le site sert de carrière de pierres.

* En 1760, le Marquis (voir titre de noblesse) de Veynes est cité comme seigneur de Pierregourde.

* Au début du 19ème siècle, suite à l'étude des fortifications demandée par Napoléon Ier, le site de Pierregourde est décrit en ruine ainsi que de nombreuses maisons. Quelques bâtiments de stockage très regroupés existent ainsi que les sentiers du bourg castral (détails à vérifier).

* En 2016, pour la réalisation d'une thèse, des étudiants en archéologie médiévale réalisent de nombreux relevés du château, des remparts et des habitations.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Veuillez respecter cette propriété privée et ne pas monter sur les murs. La ruine n'étant pas sécurisée, le risque de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

L'Ardèche infini !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 18/07/2020 21:14

P our sûr, Vivarais est terre de pierres…
I ncroyable ensemble qui sait me plaire,
E videmment, puisque pas mal ruiné !
R egard, ici, est des plus enchanté !
R ien qu’avec tous ces pans de murs debout
E st aisé entendre un murmure doux

G agner notre esprit. Alors on se prend,
O ui, à rêver de castel fort, d’antan,
U n antan où était petit village
R angé, tout en pente, sous patronage
D ‘un seigneur lequel offrait protection
E t bon abri à sa population...

G ardé par une enceinte le bourg fut.
I l reste encore un bout de tour, menu,
L uttant pour sa survie. Mais « repéré »*
H eureusement par nostre Chevalier
A été !… comme banquettes. J’adore
C e travail de l’homme ! Il était si fort

E t malin : sur Dame Nature appui
T rès bon prenait pour ériger bâtis…

B onheur suprême est mirer le castel !
R avissantes parois telles dentelles.
U n équilibre si ténu, parfois…
Z èle je montre trop pour autrefois ?
A ucunement ! Vous avez reconnu
C heminées, citerne des temps perdus;

V isibles des fentes de tir, toujours.
I l est vrai que sont de « nouveaux » atours
V eillé ayant, plus tard, quand religion
A provoqué conflits dans la région.
R affinement laissa traces aussi
A vec fenêtre à traverse, ce qui
I mplique des maîtres des lieux aisance…
S uperbe exemple de grande puissance.

P our info-bulle de cinquième image,
S aurez fournir armure en cas d’orage ?… !**

* 2 fois plutôt qu’une, puisque vous nous l’indiquez aussi sur l’image du lien « les vestiges d’une tour » !
** enfin, quelque chose pour se protéger, parce qu’autant il est agréable de ne mie avoir de toit sur la tête quand il fait beau temps - la voûte céleste est si belle ! - autant lorsqu’il pleut cela devient très désagréable !

Le Chevalier Dauphinois 19/07/2020 19:51

* Je vais vous dire un secret......
....... donc ne le répétez pas.
* Je suis allé 3 fois en cette ruine.
A - La première, mes images étaient des diapositives.
B - Puis j'ai fait des photos numériques, mais peu de temps après, j'en ai perdues au moins la moitié (pfff, l'informatique et ses standards changeant trop souvent).
C - Donc, j'y suis retourné...... rapidement, il y a quelques temps.