21 août 2020 5 21 /08 /août /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Pensez vous que le château soit encore ainsi ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Saint Michel de Boulogne est située à 50km au Sud-Ouest de Valence, à 30km au Nord-Ouest de Montélimar (voir son château) et à 10km au Nord-Nord-Est d'Aubenas.

 

   Coordonnées du château :

44° 41' 25" N 04° 26' 22" E
 44.690502°  4.439610°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Elle me donne déjà le tournis

* Pour rejoindre ce château, il ne faut pas prendre une large route entre des villes connues, mais une voie qui tourne, tourne, tourne.

* Les virages sont si nombreux qu'il est préférable de ne point aller vite pour éviter, le dérapage et surtout..... le tournis.

* Soudain, comme par enchantement, une ruine sort des bois.

* Elle est immense, belle, brillante et.... à moi...... durant quelques heures.

 

 

Je pressens des heures de découverte !

L'analyse de loin

* Découvrir une ruine c'est comme.... heu.... séduire une femme.

* Il ne faut pas se précipiter, il faut l'approcher doucement, il faut la comprendre avant de la prendre blush

* Donc, c'est de loin que je la détaille :

- Au fond, à droite, c'est l'entrée actuelle (E) encadrée de 2 corps de garde.

-- Cette entrée est précédée d'un boulevard (B).

- Devant, au plus près, c'est un bâtiment renaissance implanté sur le rempart Nord ayant été reconstruit au 20ème siècle.

-- Il est précédé d'un fossé (F).

- Sur la gauche, c'est une puissante tour (T coté Est) qui fut habitable.

- A sa droite, c'est le donjon(D) anguleux qui me semble placé sur une motte.

Ressentez vous cette ruine ?

* Si votre réponse est "Oui Chevalier", vous pouvez regarder ce plan....

    ...... sinon, recommencez la lecture de l'article depuis le début. 

* Je vous entends grommeler derrière votre écran :

- Chevalier, je ne vois pas le logis (L).

- Pourquoi n'y a-t-il pas de chapelle ?

* Calmez vous jeunes Padawans, il faut s'approcher de la belle pour entrer en son logis. Pour la chapelle.... veuillez attendre, car le mariage n'est pas prévu de suite. cheeky

 

 

Quelle merveille, elle est presque entière !

L'approche, là proche !

* Lentement j'avance vers cette beauté.

* Le premier bâtiment qu'elle m'offre est :

- Une masse anguleuse, armée de consoles triple, vestige de mâchicoulis (voir vocabulaire).

- Les 3 trous décalés sur la hauteur me font penser à des puits de lumière pour un escalier droit (à l'intérieur bien sur).

- La façade arrière, correspondant à l'intérieur du château, montre quelques belles curiosités :

-- Les consoles à gauche devaient être pour une bretèche.

-- La grande porte "au centre" devait accéder au bâtiment accolé et disparu, à moins que ce fut une galerie.

-- La haute porte à droite devait accéder au chemin de ronde, disparu mais devinable.

* Puis, en avançant vers le Sud, j'approche de la plus imposante des 3 tours rondes :

- Bien qu'elle ait été arasée, sa hauteur impressionne.

- Elle est réalisée avec des pierres correctement taillées, même si sur la hauteur, leur qualité et leur dimension diffèrent.

- Je suis surpris de ne pas voir de systèmes défensifs comme archère ou canonnière.

 

 

Trois bâtiments de vie fascinants

* Un château, ce n'est pas que des systèmes défensifs ou dissuasifs, c'est d'abord un lieu de vie. Voici donc : Le logis.... un peu cassé certes : La tour Nord et le donjon semblent papoter de leurs exploits passés

- Il est logiquement à l'opposé de l'entrée du château.

- Il est un peu à l'arrière du rempart Sud-Est.

- Il est coté falaise, donc (presque) inattaquable par ce versant.

* Derrière, presque timide comme pour s'excuser d'avoir été grandement détruit, je vois le donjon :

- Les pierres de gré montrent des lits presque symétriques.

- Il mesure 14 mètres de hauteur.

- Sa base extérieure est de 8m x 9m.

- Le mur a une épaisseur de 1,6m.

- Ce donjon comprend :

-- En bas, semi enterré, un ratier borgne. L'accès se faisait par l'étage du dessus.

-- Au dessus, 3 étages.

-- Au sommet, une plateforme non couverte avec certainement un crénelage.

-- Les fantômes de mâchicoulis sont représentés par de quintuple consoles.

* Puis, au Sud, je vois une curieuse construction longeant le rempart et s'appuyant sur le rocher.

- Ce bâtiment semble contenir la chapelle castrale.

- La forme semi-circulaire fut certainement l'ajout d'un chevet (ou d'une chapelle rayonnante ?).

 

 

Voici l'ancienne entrée médiévale

Sens dessus dessous

* En revenant vers le coté Nord-Est (voir le plan), je remarque 2 entrées "possibles".

* L'ancienne (médiévale) :

- La première est précédée d'un profond fossé.

- Le pont à 2 arches est peu large.

- Dans le mur, il me semble voir le fantôme effacé d'une porte.

* La nouvelle :

* Évidemment, ce passage ayant été créé à la renaissance, il enjambe aussi le fossé.

* Bien sur, un corps de garde avec canonnière et mâchicoulis protège cette voie d'accès.

* Logiquement, l'entrée est encadrée par 2 bâtiments défensifs.

* Le plus surprenant est la largeur du passage au dessus du fossé et surtout sa profondeur. Certains castellologues supposent que ce boulevard permettait l'alignement de canons mobiles.

 

 

Une porte hors du temps

* Bien que non médiévale, cette entrée est une merveille architecturale.

* Cela commence par les deux corps de garde dont un possède dans l'angle une élégante trompe (voir définition).

* Le portail renaissance avec ses deux colonnes torses est raffiné.

* Le linteau et le fronton très ouvragés comportent des sculptures baroques. La finesse du visage masculin au centre, visage féminin au dessus me fascine.

 

 

L'intérieur :

Fermé... mais ouvert !

* La ruine n'étant pas consolidée, le site étant partiellement habité, l'intérieur du château n'est pas visitable......

   ....... mais en passant un oeil à travers l'imposante grille il est possible de voir l'ensemble de l'intérieur du château :

- Sur la gauche, la tour Nord (la moins large des trois).

- Sur sa droite, le haut donjon sur motte.

- Puis le logis avec la chapelle derrière.

- A l'extrême droite, la tour Sud-Ouest.

 

 

Je pars et vous restez

* Pendant que je rebrousse chemin pour me rendre vers une autre merveille du Vivarais....

   ...... je vous laisse admirer l'intérieur de la tour avec.... un escalier.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un "premier" château (certains historiens supposent qu'une construction en bois plus ancienne existait) sur le plateau rocheux encadré de 2 cours d'eau. Il sécurise et contrôle l'une des routes vers Le Puy. La seigneurie est possession des Comtes de Toulouse (voir liste). Le site est un ensemble rectangulaire composé (voir indice A) :

- D'un fossé creusé coté le plus accessible par un assaillant.

- D'un donjon presque carré face à l'attaque.

- D'une enceinte avec petite cour, chapelle et bâtiment d'habitation avec une aula,

* En 1239, Raymond VII de Toulouse donne la seigneurie de Boulogne à Aymar II de Poitiers, Comtes de Valentinois (voir liste).

* Au 13ème siècle, la famille de Poitiers (est ce Aymar III de Poitiers ?) fait construire le puissant donjon "carré".

* En 1271, le Bas Vivarais est intégré au Royaume de France. Aymar III de Poitiers ne fait pas allégeance au Roi de France pour ses terres (à vérifier).

* En 1276, Aymar IV de Poitiers est cité dans une transaction au sujet d'un héritage d'une "villa" dans le mandement de Boulogne.

 En 1280, Aymar IV de Poitiers fait hommage pour toutes ses possessions (dont Boulogne) au Roi de France (voir liste) Philippe III le Hardi.

* En 1324, Aymar IV de Poitiers donne la seigneurie de Boulogne à son fils (ou petit fils ?) Guichard de Poitiers.

* En 1384, le chevalier Raoul de Lestrange, légat du Pape (à vérifier ?) Grégoire XI et seigneur du château de Lestrange en Limousin, achète la seigneurie de Boulogne à Charles de Poitiers, seigneur de Saint Vallier, neveu (à vérifier) de Guichard sans ascendance directe. Ce nouveau propriétaire du château fait (voir indice B) :

- Construire sur 3 angles du château, des tours de défense avec une forme ronde (cette architecture évite les angles morts des tours carrées).

- Modifier les mâchicoulis (?) du donjon. Certains archéologues supposent que le donjon primitif a été arasé à une hauteur de 5 mètres, puis un "nouveau" a été élevé sur les bases du précédent.

- Consolider/construire/angrandir le rempart extérieur.

- Améliorer les systèmes défensifs (lesquels ?).

 * En 1398, Guillaume de Lestrange, fils de Raoul, est seigneur de Boulogne (à vérifier).

* En 1425, Guy (ou Guino) de Lestrange, fils de Guillaume, est seigneur de Boulogne et de Lestrange.

* En 1446, Guy rend hommage au Dauphin Louis (futur Louis XI - voir liste des rois) pour son château de Boulogne. Il devient Chambellan du Roi.

* En 1470, Antoine de Lestrange, fils de Guy, hérite de plusieurs seigneuries dont Boulogne, Allier et Montbrun.

* En 1503, le Roi Louis XII nomme Antoine de Lestrange, sénéchal d'Agenais et de Gascogne.

* En 1508, Louis de Lestrange, fils d'Antoine, est Baron de Boulogne et de Lestrange. Pour ce château, Louis fait (voir indice C) :

- Construire/aménager la vaste salle d'arme.

- Réaliser une partie de l'enceinte extérieure.

* En ce 16ème siècle, Louis est ambassadeur en Allemagne. Puis il devient échanson du Roi François Ier (voir liste des Rois). Il garde cette charge sous Henri II, François II puis Charles IX. Il préside de nombreuses fois les Etats du Vivarais.

* En 1579, Marie de Lestrange, Vicomtesse (voir titre de noblesse) de Lestrange et de Cheylanes et de Boulogne et de Saint Marsal, fille unique de Claude de Lestrange, apporte en dot le château et la seigneurie à son époux René d'Hautefort. Ce dernier réalise de grandioses modifications (voir indice D) :

- Des trompes (voir définition) d'angles sur les portes et poternes.

- La porte à colonnes, fronton et architrave sculptés.

- La terrasse (?).

- Le boulevard (?).

- Des bâtiments de confort.

* Au 18ème siècle, la seigneurie est possession de la famille Fay de La Tour-Maubourg.

* Vers 1792, les Révolutionnaires ne s'attaquent pas au château, mais le réquisitionnent. La commune de Saint Michel de Boulogne est renommée : Boulogne.

* En 1793, le château presque intact est acheté par Simon Gibaud.

* Au début du 19ème siècle, Simon vend le château à un habitant d'une commune voisine (?), un certain Bannier. Ce dernier dépèce les bâtiments pour se faire de l'argent.

* En 1915, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* En ce siècle (durant la seconde partie - 1958 ?), une partie du donjon s'écroule, puis un pan de l'enceinte extérieure. Entre les pluies s'infiltrant dans les murs et le manque de consolidation, d'autres parois s'effondrent.

* Durant le 20ème siècle, le château est possession successivement de nombreuses familles, chacune cherchant à consolider partiellement ce qui peut l'être, puis à tenter d'habiter dans une des "anciennes dépendances" (?) datant de la Renaissance.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de la ruine est interdite. Mais il paraitrait que sur invitation spéciale, les portes s'ouvrent.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Bien que ridée, la vieille dame semble....... immortelle

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 23/08/2020 18:34

B ravoure a dû montrer castel, antan.
O n le perçoit par tous ses murs restants.
U n site étendu, de murailles ceint.
L es ajouts, au fil du temps, c’est certain,
O nt contribué à faire du lieu
G rand’place où avant n’y avait que peu.
N ul doute que jadis moult de défenses
E urent raison des intrus. Espérance

S e devait d’être laissée dès l’entrée !
A insi, ennemis, comme Chevalier,
I ncroyable talent fournir devaient,
N on pour une femme séduire, mais
T enter assaut des bâtiments ! C’était

M ission quasi impossible tant fut
I mportant le système ayant rendu
C haque partie du terrain hermétique.
H eureux seigneurs qui, d’après l’historique,
E rigèrent boulevard et puis tours,
L ogis, et remparts courant tout autour.

D onjon, dit-on, fut réaménagé.
E t de toujours vit-on là un fossé.

B onheur, pour vous, ce dut être pouvoir
O uvrage embrasser du regard et voir
U n bon nombre d’attributs qui révèlent
L ‘âge d’une ruine. Est-elle si belle,
O ui, bien que parure soit en haillons.
G arantissent ces dentelles frissons...*
N ‘en dirai-je autant de porte bâtie
E n des temps plus récents. N’est-elle mie,

A mes yeux, fantastique construction.
R eniées sculptures baroques. Passion,
D evinez l’aurez, pour cet art je n’ai.
E st-ce trop « tordu ». Cela ne me siet.
C ertes, les deux corps de garde ont été
H antise pour assaillants. Protégée
E tait bien ainsi la nouvelle entrée.

N ‘oublierai-je la charmante gravure -
O ù force est reflétée par si hauts murs -
T out comme historique si long : m’a plu !
A i-je ainsi appris par qui fut rendu

P lus puissant encore prime château.
S es ruines sont véritable cadeau !**

* les dentelles de pierre côté vieux castel… qui donnent des frissons de plaisir quand je les mire ! Quel spectacle médiéval à souhait !
** je parle des ruines ruinées… je ne tiens mie compte des bâtis plus récents ou carrément récents ou trop rénovés.

Le Chevalier Dauphinois 24/08/2020 10:38

* Que lis je ?
* Dentelles vous voyez !
* Hummm.... que voila mot qui me rend fragile.
* Entre rondeurs et dentelles..... j'avoue que point un château j'imagine.
* Hoooo, Ma Pierrote, à votre Dauphinois Chevalier vous savez parler ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !...... hihihihi.