27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Il est au sommet.... de mon imaginaire

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Saint Péray est située à 45km au Nord de Montélimar (voir son château), à 25km  l'Est de Lamastre (voir son château) et à 5km au Nord-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 56' 24" N 04° 51'07" E
 44.939994°  4.851999°


 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* Ayant éclaté un des pneus de mon destrier (heu...cela doit se nommer un fer) j'erre dans Valence à la recherche d'un dépanneur (un maréchal ferrant).

* Soudain, en levant les yeux, je remarque une belle qui m'observe depuis la fenêtre du château.

* Il me faut de suite la découvrir.... heu... la ruine bien sur.

* Cette paroi étant si abrupte, le sommet si haut (200 mètres de dénivelé), je décide de la contourner par une route goudronnée au Nord.

 

 

Comment entrer dans cette citadelle ?

C'est plus qu'un château !

* En découvrant ce site médiéval depuis le Nord, je constate que le bourg castral est immense.

Est ce le Carcassonne du Vivarais ?

* Certes, mon questionnement est (volontairement) exagéré, mais avouez que ce site est impressionnant.

* Une pente avec un village en bas, un château en haut, un rempart entourant l'ensemble.

* Cet imposant mur de protection mesure plus de 330 mètres. Hélas, à cause de son arasement, il est difficile de voir si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

 

 

Le châtelet avant le château, hooo !

* Pour entrer, il faut consulter le plan.

* Il n'y a qu'une seule porte (ce qui est logique puisque ce n'est pas une bastide comme celle-ci).

* J'avance vers le châtelet d'entrée. Il forme un sas permettant d'isoler les assaillants et surtout d'éviter l'utilisation d'un bélier.

 

 

 

Voici le village des courants d'air...Atchoum !

L'intérieur :

Il faut un parapluie !

* En franchissant la porte, mon regard est de suite attiré par les systèmes défensifs de l'entrée.

* Le temps, les hommes et les reconstructeurs ont assagi cette entrée, mis il est possible de voir la plateforme communiquant avec le chemin de ronde.

* Puis, j'avance lentement sur un sentier presque aménagé pour découvrir les ruines des 140 maisons (ou presque).

* Que voir ?

- Évidemment certaines s'appuient sur le rempart.

- Elles sont toutes dépourvues d'un toit.

- Leur base n'est pas très large.

- Elles semblent être composées de 2 niveaux. ne voyant pas d'escalier, je pressens que l'étage était accessible par une échelle en bois.

- Je ne vois que rarement des fenêtres, mais  je pressens que les murs fragilisés par ses ouvertures de lumière ont été les premier à tomber.

- Curieusement, je ne vois pas de cheminée.

- Parfois un trou dans mur me fait imaginer que ce fut un placard.

 

 

Sa seigneurie médiévale trône au centre des fortifications

Le château s'encastre dans le rocher !

* Pour mieux comprendre les systèmes défensifs, je ressors puis je contemple cette merveille de pierres depuis le Sud.

* En étant posé sur le rocher, ce rempart ne pouvait pas subir la sape.

* Le mur défensif est évidemment pourvu d'archères.

* Les angles et les changement d'alignement sont évidemment pourvus de tours avec étages défensifs ou semi-circulaires traversées par le chemin de ronde.

- Nota :

A - Je suis surpris que les murs défensifs ne comportent aucune canonnière ni ouverture de tir pour armes à feu.

B - Les trous de boulin aligné au niveau du "chemin de ronde devaient porter une plateforme en bois et/ou un hourdage.

 

 

Impair et passe

* Pour comprendre ce château, il faut un plan.

* Rappel : Je suis venu en ce lieu car une damoiselle me faisait signe à la fenêtre, donc :

- Je passe rapidement devant la citerne car je n'ai pas soif.

- Je ne regarde pas les écuries car mon destrier est en bas.

- Je ne m'intéresse point à l'église qui n'est pas fortifiée.

 

 

Si elle avait été là, j'aurais fait du feu dans la cheminée

En fermant les yeux... je le vois entier !

* Enfin, je suis face au château :

- Sur la droite, le fantôme de la tour escalier en colimaçon avec au sommet la porte de l'étage.

- A gauche... heu... l'annexe avec une imposante cheminée au dessus.

* Ma dulcinée doit être derrière ce mur...... que je m’empresse de traverser.

* Dans le logis, je vois 2 grandes cheminées (sur 2 étages).

* Au centre, le passage vers la tourelle.

* Puis sur la droite...... un fenêtre à meneaux en croix.... sans damoiselle.crying

Pourquoi ne m'a-t-elle pas attendu ?

 

 

Ma fin est ici...... ce blog se termine à tout jamais

* J'imagine la scène :

- Un autre est arrivé avant moi.

- Ils se plurent........ plus rien pour moi.

* De désespérante tristesse, je vais me jeter du haut de la falaise.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, établissement un point fortifié (c'est ce que pensent quelques castellologues).

* Au 12ème siècle, construction d'un donjon carré en pierre.

* En 1152, Aldebert de Crussol et Guillaume de Crussol sont cités dans un texte en tant que témoin d'un testament.

* Vers le milieu du 12ème siècle (?) une chapelle, dédiée à Sainte Marie, est aménagée proche du château.

* En 1184, Odon de Crussol, évêque de Valence, donne à l’abbaye de la Chaise-Dieu, la chapelle Sainte-Marie du castrum.

* En 1186, Guillaume de Crussol est garant d’une vente faite au profit des Templiers de Valence.

* Au 13ème siècle, avec la période d'insécurité, les villageois de la vallée  s'installent proche du château. Un premier rempart est aménagé.

* En 1220, Giraud Bastet, seigneur de Crussol, est cité dans un texte portant sur l'achat du château de Charmes.

* En 1283, Giraud Bastet (est ce le même que précédemment ?), seigneur de Crussol, rend hommage à Jean de Genève, évêque de Valence, pour son château.

* A la fin du 13ème siècle, le Vivarais est rattaché dans la Couronne de France (l'acte officiel semble être en 1308, mais le Vivarais n'était pas régi par une seule personnalité, de nombreux Comtes-Evêques avaient déjà fait allégeance au Roi).

* En 1293, un accord est signé entre Peyroneta, abbesse de Notre Dame de Soyons, et Géraud Bastet, seigneur de Crussol, sur les droits de vingtain et de pâturage ainsi que les limites des mandements.

* Au 14ème siècle, certainement à cause des Routiers sans emploi durant les trêves de la Guerre de Cent Ans, les habitants de la vallée, harcelés par les petites troupes armées, se réfugient sur les hauteurs. De nouvelles habitations sont construites en contrebas des précédentes. Un nouveau rempart est aménagé pour protéger ces nouveaux arrivants.

* En 1355, hommage lige est rendu par le seigneur de Crussol à l’évêque de Valence, pour le château et le mandement de Crussol.

* A la fin du 15ème siècle (?), pour plus de confort, des fenêtres à meneaux sont aménagées sur les murs coté vallée du logis du château. Après la fin des conflits Franco-Anglais, les villageois redescendent dans la vallée.

* En 1486, par son mariage avec Jacques I de Crussol, Simone d'Uzès apporte en dot la Vicomté (voir titre de noblesse) d'Uzès.

* Au début du 16ème siècle, le seigneur de Crussol-Uzès délaisse ce vieux site sans confort pour le château d'Uzès.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château de Crussol est attaqué par les Huguenots. Il est partiellement détruit.

* Vers 1624, comme pour d'autres châteaux fortifiés dans le Royaume de France, Richelieu demande l'arasement des fortifications de Crussol. L'avenir de cette vieille construction médiévale sera : Ruine.

* Au 19ème siècle, pour trouver un trésor caché (pffff) une partie du château est dynamitée (D'autres textes affirment que la destruction est due à l'exploitation d'une carrière de pierre).

* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, une association est créée pour consolider les vieux murs, sécuriser la visite puis organiser des fêtes et manifestations.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que les ruines aient été consolidées, il faut toujours être prudents car le risque existe. Veuillez être respectueux en ne montant pas sur ces pierres millénaires et historiques.

 

Voir des vidéos ici - CLIC

 

 

Ce château espionne MON Dauphiné !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 29/03/2020 17:59

C revaisons n’épargnent Mon Chevalier !
R evoir « déification »* obligée
U n tant m’ont–elles ! Ainsi, inconvénients
S ur vous s’abattent comme sur les gens
S i mortels que nous sommes ! Déception
O ubliée découvrant les constructions
L ivrées à nos yeux : un plein d’émotions !…

S urtout voyant qu’arrivé n’êtes mie
A damoiselle encontrer… Quel gâchis !**
I ncroyable conte vous auriez pu
N arrer, empli de féérie… Fichu !…
T outefois, n’êtes point allé jusqu’à «

P iquer tête » dans le vide, non pas !***
E t c’est heureux, car se passer de vous,
R éellement ne pourrait-on, j’avoue !…
A u tour des bâtis que vous nous offrez :
Y ai-je Moyen-Âge retrouvé :

V ision, dans toute sa splendeur, d’un temps
I mmémorial ou quasi, affichant
V aleurs ou règles n’étant plus les nôtres.
A ussi, vous en êtes-vous fait l’apôtre…
R avissant, à mes yeux, l’appareillage
A uquel j’ajoute éléments d’un autre âge :
I l suffit arches ou voûtes mirer
S ans lesquelles ne serait point passé.

A i-je prisé éléments intérieurs
R appelant qu’hôtes du lieu eurent l’heur
D ‘être aisés, on le pense. Je ne vais mie
E numérer attributs : sont ici.
C ertes, les guerriers ont bien disparu,
H ormis archères dont la vue m’a plu,
E t châtelet m’a paru fort « cossu »…

N ous sommes face à vrai bourg médiéval
O ù domine le château seigneurial
T ant puissant, à son rocher accroché.
A ujourd’hui, de vie d’antan j’ai rêvé

B aignée d’instants de paix ou bien de guerre.
E tait-ce lot de nos contrées, naguère...
N éanmoins, toutes n’eurent ces ensembles
E fficaces pour que les intrus tremblent.

P lans, maquettes, croquis, histoire ont su
S i bien accompagner « compte-rendu » !****

* la vôtre, bien sûr !
** cf. 1er §, et § « En fermant les yeux… je le vois entier ! ».
*** cf. dernier §.
**** compte-rendu = votre article. Et tous ces « accessoires », plus la vue satellite et les vidéos m’ont ravie !

Le Chevalier Dauphinois 30/03/2020 12:47

* Ayant été victime d'un chagrin d'amour....
...... Dont la conséquence fut le grand saut dans le vide....
......... .C'est un Chevalier au Paradis des Dauphinois qui vous écrit cette réponse.
* Ruiné est ce bourg, ruiné est ce château, ruinée est ma rencontre avec une parfaite damoiselle, ruiné est mon espoir de bise.
* Mais en ce paradis où je vis depuis cette chute, des milliers de châteaux existent, entiers, colorés, admirables.
* Je vais donc y rester pour créer un blog que liront les âmes errantes ou reposées.
* Une nouvelle mission pour LE Chevalier qui se pensait immortel ! ! ! !

Pierrote 28/03/2020 14:17

Hooo, Chevalier !
Crussol ne serait plus en Vivarais ?… !
Il se retrouve en Dauphiné dans cet article ! cf. à la fin de l’article : « Published by Le Chevalier Dauphinois – dans Châteaux en Dauphiné ».

… Vous voyez, je tiens à faire mon travail de correctrice, dont le salaire sera d’avoir moins de moutiers en articles !!! – cf. votre réponse au castel de Chabrillan !

Le Chevalier Dauphinois 28/03/2020 16:46

* Heu......
* Je vérifie........ hihihihi.
* dernièrement j'ai lu un article dans un journal parlant de la fusion prochaine de l'Ardèche avec la Drôme (si, si, cela est vrai).
* Alors....... j'ai anticipé (hihihihi...... vil personnage je suis).
* De suite je corrige.