16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Ce site ressemble à un paquebot muni d'une cheminée

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Mirabel est située à 20km au Nord-Ouest de Montélimar (voir son château), à 15km au Sud-Ouest de Privas et à 10km à l'Est d'Aubenas

 

   Coordonnées du château :

44° 36' 33" N 04° 29' 55" E
 44.609203°  4.498765°

 

 

Toponymie :  (--> voir initiation)

* Mirabel, en occitan signifierait belvédère.

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

J'arrive

* Comment ne pas voir le château de Mirabel. Tel un phare, il illumine le panorama quelque soit le coté où l'on arrive.

* C'est donc les yeux brillant d'envie, que j'avance seul (heu..... sur le dos de mon destrier en réalité) vers la petite commune.

* Bien qu'elle ait été fortifiée, je n'ai d'yeux que pour ma haute Chimène en pierre.

* Si elle me demande "Rodrigue, as tu du coeur ?"....... heart

   ...... ma réponse sera : "Heu..... je ne suis point Rodrigue". cheeky

Que voila damier qui me donne envie de jouer.... avec elle

 

 

Je suis là

* A ses pieds, je me sens petit.

* En un bond, je suis sur la plateforme.

* Avant de comprendre la haute construction, je m'intéresse aux murs.

 

 

L'intérieur :

Elle m'enlace

* Bien que l'ensemble soit en ruine, je tente d'en comprendre les fonctions ou de voir des détails :

- Les parements intérieurs ont disparu.

- Le mur est épais, il devait participer à la défense du site.

- J'ai confirmation de la fonction défensive en découvrant une arquebusière.

- J'ai l'impression que cette pierre défensive est soit un remploi soit un ajout (au 16ème siècle ?) après la construction du mur.

- Je vois aussi une pierre plate avec une rigole et sur sa gauche un "tuyau". Je subodore que je suis dans la cuisine.

- Entre terre et herbe, les bases des murs sont nombreuses, mais il m'est difficile de définir la fonction des salles.

* Maintenant, je me retourne pour déguster LA pièce maîtresse du site.

 

Un immeuble en pierre d'une autre époque

 

Elle me toise

* La haute tour devait être le donjon.

* Il est bâti avec des moellons en basalte noir (roche abondante proche). Le chaînage d'angle est calcaire clair.

* Sa base est (presque) un carré de 7 mètres de coté. Les murs ont une épaisseur de 1,50 mètre.

* L'angle Nord-Est possède un fantôme d'encorbellement nommé : Latrines.

* L'ouverture basse est une création récente, certainement due à l'utilisation de cette tour maîtresse comme stockage agricole.

* La baie du 1er étage est la véritable entrée médiévale. Elle devait être accessible par une passerelle en bois (dont les traces horizontales se devinent) et une échelle extractible.

* L'ouverture au deuxième étage devait être..... heu..... une bretèche (puisqu'elle se situe au dessus de la porte). 

 

 

Le silence de notre union

* Il y a encore des centaines de petits détails à voir et déguster, mais la Belle me quémande de ne pas tout révéler.

* Je vais donc me taire et admirer avec elle le panorama exceptionnel.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (à vérifier), construction d'un château pour surveiller le passage sur l'ancienne voie romaine. Un village s'établit.

* Vers 1165 (?), Raymond de Mirabel est cité dans un texte comme témoin d'un don.

* En 1175, Raymons et Etienne Mirabel sont cités comme témoins dans un acte de décision (de justice ?).

* En 1215, Guillaume Hugues de Pierregourde (voir son château) et sa femme Béatrice sont cités dans une vente de plusieurs droits envers Pierre de Mirabel.

* En 1249, Aymar III de Poitiers, Comte de Valentinois, cède des droits sur les terres de Mirabel à Etienne de Mirabel et sa femme Marie.

* En 1298, Guillaume de Mirabel rend hommage à Aldebert de Peyre, évêque de Viviers, pour son castrum de Mirabel.

* Du 13ème au 15ème siècle, le village s'agrandit puis s'entoure d'un rempart.

* Au 14ème siècle (certains historiens avancent la date du 13ème siècle), deux châteaux existent (ou peut être deux habitats dans une même enceinte). Les historiens supposent une coseigneurie :

- L'un est possession de la famille Mirabel d’Arlempdes (à vérifier).

- L'autre appartient à la famille La Gorce (à vérifier).

* En 1301, Hugues d'Arlemps, chanoine et représentant auprès du chapitre de Viviers, rend hommage à l'évêque de Viviers pour les parts de plusieurs castrums dont celui de Mirabel.

* En 1319, Pons de Mirabel et son fils Pierre rendent hommage à (?????) pour le castrum de Mirabel.

* En 1334, Pierre (I ?) de Mirabel et son fils Pierre (II ?) puis Pons (lequel ?), autre seigneur de Mirabel (?), rendent hommage (à vérifier) à l'évêque de Viviers (voir liste) pour les terres et castrum de Mirabel.

* Au milieu du 16ème siècle, durant les guerres de religion, le château est dans le camp des Huguenots.

* En 1598, l'armée Catholique de Henry Ier, Duc (voir titre de noblesse) de Montmorency, attaque puis s'empare du château.

* A partir de 1628, avec l'autorisation de Louis XIII (voir liste des rois), le Cardinal de Richelieu ordonne le démantèlement de nombreux châteaux et fortifications dans le Royaume de France. Mirabel ne fait pas exception.

* En 1709, la famille Mirabel possède le château de Pradel. Elle délaisse la vieille fortification pour le confortable logis. Ruine semble être l'avenir du site castral.

* Au 19ème siècle, la ruine sert de remise agricole, mais aussi de carrière de pierre.

* En 1970, Pierre Margot-Belrichard achète la ruine.

* A partir de 1972, durant 20 ans, des fouilles sont réalisées avec l'autorisation et la présence active de son propriétaire. Les murs sont consolidés.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que la ruine soit partiellement sécurisée, le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe. Soyez très prudents. N'oubliez pas que vous entrez dans une propriété privée.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Je vais planter ma tente pour admirer le panorama toute la nuit

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0

commentaires

chantal PESTRE 19/10/2020 07:26

bonjour à vous, je suis une "nouvelle" lectrice de votre site, mais pas "jeune" hélas...tout comme vos châteaux!! Et je n'ai pas la prétention d'exister aussi longtemps qu'eux...Je suis passionnée d'Histoire surtout féodale et j'ai pris beaucoup de plaisir à lire votre article. Je ne connaissais pas du tout l'existence de MIRABEL, bien que je sois souvent allée dans cette région. Bravo pour toutes vos recherches et merci de nous permettre d'étendre nos connaissances de châteaux souvent "oubliés" hélas..Maintenant je vais attendre vos articles avec impatience! Cordialement Chantal PESTRE de LYON

Le Chevalier Dauphinois 20/10/2020 17:49

* Bien le bonjour Dame Chantal, et merci pour votre commentaire.
* Comme vous avez pu le constater, je me suis spécialisé dans les sites médiévaux fortifiés peu médiatiques.
* Évidemment, de temps en temps, il me faut bien montrer un château un peu connu..... puisqu'il est proche d'une ruine perdue.
* Parfois une construction médiévale connue apparaîtra, mais c'est souvent en lien avec un personnage (comme Gaston Fébus) dont je souhaite montrer les fortifications, ou en lien avec une conte ou une légende (comme Cahors).
* Mirabel n'est pas ignoré dans le Vivarais, mais il est vrai que peu de livres, de documentaires existent sur cette belle ruine.
* Chaque semaine, je publie 2 articles (parfois 3 mais c'est une exception). A chaque fois, je change de province (ou de département) pour ne pas lasser les lectrices et lecteurs. Ainsi, tout le monde trouvera son bonheur.
* A bientôt.

Pierrote 17/10/2020 18:06

M ême si vestiges sont peu nombreux,
I ci, mon esprit est très, très heureux.
R estes épars, des ruines bien ruinées
A ttirent mon regard. J’aime passé
B afoué par le temps,* toujours debout,
E t attendant qu’un Chevalier – oui, vous ! –
L es découvre et nous les offre en images.

A lors, nous entamons un beau voyage,
R avis, bien que n’ayons toujours notion
D es murs aperçus, de leur vraie fonction.
E st, du lieu, celle du premier atour
C onnue : fut, jadis, la maîtresse-tour.
H eur eûtes-vous à icelle être uni
E n silence…** Nous ne saurons donc mie

V aleur complète de cette beauté.
I ndices, cependant, laissez « filtrer ».
V igie a été bâtie, en son temps,
A vec ce qu’il fallait pour qu’assaillants
R epoussés bien soient, « en bonne et dûe forme ».
A la construction d’un donjon les normes…
I l semble qu’ailleurs la cuisine fut.
S a pierre d’évier mirer il m’a plu.

N aguère, et si le croquis l’on en croit,***
O uvrage s’élevait, aérien, droit.
T alent avez eu lui redonner vie.
A ussi, qu’ajouter ? sinon : grand merci !

* et les hommes… et non pas que j’aime que des sites anciens aient été détruits, nenni ! mais s’ils le sont, j’aime les mirer, même bien abîmés.
** cf. titre d’un § « Le silence de notre union ».
*** croquis de l’historique, lien « s’entoure d’un rempart ».

Le Chevalier Dauphinois 17/10/2020 18:16

* Lorsqu'un Chevalier Parfait (puisque Dauphinois) rencontre une Belle habillée de dentelles de l'histoire, en l'an 2020 (du 20/20)........
......... cela ne peut donner qu'article de perfection.
* Point j'ai besoin d'être modeste en ce jour, puisque Je Suis....... donc Je Pense...... que perfection est mon sobriquet.